Recherche

“Demain, je vais me marier à l'aéroport”

Publié par le

Si l'avenir du commerce périphérique se dessinait aux abords de l'aéroport de Yokohama ? Réponse au bord des pistes du futur “Centrair”, entre faux villages, vrais bains japonais et chapelle des mariages.

  • Imprimer


Les grands aéroports mondiaux ont engagé depuis plusieurs années une véritable mutation. De lieux dédiés aux transports, ils se transforment en lieux de commerce dédiés aux passagers. Le mouvement n'est pas récent - le premier duty free est apparu à Shanon en 1947 -, il a simplement pris une nouvelle ampleur. Primo parce que la dimension duty free n'est plus au centre du modèle économique, comme le prouve la mutation des aéroports américains en mall commerciaux, alors que plus de 75 % de leur trafic est domestique (95 % des acheteurs ne bénéficient d'aucune détaxe). Ensuite - et de façon plus fondamentale -, les autorités des grands aéroports tirent l'essentiel de leurs revenus des loyers des magasins, et ce secteur n'est donc plus marginal. Un simple passage à Heathrow ou Dubaï suffit pour le constater. A telle enseigne que le British Airport Autorithy est actuellement coté à la bourse de Londres à la rubrique “Retail” et non “Airport”. Toutes ces choses sont aujourd'hui connues. Mais nous sommes sans doute à l'aube d'une petite révolution. Des origines à nos jours, les espaces marchands des aéroports restaient sages et “de bon goût”. Le phénomène du “faux” et du “façadisme”, tant en vogue dans les grands centres commerciaux actuels, était encore absent de ces zones. Pas de faux village hollandais à Schiphol, par exemple, ni de pagode singapourienne à Changui, ni de façades bavaroises à Munich ou de fausse tente de bédouins à Dubaï. Nous étions encore, quelles que soient les latitudes, dans une architecture internationale et impersonnelle censée être rassurante.

Comme Las Vegas


Eh bien ce clacissisme risque d'être remis en cause avec l'ouverture du nouvel aéroport de Yokohama, au Japon. Actuellement en construction sur une île artificielle, il doit ouvrir ses pistes en 2005, à l'occasion de l'Exposition universelle de la région de Chubu. Les Japonais ont décidé de construire là un nouveau type d'aéroport, et ce à double titre. D'abord dans son offre de services, “Centrair”, c'est son nom, a vocation à devenir un lieu de destination pour l'ensemble des consommateurs de la région. Mais son offre ne se limitera pas, comme à Amsterdam ou Francfort, à quelques commerces de base ouverts 24 h/24 ou à une boîte de nuit. Centrair est en effet appelé à être un vrai centre commercial urbain avec des services comme des restaurants avec salles de réceptions, des bains japonais et même un temple où les jeunes couples pourront venir se marier et faire la fête. Toute cette offre est mise en scène dans des décors supposés rappeler, selon les zones, soit des villes européennes (Rome, Paris), soit un village japonais traditionnel, soit encore l'ambiance des rues de Tokyo. Bref, du décorum comme les Japonais savent si bien le faire dans leurs centres commerciaux où, aux détours d'une allée, on passe d'une fausse Rome antique à un faux Hong Kong contemporain (voir les malls sur l'île d'Odaïba à Tokyo, et notamment Venus Forte). Le modèle Las Vegas/Disneyland, que nous évoquions dans nos précédentes chroniques, arrive aujourd'hui dans les aéroports en reprenant toutes ses recettes (aire du faux + shopping à outrance). Un phénomène loin d'être très étonnant. En s'éloignant des villes, les aéroports doivent se reconstruire des univers propres à séduire une clientèle internationale. Dès lors, quoi de plus simple à copier que ces modèles qui fonctionnent, même totalement artificiels ? Cependant, si la mutation engagée à Yokohama se poursuit, ce pourrait être la fin de tous ces aéroports qui se ressemblent, d'Auckland à Copenhague en passant par San Francisco ou Buenos Aires.

François Bellanger

Heathrow met le cap sur le marketing experientiel

Heathrow met le cap sur le marketing experientiel

Heathrow met le cap sur le marketing experientiel Heathrow met le cap sur le marketing experientiel

Bien plus qu'un simple lieu de transit, l'aéroport de l'ouest londonien se revendique comme une véritable marque. Son argument marketing ? L'expérience, [...]

Les Cuisinebox d'Ikea envahissent Paris

Les Cuisinebox d'Ikea envahissent Paris

Les Cuisinebox d'Ikea envahissent Paris

Après le métro, les abribus, l'aéroport ou encore les gares, Ubi Bene et Ikea reviennent dans les rues de Paris et installent des cuisines en [...]