Recherche

Ere de la rumeur : on nous cache tout, on nous dit rien ?

Publié par le

La panique de Coca-Cola de 1999, la mygale dans le yucca, le poulet à la dioxine, le chat séché dans un four à micro-ondes, le visage de Satan dessiné dans la fumée au-dessus des Twin Towers, la banane tueuse... Ces rumeurs et autres légendes urbaines font partie des quelque 130 collationnées dans l'ouvrage "De source sûre"*. La sociologue Véronique Campion-Vincent explique le pourquoi de ce symptôme de société, entre commérages, buzz et petits accès de paranoïa.

  • Imprimer

Qu'est-ce qui a motivé votre intérêt pour les rumeurs ?


Déjà en 1992, avec Jean-Bruno Renard, nous avions publié Légendes urbaines. Rumeurs d'aujourd'hui** Et l'arrivée d'Internet a créé une nouvelle situation qui a donné plus de visibilité à ces sujets de débats, et les a radicalisés par sa souplesse de diffusion.

Qu'est-ce qu'une légende urbaine ?


Elle s'appuie sur des éléments généraux de la société. Elle retrace une anecdote de la vie moderne, d'origine anonyme présentant de multiples variantes. Son contenu est surprenant, mais faux et douteux. Racontée comme vraie et récente dans un milieu social donné, elle en exprime les peurs et les aspirations. La rumeur reflète l'état psychologique d'une société. Aujourd'hui, le développement des sciences et des techniques suscite un climat de peur et de désenchantement.

Mais pourquoi y croyons-nous ?


Parce qu'elles remplissent des fonctions psychologiques et sociales qui font que leur contenu apparaît comme vraisemblable, important voire nécessaire. Elles permettent l'énonciation, l'expression, l'illustration simple et concrète d'un problème social. Elles servent aussi d'exutoire aux peurs des dangers et au désir de les éviter. La rumeur exerce également une fonction normative. D'inspiration binaire, elle rétablit une frontière entre le bien et le mal, les bons et les méchants. Elle prône souvent la peur de l'innovation, de l'étranger, de la libéralisation des moeurs, du changement social.

Comment l'histoire façonne-t-elle les légendes urbaines ?


Certaines d'entre elles continuent de puiser leur inspiration dans des sources lointaines et mythologiques, mêlées d'accents apocalyptiques. Aujourd'hui, face à un progrès devenu menaçant, elles transmettent un message édifiant. Notre époque tranche ainsi avec l'optimisme du siècle des Lumières, le scientisme triomphant du XIXe et le consumérisme des Trente Glorieuses.

Comment bâtir une rumeur ?


Pour convaincre, il faut qu'elle semble vraie. Il faut donc injecter à sa trame des éléments de réel. Il faut user du témoignage, un peu à la façon des clercs du Moyen Age qui, dans leur sermon, disaient : «J'y étais. J'ai vu. J'ai constaté...» Leur but était de susciter la croyance pour modifier le comportement de leurs auditeurs.

Mais qui répète ces histoires et pourquoi ?


Elles sont transmises par certaines élites ou certains groupes qui ont intérêt à signifier qu'ils sont bien informés. Et, derrière, se cache toujours quelque idée moralisatrice. Rappelez-vous aussi les messages diffusés contre les colorants et qui leur prêtaient des dangers cancérigènes. Il faut savoir que la rumeur est une histoire qui s'accommode de certains préjugés et qui sert des objectifs de propagande. Elle constitue une forme de lobbying à visée morale. Elle sert aussi à rassurer, à signifier : « Je prouve que ce que je pense est vrai ».

Un récent sondage de la Sofres*** a mis en relief l'inquiétude des Français face aux nouvelles technologies. La rumeur va-t-elle s'amplifier ?


La rumeur traduit une vision de la société à un moment donné. Dans certains milieux, l'essor des technologies a créé des peurs et donné naissance à une contre-culture dont les griefs tournent autour du domaine de la santé. Ce sont aussi des scientifiques contestataires qui veulent faire entendre leur voix et semblent plus crédibles que ceux qui disent : « Tout va bien, n'ayez nulle crainte ! ». Les rumeurs sont aussi favorisées par les autorités qui sont moins sûres d'elles et veulent donner la parole aux contradicteurs. Mais je ne crois pas à un impact grandissant de la rumeur.

Peut-on gagner de l'argent avec la rumeur ?


Lorsqu'il s'agit juste de faire marcher le public, il s'agit plutôt d'un moyen proche de la campagne publicitaire. Certains producteurs ont ainsi utilisé de faux sites. Mais, une fois le procédé éventé, il faut trouver autre chose.

La rumeur peut-elle être utilisée comme arme économique pour porter atteinte à un concurrent ?


L'effet boomerang qui s'étendrait au-delà de la marque à l'ensemble de la catégorie de produit est un frein à ce genre de pratique. Je ne pense pas non plus que ceux qui se présentent comme des docteurs en rumeur auprès des entreprises et agitent le drapeau de la guerre économique soient promis à un grand avenir. Répandre des calomnies sur ses concurrents va à l'encontre du travail d'une marque qui est d'entraîner l'adhésion. De plus, nous vivons dans un trop grand flux d'informations qui ne donne pas à la rumeur le temps de se fixer. * De source sûre. Nouvelles rumeurs d'aujourd'hui, de Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renard. Editions Payot. ** Coll. Petite Bibliothèque Payot. *** Sondage réalisé les 14 et 15 novembre 2002 auprès d'un échantillon représentatif de 1 000 personnes.

Stirésius

Apple : bientôt l'image?

Apple : bientôt l'image?

Apple : bientôt l'image? Apple : bientôt l'image?

L'information diffusée par le média américain Variety a créé une onde de choc : Apple se lance(rait) dans la production de films et séries TV. [...]

Kiabi à la conquête de Paris

Kiabi à la conquête de Paris

Kiabi à la conquête de Paris

De retour dans la capitale, le pop up store parisien de Kiabi vient d'ouvrir ce vendredi 25 novembre 2016. Objectif ? S'implanter de façon plus [...]

Décret sur la publicité digitale : l'UDA s'impatiente

Décret sur la publicité digitale : l'UDA s'impatiente

Décret sur la publicité digitale : l'UDA s'impatiente

L'Union Des Annonceurs interpelle le gouvernement sur la publication du décret sur la transparence dans le marché de la publicité en ligne attendu [...]

Publicis et Criteo pourraient unir leurs destins

Publicis et Criteo pourraient unir leurs destins

Publicis et Criteo pourraient unir leurs destins

Ce n'est qu'une rumeur. Après l'échec de la fusion Publicis avec Omnicom, un rapprochement avec Criteo serait en discussion.

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

L'IA est-elle l'avenir du marketing?

Tirer le meilleur parti de la donnée pour offrir au consommateur une expérience inédite, automatiser les actions marketing dans une dimension [...]

La Poste personnalise ses créas grâce à la data

La Poste personnalise ses créas grâce à la data

La Poste personnalise ses créas grâce à la data

Pour sa campagne " Côté Pro ", La Poste s'est appuyée sur les techniques de DCO (Dynamic Creative Optimization). Avec un but : traduire la granularité [...]