Recherche

Habitat Questions et hypothèses pour demain

Publié par le

La question de la prospective sur l'habitat trouve en général deux types de réponses. Soit une réponse architecturale, sous l'influence de quelques architectes visionnaires, soit une réponse purement technicienne liée à l'arrivée de nouvelles technologies comme aujourd'hui l'Internet. Des approches qui ne manquent pas d'intérêts, mais qui sont certainement trop restrictives. (l'habitat de 2020 est déjà construit à 99,99 % !) et qui oublient un peu trop les aspirations des Français (voir le flop de la domotique depuis vingt ans en France !). Se pose alors la question de savoir comment déceler les courants qui font et feront évoluer l'habitat aujourd'hui.

  • Imprimer

Comment appréhender l'évolution de l'habitat ?




Faut-il interroger les Français ?


Il pourrait sembler logique quand on s'interroge sur l'évolution de l'habitat des Français de commencer par observer les différentes études et autres enquêtes sur leurs attentes. Pourtant les résultats qui s'en dégagent ne sont pas pertinents tant les gens réfléchissent à leur espace à vivre avec des habitudes de pensée. La seule attente originale exprimée par nos concitoyens concerne la taille et l'affectation des pièces, celles-ci ne correspondant plus à leurs modes de vie.

Faut-il questionner les architectes et les promoteurs ?


Le problème est que beaucoup d'architectes sont encore très marqués par une culture de béton et de cubes, plutôt qu'une culture de sociologue sensible aux modes de vies. L'innovation et l'imagination n'étant pas forcément le propre de ces professions, les architectes et les promoteurs font donc ce qui s'est toujours fait avec, par exemple, des cuisines ridiculement petites, alors qu'aujourd'hui cette pièce est devenue le carrefour de la maison (un réfrigérateur est ouvert, en moyenne, 56 fois par jour dans un foyer de quatre personnes !).

Faut-il analyser l'évolution des pièces ?


Pour comprendre l'évolution de l'habitat faut-il alors passer par la classique visite des pièces ? Mais là encore les réponses ne sont pas satisfaisantes tant la vocation traditionnelle des pièces semble aujourd'hui changeante. - La salle de séjour autour de laquelle s'organisait toute la vie de la maisonnée, au détriment des autres pièces, semble avoir vécu, et ce au profit de la cuisine et des chambres. - La nature de la cuisine est, elle aussi, rendue plus floue celle-ci évoluant entre pièce de réception principale et pièce minimale ne servant qu'à cuisiner. - Si la chambre reste essentiellement vouée au repos, elle tend à accueillir, elle aussi, de nouvelles fonctions bien éloignées du sommeil comme le travail et les loisirs, via l'ordinateur et la télé, ou le sport, via le vélo d'appartement. - De simple espace de toilette, la salle de bains devient un espace de “bien-être” dépassant la seule fonction de se laver, même si beaucoup de salles de bains sont petites (4 m2 en moyenne). - Le jardin se transforme en véritable pièce à vivre, ayant le grand mérite de pouvoir évoluer au cours de la journée (salle de jeux le matin pour les enfants, et salle à manger à midi pour le barbecue). Ces mutations font apparaître que demain la maison ne va plus s'organiser par pièces, mais par univers ; l'univers de la convivialité (séjour, salle à manger et cuisine), l'univers de la détente (chambre et salle de bain) et l'univers du travail (coin bureau). Ikéa a déjà adopté cette approche dans son offre de meubles. Si à partir de ces quelques questions, il semble possible d'esquisser une image de l'habitat actuel, on ne peut s'en satisfaire. Cette simple observation étant incapable de dégager de vraies lignes de force. D'où un constat : pour comprendre la maison, il faut en sortir, en s'appuyant sur les grands courants qui agitent notre société pour nous interroger sur leurs conséquences possibles sur l'habitat et nos modes de consommation.

Cinq grands courants qui vont influencer notre habitat demain




La protection de l'environnement


Pollution de l'air, amiante, plomb... Les individus se posent la question de savoir ce qu'il faut laisser rentrer chez eux. On voit apparaître sur le marché des filtres pour robinet et se développer celui des purificateurs d'air. Ce souci de l'environnement joue aussi dans les choix de matériaux de construction, d'éléments de décoration (peinture dotée d'éco-label) et d'équipements ménagers issus de processus de fabrication supposés respecter l'équilibre écologique. De plus la hausse des prix de l'eau et de l'énergie va contribuer au développement d'un électroménager plus économe sur le plan de la consommation énergétique.

