Distribution : la fidélisation paie

Publié par le

ACNielsen vient de publier ses "Fiches Enseignes" 2001, étude annuelle sur les grandes enseignes en France. Les principaux enseignements.

  • Imprimer


Basée sur les achats réels des 8 500 foyers membres du panel Homescan, complétés par une enquête OmnibusScan (3 460 interviews de panélistes) pour l'analyse de la mixité d'achats entre circuits, la troisième édition des Fiches Enseignes d'ACNielsen* fournit, outre les chiffres clés des circuits alimentaires, des données sur les performances comparées des enseignes et des fiches spécifiques pour chacune des enseignes suivies. Si les grandes et moyennes surfaces alimentaires restent de loin, en France, le principal lieu d'achat pour les produits de consommation courante, plus de 80 % des Français déclarent fréquenter régulièrement ou occasionnellement les magasins de proximité et les marchés. Pourtant, l'année 2001 a vu une baisse de la fréquentation des hypermarchés (44,7 visites/an en 2001 vs 46,9 en 2000), compensée toutefois par une hausse du panier moyen (+ 4,9 % en hypers, + 3,9 % en supers). 2001 voit aussi une forte augmentation de l'utilisation d'Internet pour les achats de consommation courante (8,8 % des foyers utilisant pour ce faire Internet ou le Minitel, contre 3,3 % en 2000).

Leclerc n° 1 en PGC


Au niveau des parts de marché des enseignes, sur le total ticket, ACNielsen note une relative stabilité par rapport à l'année précédente, avec de bons comportements de la part de Leclerc et Auchan en hypers et Système U en supers. Carrefour, en revanche, qui a du mal à concrétiser ses synergies nées de la fusion avec Promodès, recule, même si elle reste la première enseigne en France. Elle est néanmoins devancée par Leclerc sur l'univers des PGC, fruit du succès de son "Ticket Leclerc". Autre constat effectué par l'institut : le développement des cartes de fidélité et de paiement magasin. Leclerc pour les hypers (avec 51 % de taux de détention) et Atac pour les supers (61 %) étant les enseignes ayant le plus développé ce type de programme. A l'image de Match, dont les détenteurs de carte réalisent 82 % de leurs achats dans l'enseigne, ou d'Atac et de Champion (69 %), ce sont les supermarchés qui fidélisent le mieux avec cet outil. Le taux est nettement plus faible dans les hypermarchés (moyenne de 30 %) avec une exception : Leclerc, toujours, dont les détenteurs de carte réalisent près de 60 % de leurs achats dans l'enseigne. Enfin, le développement des marques distributeurs se poursuit. Avec près de 32 % de ses ventes réalisées sur ses propres marques, Intermarché est largement leader en la matière, tandis qu'Auchan et Leclerc rattrapent leur retard. * Etude disponible auprès d'ACNielsen, 310 pages + annexes sur papier ou CD-Rom (43 260 F HT, 525 F HT l'exemplaire supplémentaire).

Anika Michalowska

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Zoom sur la digitalisation des points de vente
Retail
Zoom sur la digitalisation des points de vente

Zoom sur la digitalisation des points de vente

Par Dalila Bouaziz

La digitalisation des vendeurs s'articule autour de trois grandes thématiques ROIstes : web-to-store, in-store et ship from store. Mais cette [...]

86 Champs : la rencontre de la gastronomie et de la cosmétique
Retail
86 Champs : la rencontre de la gastronomie et de la cosmétique

86 Champs : la rencontre de la gastronomie et de la cosmétique

Par Dalila Bouaziz

Sur la plus belle avenue du monde, l'Occitane et Pierre Hermé inaugurent un concept-store inédit où le visiteur peut déguster plats sucrés ou [...]

Faut-il encore investir dans la fidélisation?
Retail
Faut-il encore investir dans la fidélisation?
cristina_conti - stock.adobe.com

Faut-il encore investir dans la fidélisation?

Par Clément Fages

Totem de la littérature marketing, la fidélité et les stratégies de fidélisation sont devenues de véritables martingales, que Byron Sharp et [...]

5 idées reçues sur la tarification dynamique
Retail
5 idées reçues sur la tarification dynamique
vege - stock.adobe.com

5 idées reçues sur la tarification dynamique

Par Pierre Hébrard, fondateur et CEO de Pricemoov

La tarification dynamique consiste à ajuster ses prix à la hausse ou à la baisse en fonction du contexte d'achat. Cependant, les idées préconçues [...]