Une préparation complexe

Publié par le

Choix du mode d'échantillonnage, maîtrise de la logistique, connaissance des contraintes en matière d'alimentation et d'hygiène, contrôle et suivi de l'opération, sont autant d'éléments primordiaux pour mener à bien une opération d'échantillonnage.

  • Imprimer

1Brief annonceur


Le brief est la première étape. Il décrit, entre autres, le produit à diffuser (positionnement, campagne médias associée, prix…), la cible, la période durant laquelle l'annonceur souhaite communiquer, le bon de réduction éventuel, etc. C'est ici que sont indiquées les contraintes spécifiques du produit, comme la date limite de consommation, la température s'il s'agit d'un produit frais… A la suite du brief, les agences proposent leurs recommandations avant de se mettre d'accord avec l'annonceur et lancer la mise en œuvre de l'opération.

2Contexte


La marque doit choisir le contexte (lieu, moment) dans lequel elle veut diffuser ses échantillons. L'idée est de toucher le prospect à un moment où il est particulièrement disposé à tester un nouveau produit. Pour les 12-25 ans par exemple, les échantillons sont remis à la sortie des lycées, des universités, dans les boîtes de nuits ou les bars. Le moment choisi (matin, midi, après-midi, soirée, Noël, fêtes, vacances scolaires…) dépend essentiellement du type d'échantillon proposé.

3Réseau


< Il est important de choisir les bons réseaux en termes de ciblage. Les partenariats réseaux (enseignes ou indépendants) se développent, car ils permettent de sélectionner les prospects en fonction de la clientèle du magasin concerné et apportent aussi un avantage sur les coûts, puisque ce sont les vendeurs qui font office d'animateurs. En contrepartie, les annonceurs sont parfois amenés à payer des droits d'entrée, mais ce n'est pas systématique. L'enseigne, pour sa part, y trouve son avantage puisqu'elle suscite davantage de relationnel avec ses clients. Ainsi, les salons de coiffure, les magasins de fleurs, les boutiques de prêt-à-porter, ou encore les clubs de sport relaient souvent des opérations d'échantillonnage. Les réseaux indépendants, eux, sont plus difficiles à constituer et il faut créer des BDD qualitatives et négocier des contrats individuellement.

4Logistique


C'est sans doute l'étape la plus lourde, en particulier lorsqu'il s'agit de produits alimentaires. La maîtrise de la logistique est une condition primordiale pour la réussite d'une opération d'échantillonnage. Fabrication des échantillons et produits associés (leaflets, goodies…), transport jusqu'au point de distribution, stockage des produits, recours aux hôtes et hôtesses, équipement du stand, quantité d'échantillons à distribuer doivent impérativement être anticipés et contrôlés.

5Autorisations préalables


Cette étape concerne essentiellement les opérations de street marketing. En effet, on ne peut pas installer un stand ni distribuer des échantillons n'importe où et n'importe comment. Par exemple, à Paris, l'avenue des Champs-Elysées est interdite à ce type d'opérations. D'où la nécessité de prendre contact avec les mairies, écoles, universités… des villes concernées et se procurer les autorisations nécessaires.

6Contrôle


Une fois l'opération mise en route, il est important de s'assurer que le cahier des charges est respecté, c'est-à-dire que les colis arrivent bien en boîtes aux lettres, que les stands sont bien installés à l'endroit prévu, que les quantités correspondent, que les hôtesses sont vêtues comme convenu, qu'il n'y a pas de problèmes logistiques, que le discours de la marque est respecté…

7Performance


Enfin, la dernière étape consiste à mesurer l'efficacité de l'opération à travers des post-tests. Il s'agit de mesurer la perception de l'opération auprès de la cible, d'évaluer l'impact sur l'image de la marque et de calculer la rentabilité de l'opération.

Céline Oziel

La rédaction vous recommande

Benchmark des KPIs des Services Clients 2017
Benchmark des KPIs des Services Clients 2017

Benchmark des KPIs des Services Clients 2017

Par Easiware

easiware Hubicus lAMARC presentent la 2eme edition du benchmark des KPIs Sappuyant sur un panel de plus de 300 professionnels dentreprises de [...]

Sur le même sujet

Zoom sur la digitalisation des points de vente
Retail
Zoom sur la digitalisation des points de vente

Zoom sur la digitalisation des points de vente

Par Dalila Bouaziz

La digitalisation des vendeurs s'articule autour de trois grandes thématiques ROIstes : web-to-store, in-store et ship from store. Mais cette [...]

86 Champs : la rencontre de la gastronomie et de la cosmétique
Retail
86 Champs : la rencontre de la gastronomie et de la cosmétique

86 Champs : la rencontre de la gastronomie et de la cosmétique

Par Dalila Bouaziz

Sur la plus belle avenue du monde, l'Occitane et Pierre Hermé inaugurent un concept-store inédit où le visiteur peut déguster plats sucrés ou [...]

Faut-il encore investir dans la fidélisation?
Retail
Faut-il encore investir dans la fidélisation?
cristina_conti - stock.adobe.com

Faut-il encore investir dans la fidélisation?

Par Clément Fages

Totem de la littérature marketing, la fidélité et les stratégies de fidélisation sont devenues de véritables martingales, que Byron Sharp et [...]

5 idées reçues sur la tarification dynamique
Retail
5 idées reçues sur la tarification dynamique
vege - stock.adobe.com

5 idées reçues sur la tarification dynamique

Par Pierre Hébrard, fondateur et CEO de Pricemoov

La tarification dynamique consiste à ajuster ses prix à la hausse ou à la baisse en fonction du contexte d'achat. Cependant, les idées préconçues [...]