Recherche

Hard-discount : de la crise à la proximité

Publié par le

Selon la dernière étude Secodip sur le hard-discount, celui-ci s'inscrit de plus en plus dans le paysage français mais son profil est en train de changer.

  • Imprimer


Après une croissance effrénée entre 1990 et 1996, le parc de magasins de hard-discount s'est apparemment stabilisé en France, avec environ 1 966 points de vente. En revanche, sa part de marché continue de croître. Elle se situait au premier semestre 1997, selon Secodip, à 7,5 %, soit l'équivalent de celle d'Auchan. Près de 40 % des ménages français sont clients du hard-discount ; ils y consacrent 18,4 % de leurs dépenses. Autre enseignement de l'étude : le hard-discount évolue. De magasin de crise, il devient magasin de proximité et le profil de sa clientèle change. Si elle reste modeste, son recrutement devient plus important dans les classes aisées. Elle se rajeunit, avec, notamment parmi les clients fidèles, davantage de moins de 35 ans. De même, si les gros foyers sont largement présents, ceux de deux personnes deviennent plus nombreux. Enfin, le hard-discount se développe sur les agglomérations moyennes.

F.R