Recherche

TNS lance son Baromètre de l'e-commerce français

Publié par le

Jamais réalisée auparavant, cette étude de TNS Interactive mesure la progression des achats en ligne effectués au cours du premier semestre 2003. 10 000 acheteurs en ligne ont été interviewés entre décembre 2002 et mai 2003 et 138 sites internet passés au crible.

  • Imprimer


Premier constat : les acheteurs en ligne ont augmenté de 20 % en un an, passant de 30 % de la population des internautes en juin 2002 à 36 % un an plus tard. Croissance qu'il convient de mettre en perspective avec l'augmentation naturelle de la population des internautes. En France, elle a augmenté de 19 % entre juin 2002 et juin 2003. Les utilisateurs du Web représentent désormais 44 % de la population contre 37 % un an auparavant. Autre signe marquant : pour la première fois, la proportion d'e-acheteurs (36 % des internautes) dépasse celle des non-acheteurs inquiets de donner leurs coordonnées bancaires en ligne (33 % des internautes). Ce qui dénote une baisse des craintes liées au paiement en ligne. Qui plus est, ces e-acheteurs s'avouent satisfaits de leur expérience, 91 % d'entre eux se disant prêts à la renouveler.

Le capital de l'ancienneté


Plus l'ancienneté sur le Web est importante, plus la propension à l'achat est élevée. Cette thèse est confirmée par l'étude : 40 % des e-acheteurs utilisent Internet depuis plus de quatre ans contre 33 % des internautes dont l'ancienneté se situe entre deux et quatre ans et 25 % qui utilisent le Web depuis moins de deux ans. Nul n'ignore, par ailleurs, l'influence du Web sur le commerce traditionnel : aujourd'hui, 54 % des e-acheteurs et 47 % des non acheteurs se sont déjà renseignés en ligne avant d'effectuer leurs achats off line. Concernant le profil de l'e-acheteur, on constate qu'en dépit d'un élargissement de la population des utilisateurs, il est assimilable à celui de l'ensemble de la population des internautes mais pas tout à fait identique à celui de l'acheteur traditionnel. Plus jeune (50 % ont moins de 35 ans et 1/3 entre 35 et 49 ans), plus masculin (57 % d'hommes pour 43 % de femmes) que la population française, le profil de l'e-acheteur est souvent celui d'un habitant de petites communes (19 %), issu de foyers de 4 personnes et plus en moyenne (39 %) et, surtout, c'est un assidu qui utilise le Net au quotidien (69 % contre 52 % pour l'ensemble de la population internautes).

L'e-acheteur, consommateur averti et exigeant


Sans surprise, l'étude nous apprend que 80 % des e-acheteurs pratiquent la comparaison de prix avant de passer à l'acte. Sur certains sites, 50 % des visiteurs proviennent des comparateurs de prix, le leader incontesté étant Kelkoo. Autre point important : 89 % des e-acheteurs reçoivent les newsletters des sites où ils réalisent des achats, mais d'autres sources de fidélisation semblent s'affirmer. C'est le cas des programmes multienseigne, tels que Maximiles, le plus populaire auprès des internautes acheteurs. D'après l'étude, un tiers d'entre eux seraient inscrits à ce type de programme. Dernier constat de l'étude : 1 internaute sur 5 déclare avoir rencontré des difficultés dans le processus de commande, plus de 50 % d'entre eux ont fini par acheter sur le site d'un concurrent.

Nathalie Carmeni