Recherche
En ce moment En ce moment

Bang & Olufsen revendique sa différence

Publié par le

Après avoir fait le ménage dans sa distribution et centré son action sur le marketing direct, le chantre danois du design appliqué à la perfection de l'image et du son fait son retour à la publicité. Et planche sur un concept de magasins "art de vivre".

  • Imprimer


Absent de la scène publicitaire depuis près de quatre ans, Bang & Olufsen a dû affronter pas mal de turbulences avant de se dire prêt à reprendre la parole. La campagne réalisée par l'agence danoise Kunde et diffusée depuis la rentrée dans la presse magazine est, en effet, l'aboutissement d'actions destinées à recaler l'image de la marque dans l'Hexagone. A l'inverse des géants internationaux de l'équipement audiovisuel, le groupe danois marque sa différence en jouant la carte du haut de gamme. « Nous sommes dans un univers de produits "art de vivre", non de produits utilitaires », indique Elisabeth Sandager, directeur général de Bang & Olufsen France. Or, jusqu'à l'arrivée de cette dernière à la tête de l'entreprise il y a trois ans, cette philosophie était loin d' être visible sur le terrain. Le flou stratégique qui régnait à l'époque se traduisait dans les chiffres : 19 MF de pertes en 1994, 14 MF en 1995. « Notre marque était malmenée par une distribution multimarque qui la traitait un peu comme une danseuse pour attirer les clients », explique Elisabeth Sandager. Le premier chantier a consisté à s'attaquer au réseau de distribution : 100 des 170 magasins multimarques se sont ainsi vu retirer celle de B&O entre 1996 et 1997. Les fermetures continuent aujourd'hui au rythme d'une dizaine de points de vente, compensées par des ouvertures auprès de distributeurs exclusifs, portant le parc actuel à 75 magasins. « Sur les 136,5 MF de CA de la filiale française (+ 16,2 % ), 70 % sont aujourd'hui générés par des exclusifs B&O, voire 90 % si l'on inclut les magasins de petites villes, qui réalisent au moins 50 % de leur chiffre avec la marque », se félicite Elisabeth Sandager. Cette reprise en main a également donné lieu à la création de "l'université B&O", destinée à imprégner les revendeurs de la philosophie maison. La filiale française s'est également concentrée sur le développement du marketing direct, sachant, dixit Elisabeth Sandager, « que 80 % des clients de la marque lui restent fidèles à vie ». Ils reçoivent ainsi une moyenne de trois messages par an et se voient proposer des services de financement, de bourse aux échanges de matériel d'occasion remis à neuf par la société, etc... B&O se veut également très présente au niveau local et réalise des opérations de cobranding avec des marques de prestige comme Cartier. Le concept même des magasins a aussi été repensé : « Nous allons travailler l'image et le son d'une manière originale, avec l'aide de créatifs d'univers différents, à commencer par des musiciens. » Ce concept, en test à Copenhague, se veut évolutif d'une semaine à l'autre et centré sur un certain art de vivre. Un art de vivre à hauteur des 25 000 F du panier moyen.

LÉNA ROSE

SQLI rachète Osudio

SQLI rachète Osudio

SQLI rachète Osudio SQLI rachète Osudio

Le groupe de service dedie au digital SQLI fait acquisition Osudio specialiste du commerce implante au Benelux au Danemark en Allemagne

Comment segmenter pour personnaliser un email ?

Comment segmenter pour personnaliser un email ?

Comment segmenter pour personnaliser un email ?

Les analyses le disent les faits le demontrent la segmentation est aujourdhui une pratique indissociable de lemail marketing si vous souhaitez [...]