Recherche

Quatre techniques s'affrontent

Publié par le

Opter pour l'impression numérique, c'est choisir, parmi quatre (et bientôt cinq) techniques différentes, la solution qui va correspondre le mieux aux attentes de l'entreprise, donneur d'ordres du mailing. Pour effectuer le bon choix, il est primordial, pour le client comme pour le prestataire, de connaître les avantages et limites de chacune d'entre elles.

  • Imprimer

Les machines hybrides


Ce type d'équipement est constitué de l'assemblage d'un système de gravure directe sur plaque (CTP ou Computer To Plate) et d'une presse offset couleur. Trois phases composent la production : l'envoi du fichier numérique au calculateur de la presse, la gravure directe des plaques sur les cylindres et le tirage lui-même. Le processus est identique à l'offset, hormis la gravure des plaques qui se fait en direct. Celle-ci en général n'excède pas cinq minutes et évite toutes les opérations traditionnelles d'impression comme le flashage des films, le montage et la gravure. Le plus souvent, ces machines ont adopté le principe de l'offset sec qui évite l'opération de mouillage. Le calage s'effectue alors en quelques minutes (15 à 17 minutes pour la gravure et le calage), contre plus d'une demi-heure pour l'offset conventionnel. A noter que les plaques servant au CTP ainsi que les encres waterless utilisées en offset sec présentent un surcoût non négligeable par rapport à des supports classiques, de l'ordre de 20 à 30 %. On compte principalement dans cette catégorie de machines, plutôt réservées aux gros tirages, des équipements comme la QuickMaster et la SpeedMaster d'Heidelberg, la DicoWeb de Man Roland, la TruePress de Screen, et la 3404 de Ryobi.

L'électrophotographie à toner


Les presses de cette catégorie affichent le plus souvent un format A3 et acceptent des supports dont le grammage est compris entre 60 et 300 g. Elles sont dotées d'un cylindre électrostatique semblable à celui des copieurs ou des imprimantes laser. Un laser vient en réalité dessiner l'image de la page sur le cylindre. Celui-ci est insolé par des diodes de densité variable. L'image prend alors forme sur le cylindre en attirant des grains de toner sur les zones chargées électriquement par le faisceau laser. L'encre est ensuite reportée sur le papier par une cuisson à 300° C. Contrairement à l'offset numérique, la forme imprimante est réécrite à chaque tour de machine, ce qui laisse envisager une personnalisation optimale de la page puisque celle-ci peut, en théorie, être complètement réinventée à chaque nouvelle feuille. La cadence atteinte peut être de l'ordre de 2 à 4 000 feuilles/heure. Reste un inconvénient : cette technologie d'impression, parce qu'elle utilise la cuisson des encres, ne peut faire l'objet d'un deuxième passage en machine pour une personnalisation plus pointue, en jet d'encre ou au laser. En effet, les encres imprimées la première fois risqueraient de fondre lors du deuxième passage en presse. En outre, il est préférable d'utiliser sur ces machines des papiers particulièrement résistants aux hautes températures, ce qui peut limiter le choix pour des mailings spécifiques. Les équipements les plus connus de cette catégorie sont les presses DCP de Xeikon, Dicopress de Man Roland, NexPress 2100 d'Heidelberg, ou encore DocuColor iGen3 de Xerox.

Les encres liquides


A ce jour, seules les machines Indigo/Hewlett Packard exploitent la technique des encres liquides. Sur la base d'une presse offset traditionnelle, il s'agit d'utiliser des encres liquides spéciales, baptisées electro-inks. Au moment du lancement de l'impression, les quatre images en mode bitmap, issues de la séparation des couleurs comme dans la quadrichromie offset, sont envoyées dans la mémoire de la machine qui pilote le laser. Les couleurs sont traitées les unes après les autres en commençant par le jaune, puis le magenta, le cyan et le noir. Chargé en électricité, le cylindre photorécepteur est insolé par le laser. L'encre est alors injectée sur le cylindre et, par effet électrostatique, se dépose sur les seules parties insolées. L'excédent est récupéré pour être recyclé dans le processus de production. L'encre déposée est, pour sa part, reportée sur un blanchet chauffé à 90 °C et sur lequel elle va se polymériser. Elle est ensuite transférée par pression sur le papier, comme dans le procédé offset. Ce type d'équipement atteint des cadences de l'ordre de 4 et 8 000 feuilles/heure. HP a annoncé que prochainement ces performances devraient, avec le modèle w3400, parvenir à 16 000 feuilles/heure.

