Recherche

Une carte prépayée pour Internet

Publié par le

SEP-Tech s'apprête à diffuser sa carte prépayée Easycodes. Une solution de micropaiement qui pourrait bien réussir à s'imposer si le modèle payant sur Internet gagne du terrain.

  • Imprimer


Un principe d'une simplicité enfantine. La carte Easycodes, développée par la société SEP-Tech, repose sur la technologie des codes éphémères. D'une valeur de 15 ou 30 €, cette carte prépayée possède un numéro unique que l'internaute inscrit dans le formulaire de paiement. Pour valider son achat, il doit encore entrer un code, à chaque fois différent, qu'il gratte sur la carte elle-même. Ce numéro authentifie la transaction via les serveurs de SEP-Tech. Et défalque, du même coup, le montant de l'achat du crédit restant. Reste une difficulté de taille : diffuser Easycodes auprès des éditeurs de sites et du grand public. C'est là sans doute que les choses se compliquent. Car il n'est pas certain que SEP-Tech ait les moyens de son ambition sans l'arrivée d'un grand partenaire. Idéalement donc, Easycodes devrait être utilisé auprès des sites. Une cinquantaine de partenaires sont prévus pour crédibiliser cette solution. Editeurs de presse, de musique, établissements bancaires ou sites adultes sont tous susceptibles de l'intégrer parmi leurs solutions de paiement. Car elle offre, outre la sécurité, l'anonymat qui sied à certains. Pour l'heure, toutefois, Thierry Baillie, P-dg de SEP-Tech, n'a signé que peu de contrats. Un éditeur de site X, un autre d'astrologie se sont embarqués dans l'aventure. Pourtant, « l'utilisation de la carte s'avère sans aucun frais pour le commerçant », souligne-t-il. Quant à sa généralisation auprès du grand public, SEP-Tech mise, à terme, sur 300 points de vente situés dans les grandes villes françaises. Parmi les lieux prioritaires, les cybercafés ou les distributeurs de téléphonie mobile. Pour les convaincre, SEP-Tech a lancé la fabrication de 20 000 cartes que la société s'apprête à offrir à ses prospects. Dernière difficulté, l'émergence du modèle payant sur Internet. Car, si tous sont décidés à trouver d'autres sources de revenus que la seule publicité, les sites passés au tout payant voient leur trafic fondre comme neige au soleil.

Muriel Rozelier

Starbucks combine paiement et fidélité

Starbucks combine paiement et fidélité

Starbucks combine paiement et fidélité

Après un premier succès en Angleterre, en Suisse et en Autriche, la chaîne de cafés vient de lancer un nouveau programme de fidélisation, qui [...]

Diligo, la traçabilité personnalisée

Diligo, la traçabilité personnalisée

Diligo, la traçabilité personnalisée

La start-up française Channel Com Interactive lance un concept inédit de cartes prépayées d'accès à Internet. Un moyen pour les entreprises [...]

Métriques en ligne : le SRI tire la sonnette d'alarme

Métriques en ligne : le SRI tire la sonnette d'alarme

Métriques en ligne : le SRI tire la sonnette d'alarme

Suite au mea culpa de Facebook, qui a récemment reconnu pour la seconde fois avoir surestimé certaines de ses métriques, le Syndicat des Régies [...]

Audience mobile : Médiamétrie élargit sa mesure

Audience mobile : Médiamétrie élargit sa mesure

Audience mobile : Médiamétrie élargit sa mesure

La société d'études média combine des données user-centric et site-centric pour mieux appréhender l'Audience Internet Mobile qui représentait [...]

Top 5 des Mannequin Challenges des marques

Top 5 des Mannequin Challenges des marques

Top 5 des Mannequin Challenges des marques

Après le ice bucket challenge, place au mannequin challenge. Ce phénomène viral, qui a contaminé toute la sphère internet, consiste à se filmer [...]