Recherche
Se connecter

Banques: toujours peu de différence

Publié par le

Pour les Français, la majorité des banques se valent. Mais certains critères prennent du poids selon l'étude Attractivité bancaire d'Efficience 3.

  • Imprimer

Les années passent, mais l'opinion des Français vis-à-vis des banques ne change pas. En janvier 2003, date de la première mesure du baromètre «Attractivité bancaire» d'Efficience 3 (deux mesures par an), 81% des Français interrogés estimaient que toutes les banques se valaient. En septembre dernier (dixième mesure), ils étaient... 79,7%. De même, 10,1% considéraient en 2003 qu'une banque était «vraiment meilleure que les autres», contre 9,8% en 2007. Un calme plat en apparence, qui abrite des évolutions intéressantes. Ainsi, la première raison de considérer une banque «meilleure», tient au fait qu'il s'agit de sa propre banque. Un item qui se situait, depuis mars 2006, entre 32 et 34% et qui perd brusquement près de 5 points. Effet «statistique» ou tendance plus profonde? A suivre... Autre constat: la qualité du personnel de la «meilleure» banque arrive désormais en deuxième position, à égalité avec les «bons produits et services» (24%). Notons que la qualité du personnel enregistre une progression constante (16% en mars 2006).

Méthodologie Enquête réalisée par téléphone (système CATI), entre le 25 et le 27 septembre 2007, auprès d'un échantillon de 1003 personnes, représentatif de la population française de 15 ans et plus.

@ Source: Baromètre Attractivité bancaire - Efficience 3 - septembre 2007.

Méthodologie Enquête réalisée par téléphone (système CATI), entre le 25 et le 27 septembre 2007, auprès d'un échantillon de 1003 personnes, représentatif de la population française de 15 ans et plus.

En septembre 2007, 16% des Français avaient déjà quitté une banque au cours des cinq dernières années. Si le déménagement ou la proximité du nouveau domicile constituait la première raison de changement, celle-ci est désormais supplantée par la présence d'une meilleure offre et, nouveauté, par les mauvais services de banque à distance (en progression). La réunion des comptes de la famille, raison «classique», arrive en 3e position, devant le déménagement. Efficience 3 mesure aussi la «bancarisation potentielle», à savoir, quelle banque serait choisie, et pourquoi, «s'il fallait changer». Du côté des établissements attractifs, la recommandation, la notoriété et l'image arrivent loin devant la qualité des produits et services. Et, a contrario, du côté de la non-attractivité, le premier critère de non-choix est le manque de notoriété.

FRANCOIS ROUFFIAC

La rédaction vous recommande

Témoignage Feelunique
Témoignage Feelunique

Témoignage Feelunique

Par Bazaarvoice

Feelunique multiplie les interactions clients et augmente son taux de conversion grace aux photos authentiques prises par ses clients

Sur le même sujet

JCDecaux met du DOOH dans les vitrines des Monoprix parisiens
Média
JCDecaux met du DOOH dans les vitrines des Monoprix parisiens

JCDecaux met du DOOH dans les vitrines des Monoprix parisiens

Par Clément Fages

JCDecaux va déployer une centaine d'écrans digitaux dans les vitrines parisiennes de Monoprix. L'afficheur dispose ainsi pour la première fois [...]

La croissance du marché publicitaire chute de 2%
Média
La croissance du marché publicitaire chute de 2%
the_lightwriter - Fotolia

La croissance du marché publicitaire chute de 2%

Par Laurence Moisdon

Le bump (baromètre unifié du marché publicitaire de France Pub, l'IREP et Kantar media) publie ses résultats du premier trimestre 2018. Les [...]

20 Minutes prend le virage du Digital First
Média
20 Minutes prend le virage du Digital First

20 Minutes prend le virage du Digital First

Par Laurence Moisdon

Lors de sa présentation annuelle, à Paris, le quotidien 20 Minutes a dévoilé le 24 mai 2018, sa stratégie éditoriale et commerciale : investissement [...]