Eurostar, faute d'Humanité

Publié par le

A l'issue d'un débat houleux autour du grand absent du palmarès, la campagne L'Humanité (Leg), le 30e Grand Prix de l'Affichage a été décerné à la campagne Eurostar, “Sinon à trois heures de Paris, il y a Londres” (Leg).

  • Imprimer


Avouons-le. A priori, le trentième Grand Prix de l'Affichage, qui s'est déroulé du 17 au 20 octobre à Fès (Maroc), n'avait rien d'excitant. Débarrassée des campagnes fantômes - la pige Secodip avait été retenue comme mode de sélection -, la cuvée 2003 ne laissait apparaître aucun réel favori. On s'attendait donc à assister à des débats convenus sur la finalité d'un Grand Prix, la nature même de l'affiche, les parti pris créatifs, graphisme versus texte, on ne s'attendait certainement pas à suivre un procès. Ce fut pourtant le cas. Oubliant qu'ils jugeaient une création, la majorité des 13 membres du jury, constitués en Soviet suprême, ont voué aux gémonies la campagne de L'Humanité ou plutôt le titre et son géniteur, le PCF. Le conclave, à défaut d'élire un pape, a donc cultivé l'anathème en guise d'encyclique. Au nom de l'histoire, au nom de la mémoire, les arguments englués de pathos ont fait fi du choc graphique et visuel de la campagne signée Leg, de sa modernité ambiguë. Stigmatisée et fusillée - « Cette campagne est formidable puisqu'elle occulte complétement ce qu'est L'Humanité » (Vincent Leclabart - Australie) ; « C'est une mauvaise pub pour la publicité, tant sa naïveté frise la bêtise » (Christophe Lambert - Publicis) -, la campagne fut exclue du palmarès final même si pour certains, « elle reste la campagne la plus forte et la plus nouvelle de l'année » (Oliver Altmann - BBDP & Fils). Au final, ce débat devrait en soulever un autre. Existe-t-il dans le monde merveilleux de la pub, une place pour des marques, et L'Humanité en est une, qui ne soient ni une grande cause, ni une certaine idée du bonheur pur ? Le 17 octobre, à trois heures de Fès, une nuée de graffeurs maculait les affiches de pub dans le métro parisien (Libération du 20 octobre). Estimant probablement, pour reprendre la formule de Frank Tapiro (Hémisphère Droit), que « dans un monde idéal la pub n'existerait pas »…

ita Mazzoli/AUTEUR>

Autres articles

Marché publicitaire : une fin d'année en demi-teinte
Marché publicitaire : une fin d'année en demi-teinte

Marché publicitaire : une fin d'année en demi-teinte

Par

IREP Kantar Media et France Pub presentaient ce matin leur barometre unifie du marche publicitaire pour les trois premiers semestres 2017 Malgre [...]

La romance à Londres revue et corrigée par Eurostar
La romance à Londres revue et corrigée par Eurostar

La romance à Londres revue et corrigée par Eurostar

Par

Eurostar le train grande vitesse qui relie la France la Grande Bretagne lance une nouvelle campagne pour soutenir sa promotion Londres 2 pour [...]

6 campagnes d'affichage digital impactantes
6 campagnes d'affichage digital impactantes

6 campagnes d'affichage digital impactantes

Par

Le media affichage se reinvente en permanence grace au digital Tour du monde des meilleures campagnes Digital Out Of Home selectionnees par [...]

Eurostar repart en campagne
Eurostar repart en campagne

Eurostar repart en campagne

Par

Campagne TV et radio sont au programme pour le train grande vitesse avec toujours un humour decale

Eurostar succède à… Eurostar
Eurostar succède à… Eurostar

Eurostar succède à… Eurostar

Par

Une annee peu brillante en termes de creation mais un palmares de belle tenue est le bilan que Gerard Unger president de Metrobus et nouveau [...]

Devenir une entreprise créatrice d'expériences
Devenir une entreprise créatrice d'expériences

Devenir une entreprise créatrice d'expériences

Par

Le novembre Adobe Symposium pose ses valises Paris pour presenter le vecu de grandes entreprises qui ont place cette experience au coeur de [...]