Recherche
Se connecter

Ipsos développe son offre d'études on line

Publié par le

Les sociétés d'études testent de nouvelles techniques en matière de quali sur Internet. Ipsos utilise les groupes e-mail.

  • Imprimer


Le groupe e-mail est une nouvelle approche du qualitatif on line que développe le groupe Ipsos. Le déroulement est le suivant : un animateur envoie une question à un groupe de 8 à 10 personnes préalablement recrutées. Ces dernières ont un à deux jours pour y répondre. Une fois toutes les réponses obtenues, l'animateur rédige une synthèse qu'il envoie aux participants. Ces derniers peuvent soit faire des ajouts, soit approfondir leur réponse. Le processus se déroule sur une à deux semaines. Avantages : l'interactivité, gérée par l'animateur qui peut relancer un individu ou le groupe ; la faculté de tester une cible secondaire ou d'approfondir un sujet secondaire, la possibilité de faire des groupes nationaux ou internationaux, le fait qu'aucun équipement informatique supplémentaire n'est nécessaire puisqu'il s'agit simplement d'e-mails. Les groupes e-mail peuvent être utilisés pour faire des études d'image, de logo, du projectif, du screening de concept. Inconvénient : le temps passé et, toujours, le problème de contrôle de la réalité de la personne interviewée. « Toutefois, cette méthode est très riche et se révèle très intéressante comme outil complémentaire aux groupes traditionnels », commente Julia Schäfer, directrice des études internationales du groupe Ipsos.

Une plate-forme de chat pour focus groups


Par ailleurs, Ipsos Médiangles utilise maintenant une plate-forme de chat dédiée au focus group on line, qui présente l'avantage, par exemple, de pouvoir montrer des images ou des pages web pour un test de maquette. Ipsos Médiangles a aussi mis au point un nouveau logiciel d'évaluation de site web qui permet de faire de la "pop up research". Il s'agit ici d'un questionnaire contextuel. « Notre démarche, parce qu'elle mélange quanti et quali, donne des résultats plus riches que les logiciels d'évaluation quanti, qui ont tendance à aplanir les résultats », souligne Louis Rougier, directeur général d'Ipsos Médiangles. En effet, les internautes sont pris à l'entrée du site visité (et non à la sortie) et les questions apparaissent au fur et à mesure de la visite sous forme de mini-fenêtres et sont spécifiques à la page. Ipsos Médiangles expérimente le logiciel sur deux études de site : l'un de Havas et l'autre, celui du Premier ministre. Toujours dans sa logique d'exploiter Internet à des fins de collecte et d'exploitation des données, Ipsos Médiangles met au point une typologie d'internautes (cybertypes) qui sera utilisée de façon permanente et barométrique pour enrichir les tests de concept on line et les études d'audience.

Anika Michalowska

La rédaction vous recommande

Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux
Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux

Le marché Food & Drink en France sur les médias sociaux

Par Digimind

Decouvrez les tendances du marche Food Drink sur les medias sociaux des interviews experts et les performances social media de grandes marques [...]

Sur le même sujet

La montée en puissance des marques locales se poursuit
Etudes
La montée en puissance des marques locales se poursuit

La montée en puissance des marques locales se poursuit

Par La rédaction

Le classement Kantar Worldpanel des marques nationales les plus choisies en France et dans le monde révèle que La montée en puissance des marques [...]

Études: la fin des sens interdits
Etudes
Études: la fin des sens interdits

Études: la fin des sens interdits

Par Clément Fages

Bardé de capteurs ou dans une simulation virtuelle, le panéliste du futur voit ses cinq sens mis à contribution: plus que son avis, ce sont [...]

Les nouvelles exigences des consommateurs face aux marques
Etudes
Business
Les nouvelles exigences des consommateurs face aux marques

Les nouvelles exigences des consommateurs face aux marques

Par Business via Marketme

Le branding ne suffit plus à créer du lien avec des consommateurs de plus en plus méfiants... Et les jeunes diplômés sont dans le même état [...]