Recherche

Bilan presse, des familles contrastées

Publié par le

Alors qu'en 2000, les recettes publicitaires de la presse dans son ensemble avaient enregistré une croissance de quelque 8 %, en termes de diffusion, le bilan de l'année écoulée est pour le moins plus contrasté. A l'heure des arbitrages médias, ces résultats laissent présager une année 2001 plus difficile pour le média.

  • Imprimer


Après une année 1999 qui avait largement récompensé les investissements des éditeurs de presse, 2000 semble marquer un nouveau tournant dans la diffusion des titres. Si certaines familles, et notamment la PQN, maintiennent leur diffusion, la presse magazine rencontre plus de difficultés. Focus sur quelques familles.

La PQN tire ses marrons du feu


Avec une progression de 8,15 %, Aujourd'hui en France (Groupe Amaury) confirme les résultats obtenus en 1999 (+ 7,75 %). En un an, la diffusion du titre a connu une croissance de 9 773 exemplaires, signant ainsi la deuxième meilleure performance de sa catégorie. La première revenant à L'Equipe qui, avec un gain de 12 338 exemplaires (+ 3,30 %), retrouve quasiment son niveau de diffusion de 1998, année de la Coupe du Monde de Football. Aux côtés de ces deux titres, on notera les bonnes performances de la presse économique et financière. Soutenus par un environnement porteur, Les Echos comme La Tribune font partie des bons élèves de la famille. Le premier gagne 5 406 ex. (+ 4,51 %), tandis que le second voit ses ventes augmenter de 5 056 ex. (+ 5,99 %). Du côté des quotidiens nationaux, l'année est en demi-teinte. Leur diffusion est stable ou en très légère régression. La diffusion du Monde progresse ainsi de 2 307 ex., celle de Libération est équivalente à celle de l'an passé, 160 546 ex., et Le Figaro recule de 4 687 ex. A noter que la diffusion de La Croix connaît, pour la seconde année consécutive, une légère progression de 249 ex. En revanche, L'Humanité voit sa diffusion chuter de 4 668 ex. et passe sous la barre symbolique des 50 000 ex.

La PQR : des hauts et des bas


767 397 exemplaires pour la diffusion de Ouest France, qui gagne cette année 1,01 %, mais seulement 142 819 ex. pour celle de Nice Matin, qui perd 13,3 %. Deux exemples qui caractérisent la situation de la PQR. Dans un contexte plutôt à la baisse, des titres parviennent cependant à maintenir leur position. C'est le cas du premier quotidien français, mais aussi celui de La Dépêche du Midi, dont la diffusion progresse de 1 736 ex. (+ 0,85 %), ou encore du Midi-Libre, qui après avoir perdu 6,1 % en 1999, voit sa diffusion progresser de 0,73 % à 160 168 ex. Ces contrastes ne disparaissent pas totalement à la lecture des résultats des éditions dominicales des titres. Alors que Dimanche Ouest France voit sa diffusion progresser de 15,80 % pour s'établir à 231 930 ex., l'ensemble est stable ou en légère baisse, à l'exception notable du Courrier de l'Ouest Dimanche (Angers) dont la diffusion progresse de 12,10 % (51 823 ex.).

La presse TV en quête d'un nouveau souffle


La tendance enregistrée ces dernières années se confirme, la diffusion de la presse TV connaît un essoufflement. Premier touché, Télé 7 Jours, qui voit sa diffusion fondre de 93 747 ex. Alors que le premier magazine français perd 3,80 %, Télé Z affiche une progression de 1,31 %, qui le place en deuxième position avec une diffusion de 2 291 057 ex. La meilleure performance revient à Télé Loisirs qui enregistre un gain de 6,52 %. L'hebdomadaire du groupe Prisma Presse voit sa diffusion progresser de 119 693 ex. et son contenu magazine salué par les lecteurs. Du côté des suppléments de la presse quotidienne, TV Magazine chute de 3,89 %, il perd 181 558 ex., tandis que Télémagazine gagne 5,24 % et TV Hebdo 1,46 %.

Presse masculine, la débandade


En proposant aux mâles français une presse spécifique, les éditeurs pensaient avoir trouvé une nouvelle poule aux oeufs d'or. Ils doivent aujourd'hui déchanter tant la catégorie est touchée par la désaffection des lecteurs. A 95 137 ex., Men's Health perd ainsi en un an plus de 50 % de sa diffusion (190 626 exemplaires en 1999). M Magazine subit également une chute importante de sa diffusion (- 17,98 %) et perd 18 971 ex. Même punition pour FHM qui voit sa diffusion fondre de 10,42 %, soit une perte de 15 582 ex. Dans ce contexte, il faut saluer la performance de Max qui parvient à gagner 26,69 % (20 833 ex.) et voit sa diffusion s'établir à 98 889 ex.

Rita Mazzoli

Marché publicitaire 2015 : une baisse, mais légère

Marché publicitaire 2015 : une baisse, mais légère

Marché publicitaire 2015 : une baisse, mais légère

Le bilan de l'année publicitaire 2015, diffusé par Kantar Media le 22 février, fait apparaitre un léger recul du marché et des résultats contrastés [...]

Sébastien Danet rejoint IPG Mediabrands

Sébastien Danet rejoint IPG Mediabrands

Sébastien Danet rejoint IPG Mediabrands

Plus d'un mois après l'annonce de sa démission de Publicis Media France, Sébastient Danet est nommé chairman d'IPG Mediabrands France.

Gautier Picquet élu à la présidence de l'ACPM

Gautier Picquet élu à la présidence de l'ACPM

Gautier Picquet élu à la présidence de l'ACPM

Le président de Publicis Media France succède à Pierre Conte (GroupM) à la tête de l'Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias.

Marketing direct : les ingrédients qui font recette

Marketing direct : les ingrédients qui font recette

Marketing direct : les ingrédients qui font recette

La recette d'une communication commerciale efficace nécessite plusieurs ingrédients de qualité : un fichier qualifié, un ciblage précis et des [...]

Comment Le Figaro a réussi sa transformation digitale

Comment Le Figaro a réussi sa transformation digitale

Comment Le Figaro a réussi sa transformation digitale

Alors que Le Figaro s'apprête à lancer une nouvelle application mobile et travaille sur une chaîne vidéo, Bertrand Gié, directeur des médias [...]