Recherche

Client salarié, un mythe en mal de réalité

Publié par le

Les entreprises aiment à le répéter. Elles doivent aujourd'hui séduire trois cibles : les consommateurs, les actionnaires et leurs salariés. Or les intérêts des uns et des autres sont souvent antagonistes. Si les deux premières sont choyées, la dernière, prise entre l'enclume et le marteau, exprime de plus en plus un malaise face aux évolutions de la société. Faut-il en déduire que le client-salarié n'est toujours pas une réalité ?

  • Imprimer


La vie professionnelle ne sera plus linéaire. Chacun vivra des ruptures successives, des transformations, certaines choisies, d'autre subies. Les statuts standardisés du travail n'ont pas d'avenir. Et les instances politiques, les entreprises, l'éducation, les administrations se sont unanimement montrées incapables d'expliquer et de faciliter cette transition. Les transformations de la société et de l'entreprise n'ont pas fait l'objet d'un accompagnement culturel et psychologique. L'injonction, l'appel au conformisme, la béatitude devant l'utopie du tout communication en ont fait office. Mais, retour du refoulé, la notion de harcèlement moral cristallise un immense malaise face aux évolutions du monde du travail. Le livre de la psychiatre Marie-France Hirigoyen, Le Harcèlement moral*, est devenu un best-seller. Les institutions s'inquiètent. En novembre dernier, au ministère de l'Emploi et de la Solidarité, un colloque organisé par le Centre ESTA (voir encadré), "Harcèlement et citoyenneté au travail", réunissait des psychologues, des psychosociologues, des psychiatres, des psychanalystes, des juristes, des médecins et inspecteurs du travail, des syndicalistes, des représentants de DRH. Selon le psychanalyste Daniel Sibony, nous sommes confrontés à un nouveau malaise dans la civilisation qui concerne le lien social et son versant pervers. La mondialisation des marchés et la généralisation des nouvelles technologies favorisent l'économique et relèguent l'humain au second rang. Le sociologue Jean-Pierre Le Goff et Shere Hite, de passage à Paris, amènent quelques pistes de réflexion pour prévenir un malaise amené à largement perturber le monde du travail. Ou faut-il s'inspirer de la suggestion du psychiatre Christophe Desjours** : « Peut-être conviendrait-il enfin de reprendre la question éthique et philosophique de ce que serait le courage débarrassé de la virilité en partant de l'analyse du courage féminin et de l'analyse des formes spécifiques de construction du courage chez les femmes ». Toujours est-il que les entreprises devront se prémunir contre un problème appelé à prendre une importance croissante. * Le Harcèlement moral, aux éditions Syros. ** Souffrance en France, de Christophe Desjours, aux éditions du Seuil.

Stirésius

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ? Mobile : où en sont les annonceurs ?

Comment les annonceurs perçoivent-ils le mobile, qui absorbe une part de plus en plus croissante des investissements publicitaires ? Réponse [...]

Omnicanal : la distribution spécialisée à la traîne

Omnicanal : la distribution spécialisée à la traîne

Omnicanal : la distribution spécialisée à la traîne

Alors que les enseignes lancent régulièrement de nouvelles initiatives digitales, parfois à grand renfort de média, le cabinet de conseil Stanwell [...]

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

Dans 4 ans, une commande sur quatre en B to B sera effectuée sur un site de e-commerce, d'après l'étude sur la transition numérique & ecommerce [...]

La segmentation par la valeur

La segmentation par la valeur

La segmentation par la valeur

La segmentation par la valeur prend en compte le chiffre d'affaires réalisé par le client comme critère de segmentation. Cette méthode s'inspire [...]

La communication des centres commerciaux sur Internet

La communication des centres commerciaux sur Internet

La communication des centres commerciaux sur Internet

Ils sont un petit millier et avec seulement 15% de la surface commerciale, les centres commerciaux réalisent 25% des ventes du commerce de détail. [...]