En ce moment En ce moment

Viking Direct teste toutes les formules

Publié par le

Comme tout vépéciste, Viking Direct, spécialiste de la vente de fournitures de bureau, affiche une forte activité de prospection et consomme de nombreux fichiers B to B. Entre fichiers achetés et bases louées ponctuellement, l'entreprise invente son mix maison.

  • Imprimer


Pour soutenir sa stratégie de prospection, Viking Direct, spécialiste de la vente à distance de fournitures de bureau, utilise deux méthodes principales. « La moitié de nos envois est réalisée à partir du fichier Insee : nous avons en effet fait l'acquisition d'une licence Insee. L'autre moitié des opérations se réalise via des fichiers variés : des fichiers compilés, spécialisés ou issus d'échange avec d'autres vépécistes. Pour chaque campagne, nous utilisons entre 15 et 20 fichiers différents », explique Sylvia Martin, responsable marketing France de la société.

Instaurer une relation de partenariat


Viking Direct a fait le choix de travailler avec des courtiers comme Direct Sucess en Allemagne, Corpdata et Adral en France, ou Médiaprisme en Espagne et bientôt en France. « Cela nous facilite la tâche. Ce sont eux qui assument le suivi du fichier et qui vérifient les détails pratiques, comme le fait que la livraison des données soit assurée en temps et heure. » Pour choisir un courtier, Sylvia Martin insiste sur la relation de partenariat à instaurer avec son prestataire. « Le critère de choix le plus important, c'est la réactivité du courtier, sa capacité à tenir ses engagements, en termes de volume et de rotation de fichiers. Et au minimum deux fois par an, nous vérifions les choses ensemble, pour être sûr que nous avons fait le tour de l'offre et de nos besoins. » Au regard de son expérience personnelle européenne, Sylvia Martin constate d'importantes différences dans l'offre en fichiers B to B entre la France et les pays du Nord : « On trouve clairement en France de moins bons fichiers que dans d'autres pays, comme l'Angleterre. L'offre est de plus réduite, car les entreprises françaises ne sont pas habituées à commercialiser leurs informations clients. Même l'échange, particulièrement courant en Angleterre, est plus difficile à réaliser en France. »

Laure Deschamps

Autres articles

[Infographie] Les professionnels face à l'emailing
[Infographie] Les professionnels face à l'emailing

[Infographie] Les professionnels face à l'emailing

Par

Il a seulement quelques jours loccasion du salon Paris Retail Week la SNCD et ses partenaires pour lannee 2017 Combbase EmailStrategie Kompass [...]

Nicolas Favre nommé directeur général d'adidas France
Nicolas Favre nommé directeur général d'adidas France

Nicolas Favre nommé directeur général d'adidas France

Par

Personnalite marketing de annee 2016 Nicolas Favre occupait les fonctions de CMO de la filiale francaise adidas dont il prend aujourd hui la [...]

Engie : deux chatbots pour le prix d'un
Engie : deux chatbots pour le prix d'un

Engie : deux chatbots pour le prix d'un

Par

Engie fournisseur de gaz et electricite multiplie les experiences chatbot Objectif permettre ses clients entrer en contact avec sa marque tout [...]

Fiche produit
Fiche produit

Fiche produit

Par

La fiche produit est outil qui recense tous les attributs du produit ou du service dans une optique de vente et de reponse toutes les questions [...]

La fiche de risque
La fiche de risque

La fiche de risque

Par

La fiche de risque decrit les risques meritant une attention particuliere et les affecte un responsable unique Elle enregistre les caracteristiques [...]