Téléperformance veut creuser l'écart

Publié par le

Le numéro un du télémarketing a absorbé le numéro trois, et entend cultiver la concurrence entre les deux marques.

  • Imprimer


Pronytel était à vendre, Téléperformance l'a acheté. Le 15 janvier dernier, le Groupe GMF a cédé le numéro trois du télémarketing (80 millions de francs de chiffre d'affaires) au leader français et européen (chiffre d'affaires total : 840 millions de francs). Une cession qui, si elle s'inscrit dans un schéma général de concentration du marché, en modifie sensiblement la donne. «Mon objectif est d'atteindre les 500 millions de francs de chiffre d'affaires en France. Afin d'accentuer l'écart creusé entre le groupe Téléperformance et la concurrence. Afin également de nous assurer une assise suffisante pour réduire les chances d'acteurs étrangers dans l'Hexagone», explique Christophe Allard, vice P-dg du groupe Téléperformance.

Cohérence financière et concurrence commerciale


Pronytel devra-t-il sacrifier sa culture d'entreprise à celle de sa nouvelle holding ? L'ex-filiale de GMF s'est toujours prévalue d'évoluer sur le terrain du centre dédié, de la formation, du téléservice. Téléperformance véhicule une image plus "télémarketing", et revendique une capacité à traiter les très gros volumes d'appels. Et pourtant, affirme-t-on chez Téléperformance, pas question de sacrifier la marque et le positionnement de Pronytel. La société conserve son nom. Jean-François Guillot, ex-Téléperformance Sud-Ouest et Paris, devient directeur général de Pronytel SA. «Si l'on avait eu pour seule ambition d'absorber une entreprise afin de la fondre dans le groupe, le rachat n'aurait pas eu de sens, poursuit Christophe Allard. Ce que nous souhaitons, ce n'est pas de voir Pronytel faire du Téléperformance, mais bien du Pronytel, et du bon. La marque du groupe Téléperformance, en tant que holding, joue sur la cohérence financière, sur les règles opérationnelles, sur la logique qualitative, sur la formation, mais en aucun cas sur les stratégies commerciales. En ce sens, Pronytel et Téléperformance sont et restent deux entreprises concurrentes. Nous sommes en quelque sorte une majorité plurielle.» Le groupe Téléperformance, qui affiche pour 1997 une croissance de plus de 80 % (50 % en croissance interne, plus de 30 % en croissance additionnelle), entend développer cette année son activité internationale, notamment via des rachats en Asie (Japon et Corée) et en Amérique du Sud. Le groupe vise un chiffre d'affaires 1998 de 1,2 milliard de francs (dont 60 % à l'étranger).

MURIEL JAOUËN

Autres articles

L'assurance du rire
L'assurance du rire L'assurance du rire

L'assurance du rire

Par

Cette semaine dans ce premier numero de Panorama Pub on plonge dans le monde de assurance en mode franche rigolade On bien aime le Steeve [...]

Marketing dévoile son 200e numéro avec ses partenaires
Marketing dévoile son 200e numéro avec ses partenaires

Marketing dévoile son 200e numéro avec ses partenaires

Par

Jeudi 13 avril equipe de Marketing au grand complet devoilait son 200e numero ses partenaires au restaurant Carne Paris pour un petit dejeuner [...]

Gifi digitalise ses points de vente
Gifi digitalise ses points de vente

Gifi digitalise ses points de vente

Par

Avec une centaine de magasins deja equipes ecrans Gifi numero du discount digitalise ses magasins Installes des endroits strategiques les ecrans [...]

Vincent Vantilcke, le smart marketer de Huawei France
Vincent Vantilcke, le smart marketer de Huawei France

Vincent Vantilcke, le smart marketer de Huawei France

Par

Directeur marketing de la division grand public de Huawei France depuis trois ans Vincent Vantilcke accompagne la marque fondee en 1987 dans [...]