En ce moment En ce moment

Eurostar, faute d'Humanité

Publié par le

A l'issue d'un débat houleux autour du grand absent du palmarès, la campagne L'Humanité (Leg), le 30e Grand Prix de l'Affichage a été décerné à la campagne Eurostar, “Sinon à trois heures de Paris, il y a Londres” (Leg).

  • Imprimer


Avouons-le. A priori, le trentième Grand Prix de l'Affichage, qui s'est déroulé du 17 au 20 octobre à Fès (Maroc), n'avait rien d'excitant. Débarrassée des campagnes fantômes - la pige Secodip avait été retenue comme mode de sélection -, la cuvée 2003 ne laissait apparaître aucun réel favori. On s'attendait donc à assister à des débats convenus sur la finalité d'un Grand Prix, la nature même de l'affiche, les parti pris créatifs, graphisme versus texte, on ne s'attendait certainement pas à suivre un procès. Ce fut pourtant le cas. Oubliant qu'ils jugeaient une création, la majorité des 13 membres du jury, constitués en Soviet suprême, ont voué aux gémonies la campagne de L'Humanité ou plutôt le titre et son géniteur, le PCF. Le conclave, à défaut d'élire un pape, a donc cultivé l'anathème en guise d'encyclique. Au nom de l'histoire, au nom de la mémoire, les arguments englués de pathos ont fait fi du choc graphique et visuel de la campagne signée Leg, de sa modernité ambiguë. Stigmatisée et fusillée - « Cette campagne est formidable puisqu'elle occulte complétement ce qu'est L'Humanité » (Vincent Leclabart - Australie) ; « C'est une mauvaise pub pour la publicité, tant sa naïveté frise la bêtise » (Christophe Lambert - Publicis) -, la campagne fut exclue du palmarès final même si pour certains, « elle reste la campagne la plus forte et la plus nouvelle de l'année » (Oliver Altmann - BBDP & Fils). Au final, ce débat devrait en soulever un autre. Existe-t-il dans le monde merveilleux de la pub, une place pour des marques, et L'Humanité en est une, qui ne soient ni une grande cause, ni une certaine idée du bonheur pur ? Le 17 octobre, à trois heures de Fès, une nuée de graffeurs maculait les affiches de pub dans le métro parisien (Libération du 20 octobre). Estimant probablement, pour reprendre la formule de Frank Tapiro (Hémisphère Droit), que « dans un monde idéal la pub n'existerait pas »…

ita Mazzoli/AUTEUR>

La rédaction vous recommande

Le guide des audiences Facebook et Instagram
Le guide des audiences Facebook et Instagram

Le guide des audiences Facebook et Instagram

Par Nosto

Dans cet ebook vous apprendrezPourquoi attaquer le funnel de conversion par la fin prend tout son sensComment exploiter les donnees recoltees [...]

Sur le même sujet

La DRTV booster d'efficacité selon My Media
Média
La DRTV booster d'efficacité selon My Media

La DRTV booster d'efficacité selon My Media

Par Amélie Riberolle

Après une décennie de mesure de l'efficacité TV avec sa solution Leads Monitor, My Media publie son premier baromètre DRTV, dont les résultats [...]

Lidl nommé "sponsor de l'année" pour son soutien au hand français
Média
Lidl nommé "sponsor de l'année" pour son soutien au hand français

Lidl nommé "sponsor de l'année" pour son soutien au hand français

Par Clément Fages

La 14e édition des Trophées Sporsora récompense les meilleures initiatives de marques en matière de sponsoring sportif. Partenaire de la Fédération [...]

Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne
Média
Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne

Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne

Par Clément Fages

Soucieux de mettre sa gamme Fines Bulles en avant, Perrier lance ce 19 février une campagne TV et digitale basée sur le remake du film "La Lionne", [...]

PR Lab 2018 : quel antidote face aux fake news ?
Média
PR Lab 2018 : quel antidote face aux fake news ?

PR Lab 2018 : quel antidote face aux fake news ?

Par Stéphane Guillard

Syntec Conseil en Relations Publics et ses partenaires convient les professionnels de la communication le 10 avril 2018 à la 4e [...]