Recherche

Amazon, l'Europe comme planche de salut ?

Publié par le

Colosse de l'e-commerce, mais colosse aux pieds d'argile car fortement endetté, Amazon.com lance son site français, axé dans un premier temps sur les produits culturels. Un nouveau pas en Europe après l'Allemagne et le Royaume-Uni.

  • Imprimer


«This is Day 1 for e-commerce », n'hésite pas à clamer Jeff Bezos, fondateur et P-dg d'Amazon.com. Le jour en question était le 31 août dernier, date d'ouverture du site Amazon.fr, « destiné aux 60 millions de Français, mais aussi aux 100 millions de francophones à travers le monde », dixit Denis Terrien, président de la nouvelle entité. Une cible qui dépasse largement les 23 millions de clients actuels d'Amazon.com. A tous ces familiers de la langue de Molière, le site offre l'intégralité des catalogues de livres, disques, DVD et vidéo disponibles dans l'Hexagone, auxquels s'ajoutent 700 000 titres d'ouvrages en anglais et 240 000 références de CD en import. La livraison - gratuite jusqu'au 31 octobre, payante ensuite - s'effectue sous 24 h pour les produits stockés dans le centre de distribution situé près d'Orléans, et entre une à deux semaines pour les ouvrages en anglais. Ces derniers sont vendus au prix américain, ce qui n'est, en revanche, pas le cas du catalogue français, Amazon.fr ayant dû s'adapter à la loi Lang du livre à prix unique. La compagnie de Seattle compte bien, en revanche, se rattraper en jouant le discount sur les CD. Un positionnement qui obligera les sites déjà installés dans l'Hexagone (alapage.com, bol.fr, fnac.com) à réagir. « Il ne s'agit pas de parler de quelconque cannibalisation, personne n'a à perdre si nous gagnons », insiste Jeff Bezos, qui affirme innocemment raisonner en termes de développement général du marché de l'e-commerce tout en refusant de communiquer toute information chiffrée sur les moyens qu'il compte mettre en oeuvre. Chargé du développement international, Diego Piacentini ne cache pas, pour sa part, les ambitions européennes du géant de la distribution électronique. Réussir le pari européen est d'autant plus impératif que, cinq ans après sa création, Amazon.com a perdu 70 % de sa valeur boursière et accumulé 1,5 milliard de dollars de dettes.

Léna Rose

Puma s'emballe pour l'écologie

Puma s'emballe pour l'écologie

Puma s'emballe pour l'écologie

Pour se démarquer des deux colosses Nike et Adidas, le troisième équipementier sportif élargit son marché et table sur le développement durable. [...]