Recherche

Double Impulsion pour la Machine à Vendre

Publié par le

Depuis début février, Double Impulsion, régénération de l'agence Impulsion, bénéficie du savoir-faire de la Machine à Vendre dont elle constitue une nouvelle entité. Son domaine d'activité : le marketing opérationnel. Sa vocation : aider les annonceurs à enclencher le passage à l'acte d'achat.

  • Imprimer


Un mois après la reprise d'Impulsion, l'agence fondée il y a plus de vingt ans par Jean-Noël Bossé, et alors que ce dernier partait rejoindre Hill & Knowlton, la Machine à Vendre créait Double Impulsion. Dirigée par Eric Borreil, ex-agence Vitesse, et Carole Montel, directrice associée de l'ex-Impulsion, la nouvelle entité vient renforcer le pôle communication de la Machine à Vendre aux côtés de Vitesse et de The Sales Machine. Forte d'un portefeuille de 25 clients actifs, dont Amora, BNP, Canson, Heineken, Le Gan, McCain , positionnée sur le terrain du marketing opérationnel, Double Impulsion se donne pour mission « d'aider les annonceurs à créer les conditions de vente qui déclencheront ou enclencheront les actes d'achat. L'approche traditionnelle de l'offre promotionnelle a montré ses limites, elle n'est plus efficace. Aujourd'hui, il est enfin possible, compte tenu de l'historique, d'intégrer le poids des réseaux de distribution et la maturité des consommateurs pour bâtir des stratégies », annoncent en chœur les nouveaux associés.

Expertise et valeur ajoutée


Pour parvenir à ce résultat, tout en restant une petite structure, Double Impulsion pourra s'appuyer sur les outils, expertises et méthodes développés par la Machine à Vendre, au sein des différents pôles : commercialisation, communication « Il est clair que notre démarche et notre offre visent à faire revenir le business de la promotion vers les conseils. Autant il était simple de monter une opération "deux pour un" au sein du service marketing, autant travailler sur le comportement et la gestion de l'acte d'achat réclame un savoir-faire qui n'appartient qu'aux agences conseils », note Emmanuel Cebron de Lisle, ex-directeur de création chez Prosperyka et The Sales Machine, et qui exerce les mêmes fonctions au sein de l'agence. Une agence, qui compte 15 collaborateurs et affiche un objectif de 15 millions de marge brute pour 1998.

RITA MAZZOLI