Bayard Presse croit en sa Muze

Publié par le

Après avoir voulu toucher la difficile cible des quadras avec Côté Femme, Bayard Presse se lance un nouveau challenge avec Muze, positionné comme un culturel féminin.

  • Imprimer


Le groupe de presse de la rue Bayard n'a jamais été suspecté de faire dans la facilité. Il le prouve une nouvelle fois depuis le 25 août dernier, date de naissance de Muze, « un magazine qui fait rimer culture, allure et littérature », résume Florence Monteil, rédactrice en chef du nouveau mensuel de Bayard Presse. D'après cette dernière, cet ambitieux projet est né du constat que « plus les jeunes lecteurs vieillissent, plus ce sont des lectrices. Cela nous a donné l'envie d'un magazine à sensibilité féminine qui soit un peu leur muse, qui aiguise leur sens critique, qui refuse le prêt-à-penser. » Labellisé culturel féminin, il propose un cahier de 32 pages d'extraits de livres sur les 100 de sa pagination globale. Extraits de livres mais aussi de chansons, de scénarios, rencontre avec un écrivain... constituent la trame de la partie Littérature alors que la partie Culture pose un regard sur le monde à travers le cinéma, la musique, la psychologie, la photo, les portraits, etc. Dans la partie Allure, même la mode ou le maquillage sont vus à travers le prisme de l'actualité culturelle. Tiré à 100 000 exemplaires pour le lancement, qui bénéficie d'un soutien en presse féminine et affichage en kiosque, Muze a un objectif de vente de 50 000 exemplaires, « non par excès de prudence mais parce qu'il s'agit vraiment d'un concept différent des féminins classiques », indique Georges Sanerot, directeur du département jeunesse de Bayard. Côté publicité, les ambitions sont d'atteindre une douzaine de pages par numéro, « ce qui semble bien parti avec un secteur comme la beauté haut de gamme », annonce Odile Kurzmann, directrice de la publicité.

Savoir-faire culturel


Si la presse féminine n'est pas la spécialité du groupe Bayard - avec une diffusion payée France en retrait de 3,93 % en 2003 (Source OJD-Diffusion Contrôle), les résultats de Côté Femme en sont la preuve -, l'apprentissage de la lecture et de la littérature l'est, en revanche, beaucoup plus. Comme le rappelle Mireille Poncet, directrice du pôle adolescents et jeunes adultes du groupe, « nous vendons chaque mois quelque 400 000 exemplaires de titres dédiés à la découverte du monde à travers la lecture pour différentes tranches d'âges ». Le groupe qui peut se satisfaire d'avoir vu Phosphore recevoir le prix du magazine de l'année décerné par le SPMI, a revu, en juin, la formule de Je Bouquine, le mensuel dédié à la population précédente des 10 - 15 ans.

Léna Rose

Autres articles

Série de nominations à la gouvernance du SEPM
Série de nominations à la gouvernance du SEPM Série de nominations à la gouvernance du SEPM

Série de nominations à la gouvernance du SEPM

Par

Le Syndicat des editeurs de la presse magazine SEPM procede l election de son tresorier et accueille deux nouveaux membres dans son conseil [...]

L'offensive data des éditeurs de la presse en ligne
L'offensive data des éditeurs de la presse en ligne

L'offensive data des éditeurs de la presse en ligne

Par

Depossedes un marche de la publicite en ligne dont la croissance est essentiellement captee par deux acteurs les groupes de presse se mettent [...]

La presse trouve sa stabilité dans le mobile
La presse trouve sa stabilité dans le mobile

La presse trouve sa stabilité dans le mobile

Par

apport du mobile la consommation de la presse dont un quart des lectures se fait aujourd hui depuis ce support est plus prouver comme en temoigne [...]