Recherche

Bonne santé pour le design pharmaceutique

Publié par le

L'emballage pharmaceutique, sous la pression des produits génériques et OTC, devient peu à peu un marché. Des agences s'y intéressent de plus en plus volontiers même si elles ne le revendiquent pas nettement. Dragon Rouge officialise, quant à elle la création, d'un département santé.

  • Imprimer


Est-ce parce qu'il n'est pas très "sexy" de communiquer sur l'emballage d'un médicament que le design pharmaceutique se fait aussi discret ? Y a-t-il un complexe en termes de créativité par rapport à la plus grande liberté d'expression qu'autorisent aujourd'hui la plupart des produits de grande consommation, qui fait que cette spécialité reste un peu dans l'ombr... ? Sans doute. Cela n'a toutefois pas empêché Dragon Rouge d'officialiser la naissance d'un département santé, qui s'oriente clairement vers la création d'emballages pharmaceutiques et de nombreuses agences à s'intéresser au sujet pour que l'on puisse désormais presque parler de marché. Pour Dragon Rouge, la décision est liée à la mutation de l'industrie pharmaceutique. « Les groupes - les mouvements boursiers le confirment - recherchent une plus grande assise en termes de R&D », explique Véronique Liabeuf qui prend la tête de ce nouveau département chez Dragon Rouge. Les vagues d'internationalisation, de fusions de grands noms sont des logiques qui vont s'accentuer : elles forcent les grands laboratoires à effectuer des arbitrages dans leurs portefeuilles de produits. « Lorsque d'un seul coup, une classe thérapeutique voit une entrée massive de génériques, les laboratoires sont obligés de réagir », poursuit la directrice du département. Par ailleurs, l'obsession des gouvernements à vouloir maîtriser les dépenses de santé joue en faveur d'une croissance de plus en forte des produits dits génériques (molécules passées dans le domaine public) et des OTC (Over The Counter, que l'on peut acheter sans prescription médicale). Les grands laboratoires voient évidemment dans les OTC une façon de consolider leurs parts de marché. D'autant plus que ces produits restent pour la plupart deux fois plus chers que leurs équivalents remboursés par la Sécu (un positionnement prix qui limite d'ailleurs très clairement leur succès commercial). Mais le phénomène modifie surtout la logique du marché qui passe de la prescription à une logique de grande consommation. Ce qui implique notamment une nouvelle approche en termes de packaging avec de vraies problématiques de marque. Cette évolution exclut toutefois toute fantaisie.

Rationalité et sécurité


L'emballage pharmaceutique, OTC ou pas, étant toujours contraint de transmettre, en premier lieu, des valeurs de rationalité, de sécurité et de fiabilité dans la délivrance. Une évolution toutefois qui modifie l'ordre d'importance du triptyque de cibles à toucher (médecin, pharmacien, patient), le pharmacien jouant par rapport aux OTC le rôle de prescripteur à la place du médecin, même si l'auto-médication est encore marginale dans une France qui reste un marché de santé assistée. « L'effet générique oblige les marques princeps (prescrites par les médecins) à valoriser leurs identités », explique Michèle Morot-Raquin, directrice de Bleu Absolu, l'une des rares agences de design spécialisées depuis dix ans sur le secteur pharmaceutique. Dans ce domaine éminemment contraignant de l'identité des produits pharmaceutiques, qui laisse peu de place à la séduction, la maîtrise des signes est de plus en plus indispensable, d'autant que les laboratoires sont en situation concurrentielle forte. « On s'aperçoit en analysant les signes émis - dans la presse spécialisée par exemple - par de nombreux produits qui sont dans des logiques de prescription, qu'ils n'ont pas de territoire de communication », estime Véronique Liabeuf. Les laboratoires qui ont longtemps créé des packs à la va-vite avec leurs imprimeurs, sont bien obligés de reconnaître - avec les génériques, par exemple - que la création d'une gamme de 300 références peut difficilement s'improviser en interne. Par ailleurs, un large champ reste à investiguer. Celui de l'ergonomie. Les avancées des laboratoires pour développer des produits qui aient des goûts acceptables sont récentes. Pour les enfants notamment, on commence à comprendre que si le produit est "bon", il est peut-être plus facile à administrer. Il reste fort à faire également pour les seniors, dont les doigts ne sont plus toujours assez habiles pour dégager aisément de minuscules pilules de plaquettes réfractaires, plus conçues pour protéger la molécule que pour faciliter la vie du malade. Des perspectives donc sur ce marché naissant à défaut de franches rigolades. Sauf lorsque l'agence Lonsdale, coutumière du fait, crée un vrai-faux packaging en guise de cadeau de bonne année. Cela a tous les airs d'un médicament. Mais ce n'est pas un médicament. Cela s'appelle Gardtonzen. C'est à base de positivine. Et la notice intérieure, ce papier plié en accordéon qu'il faut toujours lire à la loupe précise, "en raison de la présence de Prendurecul, évitez la prise au retour de vacances !".

Valérie Mitteaux

Booster le commerce : exceller dans son métier

Booster le commerce : exceller dans son métier

Booster le commerce : exceller dans son métier

Pour ce premier registre est CVS et Walgreens que Frank Rosenthal est interesse Deux cas inspirants dans le domaine de la sante

[Pilules créatives] Quand la pub se veut éducative

[Pilules créatives] Quand la pub se veut éducative

[Pilules créatives] Quand la pub se veut éducative

Recommandations sante sensibilisation aux risques sur les reseaux sociaux promotion de la tolerance Voici initiatives efficaces pour agir positivement [...]

Comment optimiser son expérience utilisateur sur mobile

Comment optimiser son expérience utilisateur sur mobile

Comment optimiser son expérience utilisateur sur mobile

Le mobile chamboule la planete retail ces derniers mois internaute laissant peu peu sa place au mobinaute il devient essentiel pour les commercants [...]

Alimentaire : le marketing du "sans" a de l'avenir

Alimentaire : le marketing du "sans" a de l'avenir

Alimentaire : le marketing du "sans" a de l'avenir

Bien etre et alimentaire vont desormais de pair est le nouveau duo de choc mis en avant par les distributeurs et les industriels Un discours [...]

Le Nouvel An chinois inspire les marques occidentales

Le Nouvel An chinois inspire les marques occidentales

Le Nouvel An chinois inspire les marques occidentales

Peu implante en Occident le Nouvel An chinois est un exercice de style perilleux pour les marques internationales qui reprennent ses codes pour [...]

#NRF17 Les consommateurs sont frustrés dans les magasins

#NRF17 Les consommateurs sont frustrés dans les magasins

#NRF17 Les consommateurs sont frustrés dans les magasins

Peu digitalises les commerces sont une source de frustration pour les consommateurs Telle est la conclusion une etude menee par Capgemini Consulting [...]

Affichage digital: quand le DOOH copie le display

Affichage digital: quand le DOOH copie le display

Affichage digital: quand le DOOH copie le display

Un secteur se detache un marche publicitaire francais hors internet morose affichage digital dynamique ou digital out of home Retour sur les [...]