Recherche

Valette Foie Gras à la recherche d'un progiciel

Publié par le

Avec la montée en puissance de ses ventes à distance, l'entreprise cherche à réduire ses coûts de traitement des commandes en se dotant d'une solution informatique prépackagée.

  • Imprimer


Les ventes à distance auprès des particuliers de Valette Foie Gras progressent de 15 % par an et représentent aujourd'hui près de 10 % de son activité. Le traitement des commandes s'effectue sur le progiciel de gestion intégré SAP, dont l'entreprise s'était doté en 2001 pour gérer l'ensemble de ses activités. Une solution non adaptée aux spécificités de la gestion de vente à distance. Il faut, par exemple, cliquer sur cinq à six onglets pour que les deux personnes en charge de la saisie des commandes puissent les enregistrer dans la base de données. Ce qui prend en moyenne dix minutes. Il existe bien un module SAP spécifique à la vente à distance. Mais il s'avère trop complexe et bien trop onéreux pour les besoins d'une société de la taille de Valette Foie Gras, dont le chiffre d'affaires en 2004 s'élevait à 24 millions d'euros. « Nous recherchons un progiciel de gestion intégré pour la vente à distance multicanal qui soit adapté à notre activité », confie Christophe Fredon, directeur marketing de Valette Foie Gras.

Un investissement à étudier

L'idée consiste à gérer un stock spécifique à la vente à distance, approvisionné directement par le site de production. Actuellement, les produits sont certes regroupés dans un picking “Parti­culiers”, mais d'autres secteurs d'activité peuvent être amenés à s'y approvisionner. « Nous comptons améliorer la gestion de ces produits et éviter les ruptures de stocks, surtout en période de pointe », souligne Nathalie Lahouze, responsable marketing B to C chez Valette Foie Gras. La solution de gestion au niveau de l'administration des ventes devrait réduire à 2 ou 3 minutes le temps d'enregistrement de chaque commande. Plusieurs progiciels, qui offrent plus ou moins de fonctionnalités, sont à l'étude. « Nous n'avons pas encore décidé s'il était judicieux de se doter d'une solution de picking avec lecteurs de codes à barres. Ceci nous permettrait de contrôler avec davantage de rapidité et de fiabilité la cohérence entre le bordereau de préparation et les prélèvements réels. Avant de prendre notre décision, il nous faut calculer si les gains de productivité ainsi obtenus justifient un surcoût de notre investissement », explique Christophe Fredon.

Cahier réalisé par Geneviève Hermann