Recherche

« Améliorer les contenus et les services »

Publié par le

Filiale de TF1, créée en janvier 2000, e-TF1 poursuit le développement du portail TF1.fr en lançant Plurielles, un site destiné aux femmes. Ce lancement s'inscrit dans une stratégie globale de création de sites thématiques ciblés. Les explications d'Anne Sinclair, directeur général d'e-TF1.

  • Imprimer

Quelles sont les raisons du lancement d'un site féminin à l'intérieur du portail tf1.fr ?


Les femmes arrivent désormais en nombre sur Internet, notre idée est donc de préempter ce marché. Notre positionnement est différent avec un point d'équilibre entre le contenu produit en interne par une équipe dédiée et l'offre de services produits par des partenaires. Des tournages spécifiques ont lieu pour ce site où nous offrons de la vidéo enrichie de textes. L'objectif, en réponse au nom du site, est de s'adresser aux femmes plurielles. Les femmes actives, les femmes citoyennes, les femmes qui aiment la mode... Nous voulons répondre à l'image de la femme multiple. Aujourd'hui, il existe des sites très éditoriaux, d'autres offrant plus de services. Plurielles est un site très multimédia avec des articles de contenu et des rubriques pratiques. C'est une synthèse de ce qui existe pour les femmes sur Internet.

Comment allez-vous créer du trafic et médiatiser ce site alors qu'il existe de nombreux sites destinés aux femmes sur Internet ?


Actuellement, plus de 35 % des internautes sont des femmes. Elles viennent sur Internet par désir personnel, par obligations professionnelles, parce que leurs enfants et leur mari y sont. Notre objectif est de créer le réflexe "c'est le site qui correspond à nos envies". Il faut installer la marque, et installer une double marque, tf1.fr et Plurielles. Nous avons notamment lancé une campagne d'affichage métro et arrière de bus.

TF1 étant une marque généraliste, pourquoi vous lancez-vous dans la création de sites thématiques ?


Nous avons lancé une galaxie de sites autour de tf1.fr pour améliorer et augmenter notre offre. L'objectif est de s'adresser à des cibles plus précises, comme les femmes, les enfant, les sportifs... Nous nous adressons à des segments de population, mais TF1 se veut généraliste. En fait, le plus rare aujourd'hui sur Internet est le contenu et c'est ce qui est vraiment le plus important.

Par quels biais ces contenus vont-ils continuer à s'enrichir ?


Nous avons actuellement plus de 2 000 vidéos sur le site, on peut aussi y regarder le journal télévisé 20 minutes après sa diffusion. Nous diffusons également des contenus Reach Medias et nous souhaitons développer des images spécifiques. Tout cela constitue de nouveaux moyens de consommer l'image. Il s'agit encore d'une période d'essais et de défrichage. C'est ce qui la rend très intéressante. Nous avons encore un fonctionnement de start-up, même si nous sommes 75 et 95 à la rentrée. Ce sont les temps pionniers de l'Internet grand public. Il faut savoir comment les internautes ont envie de consommer. Aujourd'hui, Internet, c'est uniquement de la dépense. Ce sont les entreprises qui ont les reins solides qui pourront y rester.

Jusqu'à présent, d'où proviennent les revenus du site ?


Ils proviennent essentiellement de la publicité, mais nous avons 180 millions de francs de dépenses et 15 millions de francs de recettes. Il existe aussi une forme de revenus sur d'autres moyens. La bonne santé du cours de l'action TF1 est aussi due à la stratégie Internet. Le groupe n'aurait pas de stratégie Internet, il serait en difficulté. Il y a aussi le commerce électronique. Ce n'est pas notre vocation, mais nous pratiquons l'intermédiation en faisant payer la visibilité contre du contenu. En fait sur Internet, les revenus prennent mille formes.

Dans la stratégie de développement de thématiques, envisagez-vous de racheter des sites existants ?


Il existe effectivement la possibilité de racheter des sites, mais actuellement, l'objectif consiste à se développer avec des partenaires et en interne. Par exemple, nous allons développer un site sur la Bourse avec Les Echos et un site sur le sport avec Eurosport. Il ne s'agit pas de racheter des sites à des conditions prohibitives. Pour l'instant, la politique de rachat est assez risquée.

Qui sont vos principaux concurrents sur Internet ?


La concurrence est celle des grands portails, type Voila, Wanadoo ou Club-Internet. Notre objectif est d'être un portail de référence et d'ouvrir l'accès pour mieux maîtriser la distribution et offrir des possibilités de diffusion meilleures. Curieusement, les autres chaînes de télévision ont pris un peu de retard.

Le portail ne risque-t-il pas de concurrencer la chaîne ?


S'il y a moins de téléspectateurs devant leur écran, il faut qu'ils retrouvent TF1 ailleurs. Il s'agit d'une offre complémentaire qui permet aussi à la chaîne de réfléchir à sa modernisation.

Philippe Chesnaud

TF1 à l'assaut des millennials avec Minutebuzz

TF1 à l'assaut des millennials avec Minutebuzz

TF1 à l'assaut des millennials avec Minutebuzz TF1 à l'assaut des millennials avec Minutebuzz

Après avoir abandonné son site web pour passer au tout social et tout vidéo, Minutebuzz accélère son développement avec la prise de participation [...]

TF1 teste la publicité adressée

TF1 teste la publicité adressée

TF1 teste la publicité adressée

A l'occasion de la clôture de la première journée du Hub Forum hier, TF1 Publicité a annoncé en avant-première le lancement de deux expérimentations [...]

M-commerce : TF1 lance l'application TF1 Conso

M-commerce : TF1 lance l'application TF1 Conso

M-commerce : TF1 lance l'application TF1 Conso

Avec ses partenaires Catalina et Plyce, e-TF1 crée un nouveau site et une application mobile dédiée au couponing, et expérimente ainsi un outil [...]

3W Régie lance une offre de mailing ciblé

3W Régie lance une offre de mailing ciblé

3W Régie lance une offre de mailing ciblé

3W Régie lance une offre d'envoi de mails publicitaires personnalisés et en temps réel, à chaque visiteur identifié sur un des sites de son [...]