Recherche

Suadela et Valtech s'associent dans les solutions de e-commerce

Publié par le

Transformer une visite de client sur un site en achats, c'est le but que se fixent Suadela et Valtech en signant un partenariat.

  • Imprimer


On connaît la difficulté que peut avoir un internaute à choisir un produit ou un service en ligne. « On en est encore à la préhistoire au niveau de l'interface entre le visiteur et le site de e-commerce », estime Jean-Marc Soulier, directeur associé de Valtech. Suadela, l'éditeur de Suadela Selling Solution 2.0, propose un logiciel qui permet de gérer de façon simple l'interaction client. Son principe : il capture le dialogue des forces de vente habituelles et le restitue sous la forme de questions pertinentes qu'il posera au client. Le logiciel part des besoins du client pour arriver à lui proposer un produit ou un service. « Contrairement aux logiciels de configuration qui utilisent les fiches techniques des produits pour élaborer une offre, nous nous situons en amont, déclare Thomas Baudin, co-fondateur de Suadela. Notre solution assiste le consommateur pour l'aider dans ses choix. » Restait à Suadela à trouver un partenaire disposant des compétences CRM et e-business pour proposer une solution globale et packagée.

Intégration multicanal


Ce partenaire, c'est donc Valtech, une société de conseil en management spécialisée dans les nouvelles technologies. Ce partenariat porte sur l'audit stratégique et marketing et l'intégration multicanal de la solution Suadela. Pour la partie opérationnelle, Valtech procédera à un audit marketing, afin de construire le dialogue de vente dans la solution logicielle, ainsi que la formalisation de l'expertise du vendeur du monde physique et son paramétrage fonctionnel. Enfin, Valtech, avec l'aide éventuelle des techniciens de Suadela, procédera à l'intégration technique et au pilotage du projet. Ce partenariat porte sur l'intégration de la solution Suadela dans un site web, mais aussi dans d'autres points de contacts avec le client : centres d'appels ou encore bornes interactives.

Olivier Brusset