Recherche

interview Henri de Maublanc Acsel

Publié par le

« Si l'on croit aux vertus d'un e-mail maîtrisé, il faut se donner les moyens de l'encadrer ». Les propositions et recommandations de l'Acsel, visant à combattre la pratique du spamming, ont suscité de vives polémiques dans le milieu des acteurs de la communication directe et des marchands en ligne. L'occasion de faire le point, avec Henri de Maublanc, président de l'Acsel, sur les véritables enjeux de ce dispositif.

  • Imprimer

Pouvez-vous nous rappeler les positions de l'Acsel dans la lutte contre le spamming ?


Nous voulons faire comprendre qu'il existe aujourd'hui des solutions techniques qui permettent de faire plus que la loi qui se contente, pour l'heure, d'interdire les envois non sollicités. Concrètement, nous devons nous donner les moyens coercitifs qui conviennent, pour que cette régulation soit effective.

Quel dispositif proposez-vous d'adopter ?


Nous proposons une technique de marquage des mails envoyés en nombre. Ce marquage obligerait les acteurs à s'identifier auprès d'un organisme qui leur délivrerait l'imprimatur nécessaire pour diffuser leurs messages sur la Toile.

Quels en seraient les principaux avantages ?


Ce tampon permettrait de s'assurer, de manière très simple, de l'origine du mail marketing et d'interdire la diffusion des e-mails non "affranchis" sur les réseaux des opérateurs télécoms et des FAI.

Cela ne pénalisera-t-il pas les acteurs honnêtes qui font de l'envoi en nombre depuis l'étranger ?


Les pays européens peuvent tout à fait s'accorder sur une politique commune. Et c'est déjà le cas. Si vous souhaitez faire de l'e-mail en Allemagne, il vous faut, au préalable, acquérir des listes opt-in.

Pourquoi, dans ce cas, les acteurs de l'e-mailing ont-ils montré si peu d'enthousiasme pour ces propositions ?


Parce que certains considèrent, sans doute, que l'autorégulation, c'est mieux que la prise de position. Or, l'autorégulation est souvent soutenue par ceux qui en profitent abusivement à leur convenance. Qui voulez-vous que cela puisse gêner sinon ceux-là mêmes qui craignent de ne pas pouvoir obtenir un tampon de marquage parce qu'ils ne respectent pas, en amont, les règles de la collecte des données ?

En l'absence d'un cadre de vigilance strict, à quels problèmes doit-on s'attendre à court terme ?


Les opérateurs de télécoms et les FAI vont être tentés de s'équiper de filtres, au risque de filtrer sans discernement ce qu'ils croient être un contenu illégitime. Bien que la pratique soit illégale, c'est déjà ce qui se passe. D'où la nécessité de réguler les voies de courrier pour éviter le filtrage non maîtrisé. Si on croit au marketing direct et aux vertus de l'e-mail maîtrisé, il faut l'encadrer pour éviter que le média ne soit pourri par des abus massifs.

Certains commerçants ont cru déceler, à travers vos propositions, un préalable à la mise en place d'un affranchissement payant suggéré par l'Irepp (Institut de recherche et de prospectives postales) ?


C'est absolument faux, cette idée de marquage est la mienne. Nous l'avons volontairement annoncée haut et fort pour faire réagir. Mais, loin de nous la volonté d'être totalitaires. Le débat reste ouvert.

Etes-vous partisan du marquage payant ?


La notion de payant est annexe et pourra être étudiée par la suite, mais l'enjeu tarifaire est dérisoire par rapport à l'enjeu de la protection du mail marketing lui-même.

Les acteurs craignent que l'économie du système actuel soit bouleversée s'il s'agit d'acheter des timbres ou de s'équiper de solutions coûteuses...


C'est normal, car les adresses elles-mêmes deviendraient plus coûteuses et moins rentables. Mais, de toute façon, ces adresses valent déjà de moins en moins cher en raison de la progression du spam. Or, lorsqu'elles seront contrôlées, elles seront revalorisées par la preuve du respect des méthodes de collecte. Les acteurs craignent de ne plus pouvoir bénéficier des outils dont ils disposent aujourdhui pour collecter des adresses. Mais il faut pourtant trouver des moyens légaux de le faire.

Pourquoi ne pas adopter les solutions technologiques de type Brightmail ?


J'ai rencontré des internautes scandalisés de devoir payer un supplément à Yahoo ! pour ne pas être sollicités illégalement. Il serait d'ailleurs scandaleux de devoir payer La Poste pour ne pas recevoir de courrier. L'idée que l'on puisse renverser la vapeur et obliger les gens qui font de l'envoi en nombre honnête, à passer par un filtre qui nous débarrasserait des malhonnêtes est plutôt un avantage.

Nathalie Carmeni

L'ACSEL'R 2016

L'ACSEL'R 2016

L'ACSEL'R 2016 L'ACSEL'R 2016

L'ACSEL, l'association du numérique présidée par Cyril Zimmermann, organise le grand rendez-vous prospectif du digital, sur le thème : " Peut-on [...]

Grande Matinée des métiers du digital

Grande Matinée des métiers du digital

Grande Matinée des métiers du digital

Organisée par l'ACSEL, Association de l'Economie Numérique, cette conférence permettra aux participants de mieux appréhender la gestion des [...]

Australie rachète Noodle

Australie rachète Noodle

Australie rachète Noodle

Le groupe Australie renforce son offre digitale avec l'acquisition de l'agence dirigée par Henri Lavaure.

L'Acquisition et la fidélisation on line

L'Acquisition et la fidélisation on line

L'Acquisition et la fidélisation on line

Ce nouvel ouvrage de la collection Tout savoir sur…, dirigée par Henri Kaufman, revient sur les piliers d'une stratégie webmarketing et les [...]

Ecodesign, chemins vertueux

Ecodesign, chemins vertueux

Ecodesign, chemins vertueux

Les auteurs, Fabrice Peltier et Henri Saporta, dressent un panorama complet sur l'empreinte écologique des emballages.