Recherche

Quelle valeur pour votre cadeau ?

Publié par le

Le 11 mars 2003, la Cour de cassation a rendu une décision très attendue, dans le domaine des primes et des cadeaux. Une décision qui vient confirmer les modalités de calcul des menus objets. Une décision que, désormais, les professionnels du marketing direct ne pourront ignorer lorsqu'ils calculent le coût des cadeaux qu'ils offrent.

  • Imprimer


En effet, la Cour de cassation vient de confirmer que la valeur de la prime doit inclure le coût du cadeau, mais également tous les frais nécessaires à l'offre et qui n'auraient pas existé si le cadeau n'avait pas été offert. Si, aujourd'hui, tous les professionnels du MD savent pertinemment que l'offre de cadeaux, à l'occasion d'achats ou suite à des achats, est strictement interdite, ils savent également que des exceptions existent puisque des cadeaux ou des services de faible valeur peuvent être offerts. Pour rappel, la réglementation des ventes avec primes est fixée par l'article L. 121-35 du Code de la consommation, selon lequel les cadeaux pour les consommateurs sont interdits. Plusieurs conditions doivent toutefois être réunies pour que le cadeau soit qualifié de prime et, dès lors, sanctionné. Il s'agit des conditions suivantes : - offre d'une vente ou de service, - le bénéficiaire doit être un consommateur, - l'avantage doit consister en des produits ou des services non identiques à ceux vendus ou proposés à titre principal, - il doit être attribué immédiatement ou, à terme, gratuitement. Sur ce fondement, ont été sanctionnées les offres de cuisine lors de tout achat de maison, de télévision noir et blanc pour tout achat de téléviseur couleur, ou bien encore de cadeaux dans le cadre d'un programme de fidélisation.

Les menus objets


A côté de ce principe d'interdiction, existe une autorisation permettant d'offrir des cadeaux ou des services de faible valeur. Cette exception clairement prévue permet, dès lors, d'offrir de menus objets ou services dont la valeur est expressément déterminée. Cette valeur est déterminée en fonction du prix de vente net, TTC, des produits ou services faisant l'objet de la vente à titre principal. Deux cas sont expressément envisagés par cet article : - dans l'hypothèse où le prix de vente net du produit vendu est inférieur ou égal à 80 euros TTC, la valeur maximale de la prime est alors limitée à 7 % ; - dans le cas où le prix de vente net serait supérieur à 80 euros TTC, la valeur maximale de la prime est alors limitée à 5 euros + 1 % du prix de vente net. En tout état de cause, la valeur de la prime ne peut dépasser un plafond fixé en valeur absolue à 60 euros TTC. Or, la Cour de cassation vient de confirmer, dans sa décision du 11 mars 2003, que les modalités de calcul de la prime devaient être constituées de tout ce qui était nécessaire à l'utilisation des menus objets et notamment, du mode de conditionnement du produit faisant l'objet de la vente avec prime. En l'espèce, le coût du cadeau devait inclure le coût des éléments permettant de présenter le cadeau. Un second aspect, particulièrement intéressant de la décision de la Cour de cassation, est de préciser que les producteurs eux-mêmes étaient responsables du respect des dispositions afférentes aux ventes à prime. Les vendeurs desdits produits ne sont donc pas les seuls à être condamnés pénalement en cas de non-respect de ces dispositions. Pour mémoire, des peines de contravention de 1 500 euros ou de 3 000 euros en cas de récidive sont prononcées. Désormais, seront également sanctionnées toutes les entreprises qui proposent à la vente des produits donnant droit à l'attribution d'une prime, qui ne limitent pas la valeur de la prime par rapport à son propre prix de vente. De nouvelles contraintes se présentent donc pour les fabricants qui offrent eux-mêmes un avantage, puisqu'ils devront jongler entre l'interdiction d'imposer leurs prix et l'obligation de connaître les prix des produits vendus. Cette décision devrait donc faire réfléchir juristes, économistes, commerçants...

Brigitte Misse

[Marketing Day 2016] Data driven marketing 2/2

[Marketing Day 2016] Data driven marketing 2/2

[Marketing Day 2016] Data driven marketing 2/2 [Marketing Day 2016] Data driven marketing 2/2

Data scientist data analyst chief data officer ces metiers sont de plus en plus prises en entreprise ou les donnees semblent guider les prises [...]

Gustave & Rosalie boxe dans la catégorie e-commerce

Gustave & Rosalie boxe dans la catégorie e-commerce

Gustave & Rosalie boxe dans la catégorie e-commerce

Creee en 2012 la newsletter des bons plans du faux couple parisien se decline aujourd hui en plus de ses verticales jeunes parents maison en [...]

Le CSA autorise les coupures pub des JT de TF1

Le CSA autorise les coupures pub des JT de TF1

Le CSA autorise les coupures pub des JT de TF1

La decision du CSA est tombee mercredi 19 juillet TF1 pourra entrecouper ses journaux televises de 13h et de 20 heures de publicites Une premiere [...]

Les 3 situations de décision

Les 3 situations de décision

Les 3 situations de décision

situations de decision peuvent etre decrites en fonction de la stabilite de environnement et de sa perception dans entreprise La decision emergente [...]

Le comité de pilotage

Le comité de pilotage

Le comité de pilotage

Le comite de pilotage est une instance de decision au sein de la structure du projet Il est constitue de decideurs de organisation et experts [...]

Qui sont les meilleurs chatbots de Noël?

Qui sont les meilleurs chatbots de Noël?

Qui sont les meilleurs chatbots de Noël?

Les chatbots ces assistants virtuels capables de converser avec les clients seduisent les marques Pour les fetes de fin annee la tendance est [...]