“Flash-mob”,ces manifs éclairs qui en disent long

Publié par le

Ce sont des foules éclairs qui regroupent plusieurs centaines de personnes anonymes pour accomplir une action dénuée de sens et disparaître aussitôt.

  • Imprimer


Paris, dimanche 21 septembre 2003. Plusieurs centaines de personnes investissent, durant cinq minutes, le parvis de Notre-Dame à l'occasion du troisième “flash-mob” ou rassemblement éclair. Contactés par Internet, les participants se sont mêlés aux touristes. A 18 h 10 précises, ils se sont accroupis et ont dessiné à la craie sur les dalles du parvis, sous l'œil étonné des passants. Deux minutes après, ils se sont donné la main et ont formé un grand cercle autour du parvis. A 18 h 15, lorsque les cloches de Notre-Dame ont résonné, les “flash-mobers” se sont bouchés les oreilles en criant et ont quitté les lieux. Le phénomène nous vient de New York où les premières “flash-mob” ont débuté au mois de juin dernier pour s'étendre aux grandes villes américaines puis canadiennes, comme Toronto, et européennes : Rome, Paris, Dijon, Toulouse, Rennes, Rouen, Nantes… En trois mois, des milliers de “villageois mondiaux” ont imité des cris d'animaux à Central Park, mangé des fruits et légumes à Vienne, et tourné autour du pot doré de Jean-Pierre Raynaud à Paris, en ouvrant et en fermant leur parapluie alors qu'il ne pleuvait pas… De prime abord, l'affaire est futile, médiatique, gratuite et pourrait sembler insignifiante si, de par son caractère totalement inédit, collectif et multiforme, elle ne retenait déjà l'attention. Howard Rheingold, auteur du livre “smart Mobs : The next social revolution”, y voit déjà l'embryon d'une forme d'activisme politique s'aidant des NTIC. D'autres estiment que ces “flash-mob” permettent à des internautes appartenant à des communautés virtuelles de pouvoir se rencontrer dans le monde réel. D'un point de vue artistique, ces happenings collectifs en valent bien d'autres. Tout comme cette énergie de l'inutile et de l'acte gratuit qui confert à ces manifs une dimension poétique. Alors, nouvelle forme de militantisme ? Pour l'instant les manifestants ne revendiquent rien. Symptôme d'une société perturbée ? Après tout, se réunir pour rien, juste pour se réunir, peut aussi sembler aussi rafraîchissant que rigolo. Et si les “flash-mob” n'étaient qu'une des multiples démonstrations de la puissance virale et créative d'un Internet qui n'a probablement pas fini de surprendre…

Isabel Gutierrez

Autres articles

20 ans de Marketing!
20 ans de Marketing!

20 ans de Marketing!

Par

Retrouvez les temps forts des 20 dernieres annees pour mieux eclairer les 20 prochaines annees Campagnes anthologie tops flops petits genies [...]

Management de l'expérience client
Management de l'expérience client

Management de l'expérience client

Par

ambition de cet ouvrage est eclairer de maniere pragmatique les etapes de la construction une strategie experience client en la fondant sur [...]

Étude : le luxe par celles qui le vivent
Étude : le luxe par celles qui le vivent

Étude : le luxe par celles qui le vivent

Par

Gang of luxe etude comportementale de Mondadori Publicite eclaire les modes adoption du luxe de demain

[Bonnes pratiques] Le retargeting en mode Mobile
[Bonnes pratiques] Le retargeting en mode Mobile

[Bonnes pratiques] Le retargeting en mode Mobile

Par

Chaque mois Philippe Leclercq Ad4Screen eclaire les problematiques du marketing mobile Aujourd hui cap sur le retargeting mobile avec plusieurs [...]

Biocoop, plus militant que jamais
Biocoop, plus militant que jamais

Biocoop, plus militant que jamais

Par

Avec des resultats en hausse Biocoop confirme sa place de leader national Une campagne eclairera des le 1er avril un positionnement militant [...]