Recherche

Décathlon : écrire des visions qui sont autant de guides de développement

Publié par le


«L'exercice de "visions" a toujours été très cher à l'entreprise, même si la prospective à proprement parler est un métier nouveau chez Décathlon, explique Irwin Wouts, qui occupe depuis deux ans la fonction de responsable Prospective de Décathlon. Notre service n'a pas vocation à travailler dans son coin, il est chargé d'aider les départements à se projeter à cinq ou dix ans. Quand on dit prospective, cela apparaît comme une notion très large, il est vrai que l'un des apports est de fournir des bases de réflexion concrète sur l'avenir. Mais, in fine, ce que nous faisons est très opérationnel et aboutit à la création de produits qui répondent aux besoins des consommateurs. » Un exemple : le centre de recherche travaille sur la physiologie du corps humain appliquée au sport. Un groupe est spécialisé sur la problématique du confort thermique. « Nous avons essayé de brosser toutes les possibilités technologiques en confort thermique et nous nous sommes aperçus que la notion d'énergie naturelle était fondamentale dans les attentes clients. Ce qui nous a amené à écrire un concept qui a abouti à un gant pour le ski, réchauffé par le propre souffle de l'utilisateur. Le produit est entré avec succès en magasin cet hiver. » Sur quelles méthodologies base-t-on la prospective chez Décathlon ? D'abord, de la veille multidisciplinaire (économie, géopolitique, technologie, et notamment, sociologie), les études de type Sociovision ou Algorem, complétées par des consultations de sociologues et la lecture de nombreux ouvrages, au sein desquels figure, par exemple, celui de Gérard Mermet, Francoscopie. « Veille et prospective sont intimement liées, souligne Irwin Wouts. Mon travail est de trouver les signaux faibles et les pistes intéressantes pour l'avenir à partir des informations fournies par la veille, en France comme à l'étranger, en les croisant. Il s'agit de trouver des convergences et des axes nouveaux et cohérents. » Autre étape : le travail par scénario, phase de création en groupe (5 à 10 personnes) destinée à créer des visions. « Une phase finale, très importante, de notre travail est l'exploitation et la diffusion des scénarios en interne car la notion d'appropriation est fondamentale pour imaginer de nouvelles applications, qu'il s'agisse de la marque, du design, de la R&D ou du marketing. »

Anika Michalowska

MJML, le markup language de Mailjet, a un an

Article écrit par Mailjet

Mailjet

MJML, le markup language de Mailjet, a un an

MJML, le markup language de Mailjet, a un an MJML, le markup language de Mailjet, a un an

Tout webdesigner vous le dira : créer un email responsive en HTML est une vraie plaie. Certains développeurs peuvent y passer plusieurs jours. [...]

Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017

Article écrit par Digitalent

Digitalent

Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017

Digitalent au salon E-Marketing PARIS 2017

Le salon du E-Marketing PARIS ouvrira ses portes à Porte de Versailles, Paris, du 18 au 20 avril 2017. Comme à son habitude, il traitera des [...]

Le dîner du Retail, 1re édition d'une longue série

Le dîner du Retail, 1re édition d'une longue série

Le dîner du Retail, 1re édition d'une longue série

Mardi 28 mars, Marketing organisait la 1re édition du Dîner du retail, réunissant plus de 70 directeurs retail à la Maison blanche à Paris. [...]

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

Portrait-robot des médias sociaux à l'ère chatbot

L'institut Harris Interactive a présenté la cinquième édition de son baromètre Social Life consacré aux médias sociaux. Le point sur les tendances [...]