Recherche

Braun "cosmétise" l'électrique

Publié par le

Avec FreeGlider, qui associe une lotion hydratante à une technologie de rasage électrique sophistiquée, Braun espère doper l'usage du rasoir électrique face à son concurrent mécanique.

  • Imprimer


Littéralement, son nom est synonyme de glisse en liberté. Esthétiquement, son design rappelle celui des objets technologiques appréciés de la gente masculine. Fonctionnellement, le nouveau rasoir électrique de Braun diffuse automatiquement et pendant le rasage, non pas une mousse classique mais une lotion hypoallergénique exclusive issue de la recherche Gillette (les deux marques appartiennent au même groupe) et sensée écarter tout risque d'irritation. Inodore et enrichie en vitamine E, cette lotion contient également les fameux liposomes, molécules "stars" de la cosmétique féminine. "Nous n'avons pas voulu sortir un rasoir de plus, mais proposer une nouvelle manière de se raser", insiste-t-on chez le fabricant. Comme l'indique Christine Castelain Meunier, sociologue au CNRS et spécialiste du comportement de l'homme, « le rasage s'intègre dans une nouvelle recherche de bien-être au masculin qui passe désormais par l'entretien de soi ». Mais, si les fonctionnalités de ce nouveau rasoir électrique haut de gamme flirtent avec l'univers du soin, il n'en respecte pas moins les exigences de l'exercice matinal. Il est équipé d'une tête pivotante, d'une grille ultra-fine en platine et d'un triple système de rasage. Les recharges peuvent, en théorie, s'installer en cinq secondes et permettre jusqu'à 15 rasages. Côté alimentation, l'objet peut se brancher sur toutes les tensions et se recharger comme un téléphone avec une autonomie de cinquante minutes. Quant à son prix, il est de 159 euros pour la version haut de gamme et de 139 euros pour la série standard. Ce qui le place au dessus de son concurrent direct, CoolSkin de Philips, premier rasoir électrique diffuseur de mousse de rasage. Reste à savoir si autant d'arguments viendront séduire les trois Français sur quatre qui continuent de préférer le rasoir mécanique. Une campagne télévisée devrait les y aider. Elle aura lieu de novembre à décembre et sera réalisée par l'agence Alice. Elle sera complétée par une opération de marketing direct à destination des hommes de 25 à 35 ans mais aussi des femmes qui pourraient être séduites par ce produit macho-cosméto d'un nouveau genre.

Isabel Gutierrez