Recherche

Une adresse 50 % plus chère qu'en B to C

Publié par le

Avec un prix unitaire moyen à la location de 0,30 euro, l'adresse e-mail B to B est de plus en plus souvent facturée au contact abouti.

  • Imprimer


Une récente étude de Digital Business Surveys ("50 fichiers e-mails B to C et B to B") confirme que l'e-adresse est plus chère, en France, dans le B to B que dans le B to C. La différence étant de l'ordre de 50 %. L'étude note au passage, que le mode de collecte n'influe que peu sur le coût de l'adresse : 0,32 pour l'opt-in, 0,30 pour l'opt-out. Chez le fournisseur PH7, la différence s'avère un peu plus marquée : 0,30 euro pour l'opt-in contre 0,23 pour l'opt-out. L'Européenne de Données, qui, comme chez la plupart des fournisseurs, ne commercialise ses e-adresses qu'à la location, propose des tarifs à 0,27 euro pour les e-mails nominatifs et 0,22 euro pour les e-mails génériques (ne comportant que le nom de la société ou du service). Frais informatiques : 150 euros. Minimum de facturation : 800 euros. Pour ses propres adresses e-mails, Charter ne descendra jamais en dessous de 0,40 euro. Kompass annonçait, pour sa part, en octobre 2001 un tarif de location à partir de 0,30 euro jusqu'à plus de deux euros pour une e-adresse avec restitution de la fiche complète concernant l'entreprise. Bref : la moyenne marché tourne autour de 0,30 euro. Mais les fournisseurs sont de plus en plus nombreux à ne facturer que l'adresse aboutie. Et pour cause : un fichier B to B, quand bien même il aurait été constitué et entretenu dans les meilleures conditions, présentera facilement un taux de NPAI de 15 %. C'est, par exemple, le cas pour la base de Reed Exposition France. « En fait, le niveau des "vrais" NPAI (adresse non attribuée, résiliée ou incorrectement formulée) ne sera que de 1,5 %. Les 13,5 % restant seront des "faux" NPAI », souligne Emmanuel Armand. "Faux NPAI", c'est-à-dire adresses qui n'aboutiront qu'après deux, trois ou quatre envois. La saturation des lignes ou un dysfonctionnement au niveau du serveur ayant limité la portée du premier envoi. « Lorsque notre base comptait 200 000 adresses, nous avons demandé à un prestataire d'évaluer le taux de vrais NPAI : il s'élevait à 3 500, soit 1,75 % du total », raconte le directeur du département marketing direct de Reed Expositions France.

Muriel Jaouën

Hubert Faucher : le pédagogue du marketing BtoB

Hubert Faucher : le pédagogue du marketing BtoB

Hubert Faucher : le pédagogue du marketing BtoB

Le "Monsieur B to B" de l'Essec, Hubert Faucher, plaide pour que son secteur ne soit plus le parent pauvre des enseignements marketing face [...]

Le Design Thinking au service du time-to- market

Le Design Thinking au service du time-to- market

Le Design Thinking au service du time-to- market

Poussées par un time-to-market toujours plus court, les grandes marques sous-estiment souvent les enjeux et les risques d'un projet digital. [...]

[BtoB] Réseaux sociaux: du flirt à l'engagement

[BtoB] Réseaux sociaux: du flirt à l'engagement

[BtoB] Réseaux sociaux: du flirt à l'engagement

Les médias sociaux ont gagné leurs lettres de noblesse dans le B to B. Et pour cause : ces canaux deviennent incontournables pour prospecter, [...]

[BtoB] 5 fonctions marketing qui montent

[BtoB] 5 fonctions marketing qui montent

[BtoB] 5 fonctions marketing qui montent

Grâce au digital, le marketing B to B se renouvelle et constitue un vivier d'offres intéressantes pour les jeunes diplômés ou les professionnels [...]