En ce moment En ce moment

Du marketing industriel au marketing produits

Publié par le

Après avoir diversifié et consolidé les activités industrielles du groupe, Tramier Industries, leader français du marché de l'olive de table, donne une nouvelle impulsion à son marketing produits.

  • Imprimer


«Les marques présentes sur le marché des olives de table peuvent donner l'impression d'avoir négligé leur marketing. De plus, avant d'entamer une réflexion marketing sur les marques, notre groupe s'est penché sur son marketing industriel. » Les propos d'Henri-Pierre Tramier, P-dg de Tramier Industries, traduisent la réalité de nombreuses PME-PMI familiales, et notamment celles opérant sur des marchés fortement atomisés. Si aujourd'hui le groupe, qui réalisait en 1996 un CA de 350 MF, part en communication institutionnelle et produits (agence Edelman France), revient sur les packagings de ses marques, et notamment Olivarelles, il a d'abord fallu « bâtir le marché et des stratégies pour s'imposer auprès des acheteurs de la distribution », souligne Henri-Pierre Tramier.

Diversification et complémentarité


Pour y parvenir, l'entreprise a opté pour une politique de diversification qui se traduit par des rachats successifs. Parallèlement, Tramier regroupait, en 1994, l'ensemble des filiales d'approvisionnement, de conditionnement et de fabrication, sous une seule entité Tramier Industries. « Nous ne sommes pas en quête de la fameuse taille critique. La politique des rachats répond à une stratégie de construction cohérente du groupe. » Après avoir acquis, à la fin des années 80, Le Parfait Jardinier, entreprise spécialisée dans les condiments, ce sont les épices, via le rachat de Laco, qui venaient enrichir son catalogue en 1997. Ces rachats successifs ont bien sûr une influence considérable sur ses relations avec la grande distribution. « En 1990, les olives représentaient près de 100 % de notre activité, aujourd'hui elles pèsent 60 %. Nous avons ainsi la capacité à être présent sur les linéaires dans différents domaines d'activités. Nous sommes devenus une alternative aux grands groupes, notamment Ducros ou Amora », constate Henri-Pierre Tramier. La phase de diversification en passe d'être bouclée, quid de la communication sur les marques de son portefeuille ? « En 1995, nous avons communiqué en télévision avec la marque Olivarelles. Au terme de la campagne, la marque avait acquis une notoriété supérieure à celle de Tramier. Mais nous n'avons pas poursuivi l'expérience. Si sur le long terme, nous pensons effectivement faire un retour en communication télé, aujourd'hui, notre priorité est de vendre le sérieux de l'entreprise et le zéro défaut », conclut Henri-Pierre Tramier.

RITA MAZZOLI

Sur le même sujet

Benoît Menard, nouveau directeur marketing de Puma France
Carrière
Benoît Menard, nouveau directeur marketing de Puma France

Benoît Menard, nouveau directeur marketing de Puma France

Par Clément Fages

Puma France accueil Benoît Menard au poste de directeur marketing. Il occupait auparavant la tête de la newsroom d'Adidas Paris.

Les 6 nouveaux métiers en vogue du marketing
Carrière
Les 6 nouveaux métiers en vogue du marketing

Les 6 nouveaux métiers en vogue du marketing

Par Floriane Salgues

La data et le digital ouvrent la voie à des métiers émergents dans le marketing et la communication. DPO, Inbound Marketer ou Growth Hacker... [...]

La rédaction vous recommande

Comment survivre à la révolution numérique
Comment survivre à la révolution numérique

Comment survivre à la révolution numérique

Par Kompass

Le monde est en pleine mutation digitalisation de la societe clients tout puissants ultra concurrence La Revolution Numerique impacte le business [...]