Recherche

Un observatoire pour la BAL

Publié par le

L'ISA est un média à part entière. Caddi compte le prouver en lançant, en collaboration avec Cospirit Research, un observatoire de la Boîte aux lettres.

  • Imprimer


«En créant cet observatoire, nous voulons développer un outil qui permette de suivre les performances du média boîte aux lettres. » Pour Franck Ladegaillerie, directeur général de Caddi, spécialiste du contrôle de la boîte aux lettres (filiale du groupe CoSpirit), la création d'un observatoire de la Boîte aux lettres permettra de crédibiliser l'ISA. C'est en collaboration avec CoSpirit Research, institut d'études marketing spécialisé dans les nouveaux comportements d'achats engendrés par l'utilisation d'Internet, que cet observatoire devrait être lancé. « Si chaque année Médiapost fait des études sur ce média, il manque en revanche une méthodologie permettant de suivre ses performances. Le but de l'observatoire, c'est de fournir mensuellement des relevés d'information. Ainsi, les annonceurs auront une vision plus claire de la pression publicitaire au niveau régional comme national », ajoute Franck Ladegaillerie. Cette mesure permettrait, par exemple, à des enseignes de moyenne importance, qui ne distribuent que sous la forme d'une douzaine de vagues par an, de ne pas être noyées dans le flot des distributions des grands annonceurs.

Panel de 300 ménages


L'observatoire permettra également d'observer les campagnes en mesurant leur nature, leur couverture, nationale ou régionale, leurs fréquence et ciblage. Chaque enseigne, en fonction de la stratégie de ses concurrents, pourra adapter son message. Sortir plutôt un consumer magazine qu'un 4 pages. Concrètement, le panel représentatif est constitué de 300 ménages qui récupèrent les prospectus chaque semaine. Les données sont triées par région, type d'habitat, âge et CSP du chef de famille, taille du foyer. Les moyens de mesure de la pression publicitaire prennent en compte l'encombrement des BAL, la saisonnalité de l'encombrement et les régions les plus exposées. Ces données sont remontées mensuellement et présentées sous la forme d'indicateurs graphiques accessibles via un Extranet sécurisé. Lancement prévu : novembre prochain. « Nous sommes encore en phase de prescription, précise Franck Ladegaillerie. Mais, d'ores et déjà, de grandes enseignes sont intéressées par ce produit. » Les données pourront être mises à disposition sous la forme d'un abonnement annuel, mais aussi en fonction du nombre de vagues d'opérations envisagées, sur trois ou six mois.

ACQUISITION : Secap dans le giron de Pitney ?


Après avoir racheté les activités européennes et asiatiques de Bell & Howell Mail and Messaging Technologies (voir Marketing Direct n° 56, page 7), Pitney Bowes, le leader américain de l'affranchissement du courrier, a annoncé le 2 juillet 2001 avoir ouvert les discussions avec Fimalac, maison mère de la société Secap, spécialisée dans les équipements, les fournitures et la technologie de courrier auprès des PME/PMI, en vue de son acquisition. Les parties sont en discussion pour un prix de l'ordre de 1,45 milliard de francs. L'acquisition de Secap, qui dispose d'une part de marché de 30 %, reste soumise à l'approbation des autorités compétentes et devrait être finalisée avant la fin du mois de septembre 2001.

Olivier Brusset

[Étude] Les Français, accros au smartphone

[Étude] Les Français, accros au smartphone

[Étude] Les Français, accros au smartphone [Étude] Les Français, accros au smartphone

Les chiffres du récent Observatoire Deloitte sur les usages mobiles des Français sont sans équivoque : le smartphone est incontournable, avec [...]

Le prêt-à-porter, les femmes et Camaïeu

Le prêt-à-porter, les femmes et Camaïeu

Le prêt-à-porter, les femmes et Camaïeu

74 % des femmes achètent leurs vêtements en période de soldes ou de promotions pour une valeur de 208 € en moyenne. Pour mieux cerner [...]