Recherche

Spamming : l'exemple américain

Publié par le

L'utilisation de plus en plus massive des "pourriels" aux USA, pousse autorités comme associations professionnelles à prendre position. Et à agir.

  • Imprimer


Aux USA, l'envoi de "pourriels" par e-mail prend une tournure inquiétante. La Federal Trade Commission vient d'arrêter sept contrevenants ayant mis sur pied une chaîne pyramidale. L'envoi promettait à son destinataire, de recevoir plus de 46 000 dollars s'il envoyait un chèque de 5 dollars aux cinq premiers d'une liste. En échange, il recevait un guide lui permettant de monter sa propre chaîne. La FTC, jouant son rôle de protection du consommateur, s'attaque au spamming sur tous les fronts. Opérations coup de poing, mises en garde auprès de sociétés se livrant au harcèlement : en envoyant près de 2000 e-mails, enjoignant, sous peine de poursuite, de cesser ces pratiques. Elle va augmenter la puissance de ses logiciels et de sa BDD anti-spamming. Et va lancer une campagne de sensibilisation auprès des internautes. Leur suggérant de ne pas répondre pour demander de se faire désinscrire : répondre permet au spammeur de savoir que l'adresse e-mail qu'il a utilisé est bonne... De son côté, la DMA, a mis au point une charte de déontologie sur l'usage des e-mails commerciaux et la protection des données privées. Recommandant de mettre en évidence dans les e-mails commerciaux : l'identité de l'expéditeur, un objet clair et sans équivoque, et un contact spécifique pour l'opt-out. De plus, l'adresse de l'expéditeur devrait figurer sur l'e-mail. Enfin, les émetteurs d'e-mails sont fortement incités à filtrer leurs fichiers de noms grâce au fichier repoussoir de la DMA.

Olivier Brusset