En ce moment En ce moment

Trois questions à… Lester Wunderman

Publié par le

Lester Wunderman est l'homme qui a identifié, nommé et défini le marketing direct. Il a fondé en 1958 ce qui est devenu l'un des principaux réseaux mondiaux de marketing direct. Président émérite de Wunderman, il est également directeur de i-Behavior, fournisseur de services pour bases de données. Il livre ses réflexions sur le devenir du MD à l'heure du multimédia.

  • Imprimer

Quelles tendances voyez-vous en matière de communication commerciale ?


La communication des marques est devenue moins technique, plus émotionnelle. Le slogan de Toyota, par exemple, “Get the Feeling”, en est l'illustration. De plus, l'apport de médias interactifs tels que l'Internet ouvre de nouveaux horizons. Désormais, l'économie est dirigée, tirée par les consommateurs. Il peuvent dire à la marque : “Voilà ce dont j'ai besoin, peux-tu me le fabriquer ?”. C'est un nouveau type d'économie, fondée sur les services.

L'Internet va-t-il supplanter le marketing direct classique ?


Absolument pas. De même que la télévision n'a pas supplanté la radio ou le cinéma, l'Internet s'ajoute aux autres médias. Chaque année, les dépenses en marketing direct croissent. Les nouveaux outils permettent aux marques de se concentrer sur les clients potentiels. D'un message envoyé à tout le monde, on passe à des messages individualisés à des groupes ciblés. L'Internet est un média de dialogue, comme le téléphone. Mais c'est aussi un média froid, cérébral. Ce qui lui manque, c'est l'émotion. La télévision, la radio, le mailing papier ont ce pouvoir. L'Internet permet au consommateur de s'adresser directement à la marque, sans filtre. Mais je vois aussi un danger : celui de l'envahissement de la sphère privée.

Vous pensez aux bases de données marketing ?


Il faut savoir, dans les masses de données collectées sur les individus, quelles sont les plus appropriées, lesquelles utiliser et jusqu'à quel point. Il faut faire la différence entre le privé et l'intime. Je pense aussi au spamming. Le grand problème est que l'envoi d'e-mails ne coûte quasiment rien, et que cela pousse des bandits à en abuser. A mon avis, il faudra trouver un moyen de rendre l'e-mailing payant, sous la forme d'une taxe par exemple. Ainsi, le marché se régulera.

Olivier Brusset

La rédaction vous recommande

Inbound Marketing - Adoptez une stratégie gagnante
Inbound Marketing - Adoptez une stratégie gagnante

Inbound Marketing - Adoptez une stratégie gagnante

Par Editialis Brand Content

Notre societe et notre economie ont profondement evolue Deux postures sont envisageables rester rive ses habitudes ou evoluer en apportant [...]

Sur le même sujet

Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne
Média
Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne

Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne

Par Clément Fages

Soucieux de mettre sa gamme Fines Bulles en avant, Perrier lance ce 19 février une campagne TV et digitale basée sur le remake du film "La Lionne", [...]

PR Lab 2018 : quel antidote face aux fake news ?
Média
PR Lab 2018 : quel antidote face aux fake news ?

PR Lab 2018 : quel antidote face aux fake news ?

Par Stéphane Guillard

Syntec Conseil en Relations Publics et ses partenaires convient les professionnels de la communication le 10 avril 2018 à la 4e [...]