Crazy Tox fait gratter les cours de récré

Publié par le

Après les Pokemon et en attendant la déferlante Yu-Gi-Oh !, dont les cartes en français sont annoncées pour le printemps, voici les Crazy Tox.

  • Imprimer


Imaginé par la société Gamble et Gamble, sous la marque Scatch Me ! Crazy Tox se veut le premier jeu à gratter des cours de récré. Constitué de tickets à gratter et de cartes à collectionner, il a été prélancé à Angoulême à la mi-2002. Après cette période de test grandeur nature, où 3 700 pochettes ont été vendues sur les 5 000 mises en place, la marque lançait à la mi-janvier sa première campagne de communication nationale. Diffusés sur Canal J, Cartoon et FoxKids, avant d'être repris sur TF1 et France 3, les deux films, créés par l'agence Hémisphère Droit, doivent convaincre nos bambins de prendre d'assaut les différents points de vente pour acquérir contre 2,50 E la pochette comprenant 6 tickets à gratter et une des 20 cartes à collectionner. Il faudra qu'ils déboursent 6,50 euros pour s'acheter le dépliant collector. Pour faire jouer le bouche à oreille des actions terrain sont programmées. D'ores et déjà, certaines cantines scolaires proposent, via le réseau FM Média, des sets de table à gratter ainsi que des tickets gratuits. Et puisque Internet n'a aucun secret pour nos bambins, tout l'univers du jeu est bien sûr accessible sur un site éponyme qui les invite à un jeu-concours (0,34 euro la minute).

Rita Mazzoli

Autres articles

Montrer les interactions
Méthodologie
Montrer les interactions

Montrer les interactions

Par Xavier Delengaigne, Marie-Rose Delengaigne

Déterminer les causes
Méthodologie
Déterminer les causes

Déterminer les causes

Par Xavier Delengaigne, Marie-Rose Delengaigne

Jongler avec les concepts
Méthodologie
Jongler avec les concepts

Jongler avec les concepts

Par Xavier Delengaigne, Marie-Rose Delengaigne

Les notes
Méthodologie
Les notes

Les notes

Par Xavier Delengaigne, Marie-Rose Delengaigne

Les liens hypertextes
Méthodologie
Les liens hypertextes

Les liens hypertextes

Par Xavier Delengaigne, Marie-Rose Delengaigne