Recherche

VAD en B to C : téléphone et Internet en hausse

Publié par le

Malgré une tendance confirmée à la baisse, le courrier reste le premier canal en termes de génération de chiffre d'affaires de la vente à distance aux particuliers. En B to B, c'est le fax, lui aussi en légère baisse, qui domine.

  • Imprimer


Les chiffres de la Fevad (Fédération des Entreprises de vente à Distance) ne laissent pas de place au doute : si l'on observe la part des différents canaux de commande dans le chiffre d'affaires de la vente à distance aux particuliers, le téléphone et Internet sont en hausse, le courrier et le Minitel en baisse. Des évolutions qui ne traduisent pas de véritables chocs, mais qui confirment des tendances amorcées depuis plusieurs années. En 2001, le courrier représentait 53 % du chiffre d'affaires de la VAD grand public, part la plus faible jamais enregistrée. C'est 0,5 point de moins qu'en 2000 et 1,8 point de moins qu'en 1997. Baisse plus significative pour le Minitel, dont la part passe de 11,6 % en 1997 à 6,8 % en 2001. La place du fax ne bouge pas : 2,9 % avec les autres modes de commande (bureaux de prise de commande, groupeurs...). Le téléphone est un canal de plus en plus important dans le chiffre d'affaires de la vente à distance : 34,9 % en 2001. Si son poids évolue peu depuis 1999 (+ 0,5 point), il a fait en quatre ans un bond de 4,5 point. Mais la progression la plus flagrante revient, bien sûr, à Internet, dont la part est passée entre 1999 et 2001 de 0,5 % à 2,4 %. En 2001, Internet aura ainsi généré un chiffre d'affaires direct de 190 ME (ces données excluant la vente on line de services, comme les voyages). En ce qui concerne la vente à distance aux professionnels, le fax devient le premier canal. Il représente en effet 39, 7 % du chiffre d'affaires global de la VAD en 2001 (41 % en 2000), alors que 87 % des acheteurs l'utilisent dans leur passage de commande. La deuxième part revient au téléphone : 39,2 % du chiffre d'affaires (38,4 % en 2000) et 71 % d'utilisateurs. Suivent le courrier (13,9 % du CA et une pénétration de 25 %), la visite commerciale (4,9 % du CA), Internet (2,1 % du CA pour une pénétration de 30 %) et le Minitel (0,2 % du CA).

Muriel Jaouën

Recettes publicitaires : la baisse ralentit en 2016

Recettes publicitaires : la baisse ralentit en 2016

Recettes publicitaires : la baisse ralentit en 2016 Recettes publicitaires : la baisse ralentit en 2016

Avec 6058 millions d'euros générés sur les trois premiers trimestres 2016 d'après l'IREP, la baisse des recettes publicitaires se stabilise [...]

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

Dans 4 ans, une commande sur quatre en B to B sera effectuée sur un site de e-commerce, d'après l'étude sur la transition numérique & ecommerce [...]

L'e-mailing ne baisse pas la garde

L'e-mailing ne baisse pas la garde

L'e-mailing ne baisse pas la garde

L'e-mail demeure un outil majeur de prospection et de fidélisation, aussi bien en B to B qu'en B to C, selon l'étude "Email marketing attitude", [...]