ACNielsen se réorganise en business units

Publié par le

Afin de mieux servir ses clients, ACNielsen France met en place une nouvelle structure destinée à prendre en charge l'ensemble d'un problème marketing.

  • Imprimer


« Avec les panels distributeurs et consommateurs, ayant un dictionnaire commun à 100 %, les outils spécialisés dans le merchandising, les modèles, les études ad-hoc..., nous sommes la seule société d'études ayant un know how sur pratiquement tous les éléments du mix, à l'exception, en France, des données publicitaires, constate Luis Courtot, Dg d'ACNielsen France. Désormais, notre objectif est d'être plus près de nos clients afin d'être capables de traiter un problème marketing complet et de leur apporter des solutions ; un dialogue devant s'instaurer autour de leur plan marketing. » Pour ce faire, l'institut adopte une nouvelle configuration. Bâti précédemment autour de trois domaines - production de données, commercial avec les fameux "conseils" et expertises verticales -, il s'organise désormais autour de deux "étages". Le premier est celui de la collecte des données, de la construction d'échantillons, de la validation..., le second celui de la mise en forme des données et du "servicing clients". Dans ce cadre, quatre "business units" viennent d'être créées. Trois sont placées sous la responsabilité de Patrick Le Roch (Dga) : deux dans le domaine du "food" - Epicerie et Produits frais, dirigée par Stéphane Jarry, et Hygiène-Beauté, Pharmacie..., dirigée par Frédéric Morin - et une dans celui des biens durables, dirigée par Odile Nonat. Une quatrième est consacrée au "trade" (la distribution), managée pour l'instant en direct par Luis Courtot dans l'attente d'un recrutement. A l'intérieur de chacune d'entre elles : des équipes commerciales et de production spécialisées. S'y ajoute une organisation par métiers : ad-hoc et médias (Marc Gaugier), logiciels, merchandising et données internationales (Jean-Marc Pontgelard) et modèles (Gilles Gros). « Ce sont trois pôles d'expertise, transversaux, explique Luis Courtot, dont l'association avec les conseils va se renforcer. » Enfin, le tout est complété par des services supports : marketing (Jean-Luc Mauduit), communication (Isabelle Haremza)... Par ailleurs, ACNielsen « entend augmenter la "seniorité" de ses conseils et travaille sur des plans de progression plus larges », précise Luis Courtot qui a également "détaché" Pascal Avignon, désormais en charge du développement commercial à haut niveau et "porte-parole" de l'institut, et Patrick Sartorelli à qui ont été confiés le training et la formation des forces commerciales.

FRANÇOIS ROUFFIAC

Autres articles

ACNielsen veut revenir à ses fondamentaux
ACNielsen veut revenir à ses fondamentaux

ACNielsen veut revenir à ses fondamentaux

Par

Innovation et proximite deux facteurs cles que le nouveau directeur general France ACNielsen entend bien remettre en avant

Audience : l'e-mail chute
Audience : l'e-mail chute

Audience : l'e-mail chute

Par

Les resultats de la septieme vague de la mesure audience des medias du hors medias realisee par arvato business intelligence et ACNielsen [...]

Cotons "pads" : la France loin devant
Cotons "pads" : la France loin devant

Cotons "pads" : la France loin devant

Par

Dans chaque numero de Marketing Magazine ACNielsen fournit un eclairage sur evolution un marche de produits de grande consommation

Quelle audience pour les médias du hors-médias ?
Quelle audience pour les médias du hors-médias ?

Quelle audience pour les médias du hors-médias ?

Par

Pour connaitre la couverture et la repetition de tous les medias du hors medias interactive realise une etude via le panel consommateurs HomeScan [...]

Distribution : la fidélisation paie
Distribution : la fidélisation paie

Distribution : la fidélisation paie

Par

ACNielsen vient de publier ses Fiches Enseignes 2001 etude annuelle sur les grandes enseignes en France Les principaux enseignements