Recherche

Une adresse 50 % plus chère qu'en B to C

Publié par le

Avec un prix unitaire moyen à la location de 0,30 euro, l'adresse e-mail B to B est de plus en plus souvent facturée au contact abouti.

  • Imprimer


Une récente étude de Digital Business Surveys ("50 fichiers e-mails B to C et B to B") confirme que l'e-adresse est plus chère, en France, dans le B to B que dans le B to C. La différence étant de l'ordre de 50 %. L'étude note au passage, que le mode de collecte n'influe que peu sur le coût de l'adresse : 0,32 pour l'opt-in, 0,30 pour l'opt-out. Chez le fournisseur PH7, la différence s'avère un peu plus marquée : 0,30 euro pour l'opt-in contre 0,23 pour l'opt-out. L'Européenne de Données, qui, comme chez la plupart des fournisseurs, ne commercialise ses e-adresses qu'à la location, propose des tarifs à 0,27 euro pour les e-mails nominatifs et 0,22 euro pour les e-mails génériques (ne comportant que le nom de la société ou du service). Frais informatiques : 150 euros. Minimum de facturation : 800 euros. Pour ses propres adresses e-mails, Charter ne descendra jamais en dessous de 0,40 euro. Kompass annonçait, pour sa part, en octobre 2001 un tarif de location à partir de 0,30 euro jusqu'à plus de deux euros pour une e-adresse avec restitution de la fiche complète concernant l'entreprise. Bref : la moyenne marché tourne autour de 0,30 euro. Mais les fournisseurs sont de plus en plus nombreux à ne facturer que l'adresse aboutie. Et pour cause : un fichier B to B, quand bien même il aurait été constitué et entretenu dans les meilleures conditions, présentera facilement un taux de NPAI de 15 %. C'est, par exemple, le cas pour la base de Reed Exposition France. « En fait, le niveau des "vrais" NPAI (adresse non attribuée, résiliée ou incorrectement formulée) ne sera que de 1,5 %. Les 13,5 % restant seront des "faux" NPAI », souligne Emmanuel Armand. "Faux NPAI", c'est-à-dire adresses qui n'aboutiront qu'après deux, trois ou quatre envois. La saturation des lignes ou un dysfonctionnement au niveau du serveur ayant limité la portée du premier envoi. « Lorsque notre base comptait 200 000 adresses, nous avons demandé à un prestataire d'évaluer le taux de vrais NPAI : il s'élevait à 3 500, soit 1,75 % du total », raconte le directeur du département marketing direct de Reed Expositions France.

Muriel Jaouën

Comment tirer parti du mobile marketing en B to B

Comment tirer parti du mobile marketing en B to B

Comment tirer parti du mobile marketing en B to B

Les strategies mobile first ne se limitent plus au to 70 de leurs homologues to envisagent de passer au SMS marketing et aux QR codes ici l [...]

Télévision et data : TF1 appréhende l'adressable TV

Télévision et data : TF1 appréhende l'adressable TV

Télévision et data : TF1 appréhende l'adressable TV

GRP data analytics drive to web ou environnement logue la regie publicitaire du groupe TF1 detaille lors de ses ateliers data les differentes [...]

iMedia Brand Summit

iMedia Brand Summit

iMedia Brand Summit

4eme edition de cet evenement ou prestataires et annonceurs se rencontrent autour du theme de innovation en marketing digital Plus de 500 decideurs [...]

M6 Publicité muscle son offre drive to web

M6 Publicité muscle son offre drive to web

M6 Publicité muscle son offre drive to web

En nouant un partenariat avec Holimetrix specialiste de attribution TV drive to web M6 Pub entend muscler son offre drive to web dans objectif [...]

My Little Paris traverse l'Atlantique

My Little Paris traverse l'Atlantique

My Little Paris traverse l'Atlantique

La startup rachetee par Aufeminin agrandit son carnet adresser en lancant une declinaison americaine de sa newsletter La Parisienne

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

Dans ans une commande sur quatre en to sera effectuee sur un site de commerce apres etude sur la transition numerique ecommerce to realisee [...]