Recherche

Wanadoo Data acquiert e-sama

Publié par le

En prenant le contrôle d'e-sama, Wanadoo Data veut se développer dans la chaîne de valeur du marketing relationnel.

  • Imprimer


La concentration du marché n'est pas terminée. Après la vague de la fin de l'année 2004 et du début 2005, c'est au tour d'e-sama d'être rachetée à 100 % par Wanadoo Data, filiale de PagesJaunes Groupe, lui-même filiale de France Télécom. Créée en 1999, Wanadoo Data, spécialisée dans la commercialisation de fichiers, souhaitait se développer sur l'ensemble de la chaîne de la relation client, et notamment sur l'offre hébergement de bases de données. De son coté, e-sama, créée il y a dix ans, autour des prestations de CRM (gestion de bases de données, fulfillment, centre d'appels de 40 positions basé à Angoulême) commençait à atteindre une taille critique. En 2004, la société de 94 personnes a réalisé un chiffre d'affaires de 8,4 millions d'euros (en croissance de 22 %) et annonce une marge de REAA (résultat d'exploitation avant amortissement des immobilisations) de 20 %. E-sama revendique une trentaine de clients dans le secteur automobile (groupe Ford…), secteur caritatif (Téléthon…), La Poste, Eugène Perma… « Le rapprochement avec Wanadoo Data constitue un vrai projet industriel, et doit apporter de la pérennité », commente Serge Gracieux, directeur général d'e-sama. « Le mariage des deux sociétés va nous permettre d'être présent sur l'intégralité de la relation client», ajoute Valérie Papaud, directeur général de Wanadoo Data. Le cumul des chiffres d'affaires des deux sociétés représente 20 millions d'euros pour 2004, avec un total de 170 personnes. « Nous sommes complémentaires au niveau des offres et des marchés », poursuit Valérie Papaud. De fait, e-sama est plutôt orientée grands comptes, tandis que Wanadoo Data annonce 1 600 clients (presse, édition, marché local…) dont 200 grands comptes. « En 2005, les deux nouveaux partenaires vont s'atteler à construire le projet de rapprochement et à rendre l'offre lisible sur le marché », indique Henri Moché, directeur de la stratégie groupe de PagesJaunes. A terme, en 2006, l'ensemble devrait adopter un nouveau nom.

Sophie Mensior