Recherche

Après le fruit défendu, le fruit tatoué

Publié par le


On dit qu'il vaut mieux peler un fruit avant de le consommer. Désormais, il faudra éviter car sa peau pourrait bien contenir une information très importante… La société américaine Durand-Wayland a développé une technologie permettant d'incruster sur des fruits et des légumes (pommes, poires, tomates, citrons, concombres, etc.) les différentes informations nécessaires à leur identification et commercialisation. Approuvé par les instances gouvernementales, le procédé fait appel à un laser dont la fonction consiste à dépigmenter les couches superficielles de la peau d'un fruit sans toucher celles en profondeur, créant ainsi un contraste permanent, visible à l'œil nu ou par n'importe quel procédé de lecture optique. Toutes les garanties alimentaires sont assurées puisque le faisceau lumineux n'est pas conçu pour traverser la peau des légumes ou des fruits et ne peut donc altérer le produit. Certains imaginent même déjà la possibilité de tatouer des messages publicitaires sur les fruits. Bientôt, Stéphane Eicher ne pourra plus déjeuner en paix.

Par Brice Auckenthaler, directeur associé d'expertsconsulting, conseil en Marque, Prospective et Innovation