Recherche

« Apporter un levier marketing aux innovations technologiques »

Publié par le

Innover c'est bien, transformer une innovation, notamment technologique, en succès commercial, c'est mieux. C'est autour de cet objectif que l'Atelier de l'Innovation a été créé en 1998. A mi-chemin du business angel et de l'incubateur de start-up, cette structure veut être un assembleur de compétences et de ressources. Les explications de son directeur général, Gilles Malfait.

  • Imprimer

L'Atelier de l'Innovation a été créé en 1998. En quoi êtes-vous acteur de l'innovation ?


Gilles Malfait : Notre rôle est double : détecter et sélectionner les innovations technologiques, brevetées ou pas, ayant de fort potentiel de commercialisation, puis apporter à ces projets la valorisation marketing dont ils auront besoin pour devenir un succès commercial. Concrètement, nous sélectionnons les projets qui représentent un réel potentiel et nous détectons, avec l'aide des auteurs, tous les champs d'exploitation de leur technologie. Nous rédigeons ensuite le business plan du projet. Nous ne finançons pas nous-mêmes ces projets, mais nous réalisons des tours de table auprès des sociétés de capital-risque.

Pourquoi avoir créé une structure intermédiaire entre les porteurs de projets et les sociétés de capital-risque ?


GM : La raison d'être de notre structure est d'apporter un levier marketing à des innovations technologiques dans le but de valoriser le franc investi par les sociétés de capital-risque. Notre objectif est d'amener le projet initial au stade de produit industriel. Les porteurs de projets sont souvent des scientifiques, pas toujours des entrepreneurs. Or les structures de capital-risque recherchent toujours un projet avec un entrepreneur et son équipe. Nous sommes donc le chaînon manquant entre les scientifiques et les financiers. Nous participons au risque, puisque nous ne sommes pas rémunérés sur le temps que nous passons avec nos porteurs de projets. Nous prenons des participations dans les futures entreprises que nous développons, à parité avec le porteur du projet. Notre rémunération n'intervient que lorsque nous réalisons, comme les business angels ou les sociétés de capital-risque. Nous prenons donc un risque réel aux côtés du créateur et des investisseurs.

Comment intervenez-vous aux côtés des porteurs de projet ?


GM : Notre intervention consiste à valider l'intérêt scientifique et l'intérêt commercial du brevet, et surtout à apporter le levier marketing pour exploiter la technologie sur des marchés auxquels le porteur du projet n'avait pas pensé. Nous utilisons pour cela des techniques de créativité pour identifier de nouveaux terrains d'exploitation. Ces brainstormings impliquent nos responsables scientifiques, marketing, financiers, relations humaines... Et, bien sûr, le porteur du projet. Notre métier est de transformer des projets en produits en apportant de la valeur ajoutée à la création d'entreprises. Nous sommes des assembleurs de compétences et de ressources. Nous fournissons toutes les compétences dont l'auteur a besoin : scientifiques pour finaliser ses recherches en apportant un oeil extérieur contradictoire, marketing pour définir la stratégie et les actions marketing à mettre en place, financières pour définir les objectifs à moyen et long terme et rédiger le business plan, relations humaines pour définir les profils et recruter les membres de l'équipe. Nous fournissons indirectement les ressources en organisant des tours de table pour présenter le business plan auprès de partenaires financiers privés et de sociétés capital-risque.

Comment trouvez-vous des projets intéressants et quels sont vos critères de sélection ?


GM : Pour l'Atelier de l'Innovation, le sourcing est fondamental car nous ne retenons en moyenne que 5 % des projets qui passent entre nos mains. Il nous faut donc étudier 6 à 700 projets par an, puisque notre objectif est de créer 30 à 35 sociétés tous les ans. Pour nous alimenter en projets, nous avons passé des accords avec des centres de recherche universitaires, publiques, avec des technopoles, etc. Pour qu'un projet soit sélectionné par l'Atelier de l'Innovation, il doit avoir un potentiel de valorisation d'au moins 100 millions de francs à 5 ans. Dès 2003, nous aurons participé à la création d'une centaine de sociétés et nous commencerons à céder nos premières participations.

Quels sont vos rapports avec le monde financier ?


GM : Le métier que nous pratiquons est nouveau en Europe. Dans un premier temps, le monde financier ne percevait pas l'intérêt de notre démarche et la valeur ajoutée qu'elle représente. Aujourd'hui, au vu des sociétés que nous avons créées, nos relations avec les financiers sont devenues de vrais partenariats qui s'inscrivent dans la durée. Nous avons établi de vraies relations de confiance avec les financiers. Les projets que nous leur présentons bénéficient d'un a priori positif.

Comment comptez-vous vous développer dans les années à venir ?


GM : Notre équipe comporte actuellement 35 personnes et nous serons une cinquantaine l'année prochaine. Il s'agit sans doute de la taille critique pour une organisation comme la nôtre. Le développement passera donc par la duplication, en France peut-être, en Europe certainement. Ce développement devrait se faire assez naturellement car, à notre connaissance, le métier tel que nous le pratiquons, n'existe ni en France, ni en Europe. On ne peut bien sûr pas exclure que des sociétés concurrentes se créent dans les mois et les années à venir. Mais cela va sans aucun doute développer notre marché dans sa globalité.

Philippe Laurent

Adetem Marketing Factory

Adetem Marketing Factory

Adetem Marketing Factory

Rendez-vous des marketeurs cet événement se veut le point de rencontre des professionnels du marketing pour explorer les tendances marketing [...]

Adetem Marketing Factory

Adetem Marketing Factory

Adetem Marketing Factory

Thème de cette édition 2016 : Marketing & Confiance. Point de rencontre des professionnels du marketing, avec au programme cette année [...]

Pourquoi la blockchain est un sujet pour les marketers ?

Pourquoi la blockchain est un sujet pour les marketers ?

Pourquoi la blockchain est un sujet pour les marketers ?

Vous pensiez le sujet de la blockchain réservé au monde de la finance ? La technologie a pourtant beaucoup à apporter au marketing et à la relation [...]