Le jet d'encre


Dans cette catégorie d'équipements fonctionnant en jet d'encre, trois techniques cohabitent : le continu, le thermique (ou dit à bulle d'encre) et le piézo-électrique. Dans le procédé du jet d'encre continu, des gouttelettes d'encre sont expulsées à grande vitesse par des gicleurs. Un déflecteur empêche l'encre d'atteindre les surfaces non inscriptibles. Les gouttelettes se mélangent les unes aux autres et forment une image en tons continus. Ce procédé induit une forte consommation d'encre, d'où un coût élevé de l'imprimé produit. Il reste donc réservé aux impressions en noir et blanc. Le procédé à bulle d'encre ou à jet d'encre thermique a été élaboré pour pallier cet inconvénient. Dans cette technique, de l'encre à base d'eau est chauffée de manière à créer des bulles d'air qui poussent les gouttelettes d'encre à travers les gicleurs en fonction des besoins. Cependant, la formation des bulles d'air ne pouvait pas être suffisamment accélérée pour pouvoir atteindre le même niveau de qualité qu'avec la technique à jet d'encre continu. C'est ce qui a conduit à la mise au point de la technique piézo-électrique. Celle-ci applique une tension électrique à un diaphragme qui, en se contractant, entraîne les gouttelettes d'encre à travers le gicleur. Une vitesse plus rapide avec "dépôt d'encre à la demande" permet d'obtenir une résolution et une qualité identiques à la technique à jet d'encre continu, tout en diminuant la consommation d'encre. Même si les fabricants aiment rarement détailler la technologie qu'ils utilisent et préfèrent rester discrets sur ce sujet, il est facile de constater que les équipements les plus récents utilisent en grande majorité la technique piézo-électrique. Parmi les rares spécialistes du jet d'encre, Scitex Digital Printing et sa gamme de machines Versamark font figure de leaders en termes d'innovation. Comparativement au laser, cette technique reste encore perfectible. Aux Etats-Unis, les fabricants y croient beaucoup et l'exploitent plus volontiers pour leurs opérations de mailing que le laser. Question de culture technologique.

Le jet d'encre à rangées multiples


Aprion a mis au point une technologie légèrement différente et qui exploite au maximum toutes les capacités du jet d'encre. Baptisée Magic, elle est basée sur des têtes de jet d'encre en construction multicouche, chacune d'entre elles atteignant quelques millimètres d'épaisseur. Elles s'adaptent également à des dimensions d'impression très variables. Le tout avec des coûts très réduits en matière d'encres, une vitesse d'impression élevée et la possibilité de traiter aussi bien de courts tirages que de gros volumes. La technologie est pour l'instant exploitée sur le marché des livres à la demande vendus sur Internet (BookNets) et des revêtements muraux. D'ici un an ou deux ans, le constructeur estime qu'il sera prêt pour attaquer le marché de l'impression numérique, et tout spécifiquement des courts tirages personnalisés. Si ce procédé remplit toutes ses promesses, il devrait bouleverser le marché de l'impression numérique, en le rendant accessible à un maximum de donneurs d'ordres grâce à des coûts devenus enfin abordables.

Agnès Legoeul

La Poste personnalise ses créas grâce à la data

La Poste personnalise ses créas grâce à la data

La Poste personnalise ses créas grâce à la data

Pour sa campagne " Côté Pro ", La Poste s'est appuyée sur les techniques de DCO (Dynamic Creative Optimization). Avec un but : traduire la granularité [...]

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

Dans 4 ans, une commande sur quatre en B to B sera effectuée sur un site de e-commerce, d'après l'étude sur la transition numérique & ecommerce [...]

C!Print 2017

C!Print 2017

C!Print 2017

Salon international des professionnels de l' impression numérique & textile, ainsi que de la personnalisation, cette manifestation met en [...]

4 bonnes pratiques en matière de référencement naturel

4 bonnes pratiques en matière de référencement naturel

4 bonnes pratiques en matière de référencement naturel

Une stratégie de référencement naturel sera d'autant plus efficace qu'elle respecte quelques règles de base. L'événement We Love SEO, organisé [...]

Marketing relationnel

Marketing relationnel

Marketing relationnel

L'entreprise fait face à quatre évolutions majeures qui l'amènent à placer le client au coeur de ses processus et de son organisation.

[Pilules créatives] Le marketing envahit les rues

[Pilules créatives] Le marketing envahit les rues

[Pilules créatives] Le marketing envahit les rues

Autoroutes truquées, panneaux d'affichage invisibles... Les marques réinventent le street marketing aux quatre coins du monde et misent sur [...]