Recherche

« Ouvrir le champ des possibles »

Publié par le

Un an et demi sans trêve, 10 000 e à débourser… les motivations d'un jeune financier en quête d'apprentissage.

  • Imprimer


Franck Guiader, 29 ans, travaille comme chargé d'affaires sur les placements institutionnels chez BNP Paribas. En contact permanent avec des interlocuteurs dans les services marketing, il a vite ressenti la nécessité d'intégrer plus qu'un vernis, une expertise en la matière. Depuis octobre 2005, il est inscrit quatre jours par mois en mastère études et décision à l'ESC Rouen. « Je ne voulais pas suivre une formation axée sur le marketing financier. D'abord parce qu'on apprend davantage en s'ouvrant à d'autres mondes, en travaillant avec des stagiaires venus de secteurs différents, ensuite parce que le marketing des biens de consommation est sensiblement plus pointu que celui des banquiers. » Après consultation des premier et deuxième cercles de son réseau, après lecture des baromètres régulièrement publiés sur les écoles de commerce, après comparaison des aménagements horaires proposés par les quelques offres sélectionnées, Franck Guiader s'oriente vers l'ESC Rouen: une bonne réputation, un agenda compatible avec son emploi du temps, un programme adapté à ses attentes (une culture plus études que management) et une antenne en plein cœur de Paris. « L'Essec a un très bon mastère en marketing. Mais le fait de ne pas être dans Paris intra-muros peut être rédhibitoire. Je ne viens pas chercher un label, mais plutôt l'apprentissage d'un raisonnement. » Un an et demi sans trêve, des week-ends sacrifiés, une vingtaine de projets à remettre, une thèse à préparer et… 10 000 euros à débourser.

« Des sociétés anglo-saxonnes me chassent déjà »

« Tous les cours sont pris sur mes congés. Mon employeur, qui n'a pas montré un intérêt débordant pour mon initiative, ne participe en rien au financement, explique le stagiaire. J'ai songé à solliciter une aide. Et, devant l'échec d'autres tentatives, j'ai renoncé. » Le constat est relativement fréquent: les entreprises ne vivent pas toujours avec aisance les velléités d'émancipation intellectuelle et personnelle de leurs éléments. A fortiori, quand elles investissent elles-mêmes beaucoup dans des dispositifs de formation permanente customisés, ce qui est le cas de BNP Paribas. Franck Guiader n'envisage pas sa formation comme un tremplin salarial ou hiérarchique immédiat. Il s'agit davantage pour lui d'élargir dans l'absolu le champ des possibles. « Mon curriculum vitae est chez certains chasseurs de têtes, qui savent que je suis en formation. Des sociétés anglo-saxonnes me chassent déjà.»

Muriel Jaouën

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Mobile : où en sont les annonceurs ?

Comment les annonceurs perçoivent-ils le mobile, qui absorbe une part de plus en plus croissante des investissements publicitaires ? Réponse [...]

Robotique : Hease, le robot d'accueil du retail

Robotique : Hease, le robot d'accueil du retail

Robotique : Hease, le robot d'accueil du retail

Hease Robotics présentera au CES Las Vegas 2017 son robot équipé d'intelligence artificielle à destination des acteurs du retail et de l'hospitalité. [...]

Hackathon : innover en mode marathon

Hackathon : innover en mode marathon

Hackathon : innover en mode marathon
Arte
Au coeur de l'hackathon organisé par la chaine de télévision Arte.

Sortir un nouveau produit en 48h chrono ? Telle est la promesse du hackathon. Le phénomène, en plein boom, séduit les marques.