Recherche

Spam : profil d'un "killer"

Publié par le

Si la nuisance occasionnée par le spam provoque des réactions virulentes de la part des internautes, c'est avant tout en raison de la quantité de "pourriels" qui envahissent leur boîte e-mail.

  • Imprimer


D'après une récente étude réalisée par l'institut Harris Interactive, le rapport entre courrier sollicité et non sollicité serait, en France, de 1 e-mail sur 5 reçus chaque jour pour 67 % des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête. Aux Etats-Unis, le mot "fléau" prend tout son sens : selon l'étude, un internaute reçoit, en moyenne, 2 200 spams par an, soit plus de 6 intrus par jour. Et, si l'on tient compte des projections de croissance de cette pratique, estimée à + 15 % par mois, on comprend mieux la légitimité de l'alarmisme ambiant à l'égard de ce phénomène. Les offres par spam issues du secteur de l'informatique sont légion, en particulier les offres sur les logiciels (41 %) et celles relatives au matériel informatique (38 %). L'immobilier n'est pas en reste : 61 % des spams émanent de ce domaine. Autre secteur en ligne de mire : la finance, qui ne rechigne pas à recourir aux envois massifs pour placer ses crédits (79 %) ou ses offres d'investissements financiers (68 %). Mais le plus nuisible des spams, c'est encore l'e-mail pornographique (91 %), difficile à filtrer en raison de son contenu "visuel" quasiment indétectable, et particulièrement nocif pour son caractère délétère. Qui peut engendrer des pénalités plus ou moins lourdes dans un contexte professionnel ou, pire encore, des nuisances d'ordre pédo-psychologique lorsque sont touchés des mineurs en bas âge. Car n'importe quel public est une cible potentielle, les envois massifs touchant indifféremment tout type de messagerie électronique. Mais les effets collatéraux du spam ne s'arrêtent pas à ce stade. Si cette pratique constitue un outil de vente des plus économiques, parfois même efficace, le coût de traitement qu'elle impose à ses victimes, notamment les entreprises, n'a rien d'anodin. Selon Forrester Research, le traitement d'un "pourriel" se chiffre à 1 euro par message, à 200 $ par an et par utilisateur, selon l'institut Ferris. Or, si l'on considère qu'entre 2002 et 2006, un utilisateur pourrait, selon Jupiter, recevoir jusqu'à 1 500 spams par an, il y a fort à parier sur une rapide évolution des technologies de protection permettant de contrer la pollution.

Nathalie Carmeni

Le spam, un cadeau dont personne ne veut

Le spam, un cadeau dont personne ne veut

Le spam, un cadeau dont personne ne veut

Il y a certains cadeaux dont on se passerait bien pour les fêtes : le pull orange qui gratte tricoté par une grande tante ou les charentaises [...]

Symantec publie son rapport sur les spams

Symantec publie son rapport sur les spams

Symantec publie son rapport sur les spams

Le spécialiste des solutions logicielles d'infrastructures indique que sur l'ensemble des spams enregistrés, 92,2% sont issus de sources nouvelles. [...]

"99 % des e-mails sont des spams !"

"99 % des e-mails sont des spams !"

"99 % des e-mails sont des spams !"

La majorité des e-mails commerciaux sont considérés comme des spams. Didier Gaultier, dg France d'Epsilon International, explique comment mettre [...]

SMS+ et FullSIX combattent le Spam

SMS+ et FullSIX combattent le Spam

SMS+ et FullSIX combattent le Spam

Le site www.33700-spam-sms.fr, conçu par l'agence interactive, conseille le grand public sur la manière de lutter contre les SMS abusifs.