La crainte du chômage


Si la reprise économique fait baisser depuis près d'un an le taux de chômage, il reste en France quelque 3 millions de chômeurs et plus d'un tiers des Français avouent encore aujourd'hui craindre se retrouver au chômage dans les mois qui viennent. Cette incertitude sur l'avenir a radicalement modifié l'appréhension que les Français ont de leur maison. Celle-ci n'est en effet plus appréhendée par beaucoup d'entre eux comme une valeur d'investissement, mais avant tout comme un espace de vie à consommation immédiate. Preuve en est, la baisse des achats en matière de gros bricolage et de gros ameublement.

La mutation du travail


Pour la très grande majorité d'entre nous, la maison restait jusqu'ici un lieu préservé du monde du travail. Ce n'est plus vrai. Déjà 15 % des actifs travaillent 50 % de leur temps à domicile. Nos nouvelles façons de travailler obligent à repenser cette séparation entre cadre de travail et cadre de vie. Car si travailler dans la salle à manger est une solution de dépannage, le soir ou le week-end, ce n'est pas une solution viable et des réponses devront s'esquisser tant sur le plan du mobilier que de l'affectation des pièces.

L'invasion des nouvelles technologies


Parallèlement au développement du travail à la maison, on assiste au retour des loisirs à la maison. Le mouvement a déjà débuté avec la télé mais il devrait se poursuivre via l'électronique et Internet. L'arrivée en masse des écrans devrait inciter à avoir une nouvelle approche du mobilier et du confort, mais aussi de l'aménagement de certaines pièces, comme le salon, qui devront comprendre des coins sombres.

L'évolution des structures familiales


La famille s'est aujourd'hui élargie, et dépasse la traditionnelle vision de papa-maman et leurs deux enfants. Pourtant les architectes et les promoteurs continuent à tenir un discours normatif de type F3, F4, qui ne correspond plus à rien. Beaucoup de familles se trouvent alors confrontées au problème de l'affectation des pièces. Une grande majorité de Français rêve aujourd'hui d'une maison qui suivrait l'évolution de la famille, et où les choses ne seraient pas figées.

Huit hypothèses pour demain


Devant un tel décalage entre les aspirations des Français et les formes de notre habitat, apparaît alors la tentation d'émettre quelques “hypothèses” qui ne sont pas exclusives les unes des autres et pourraient servir de points d'appui à une nouvelle réflexion pluridisciplinaire sur l'habitat de demain.

1 VERS UN HABITAT PROPRE ?


Les évolutions fortes : - Contrôler sa consommation d'énergie - Maîtriser les rejets - Construire et décorer propre

2 VERS UN HABITAT FILTRE ?


Filtrer ce qui rentre dans la maison (bruit, eau, air...) Rechercher plus de sécurité Maîtriser son temps et s'isoler confortablement

3 VERS UN HABITAT MODULABLE ?


Plus de travail et de loisirs à la maison Nouvelles structures familiales Nouvelles vocations des pièces

4 VERS UN HABITAT ÉCRAN ?


Toujours plus de temps devant la télé Arrivée des ordinateurs et d'Internet dans les foyers Nouvelles formes de travail et de loisirs

5 VERS UN HABITAT ENTREPRISE ?


Le travail à domicile Toujours plus de temps et d'activités à la maison Vers de nouveaux services aux particuliers

6 VERS UN HABITAT PRÉCAIRE ?


Chômage, exclusion et pauvreté Nouvelles distributions (troc, SEL) Précarité et refus d'investir

7 VERS UN HABITAT JARDIN ?


Besoin de nature Développement du jardinage Préserver son environnement

8 VERS UN HABITAT MONDE ?


Augmentation des voyages à l'étranger Besoin d'évasion réelle ou virtuelle Mélange des genres et des cultures

RÉFLEXION DE FRANÇOIS BELLANGER QUI DIRIGE TRANSIT CONSULTING ET ANIME “L'OBSERVATOIRE DE L'HABITAT”.

" Incentive : où en est la France aujourd'hui ? "

" Incentive : où en est la France aujourd'hui ? "

" Incentive : où en est la France aujourd'hui ? "

Réponse dans la première édition du " Baromètre de la Stim' Edenred/ Ipsos ". Découvrez le panorama complet du marché de l'incentive en France [...]

Web Summit 2016

Web Summit 2016

Web Summit 2016

Marché de la technologie en Europe, ce sommet du Web rassemblera cette année plus de 50 000 dirigeants, investisseurs et chefs d'entreprises [...]

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Comment les annonceurs perçoivent-ils le mobile, qui absorbe une part de plus en plus croissante des investissements publicitaires ? Réponse [...]

Twitter déploie les chatbots sur sa plateforme

Twitter déploie les chatbots sur sa plateforme

Twitter déploie les chatbots sur sa plateforme

Twitter annonce l'arrivée de deux nouveaux services - les "messages de bienvenue" et les "réponses rapides" - offrant aux marques la possibilité [...]