Recherche

Qu'est-ce qui fait courir Eric ?

Publié par le

Patron du centre d'appels IntraCall Center, président de l'Association française des centres de relation client (AFRC), Eric Dadian se bat sur tous les fronts pour que le secteur du service à distance soit reconnu.

  • Imprimer


Un patron social. « Il dialogue même avec la CGT », assure l'un de ses proches. Serait-il un tantinet bourgeois bohème ? Qu'on se rassure, si son coeur ne dédaigne pas le social, sa raison s'ancre autour d'un libéralisme teinté d'humanisme. Son père était proche d'Alain Madelin et militait au sein du CNPF. Mais Eric Dadian ne se shoote pas à l'ultralibéralisme de l'ancien président de Démocratie Libérale. Ses accointances politiques le poussent vers des figures comme Gilles de Robien, ancien maire d'Amiens et actuel ministre de l'Equipement, des Transports et du Tourisme, avec qui il s'est "pacsé" lors de l'implantation de son centre d'appels IntraCall Center à Amiens. Beau tableau de chasse : 2 000 emplois créés dont 400 chez IntraCall. C'est vrai qu'on l'a aidé : installé sur une zone franche, il ne paie pas de taxes pendant cinq ans. Alors, même s'il peste maintenant contre les charges, difficile, pour lui, d'envisager de se délocaliser à l'étranger. Car Eric Dadian paie toujours ses dettes. Il évacue le dilemme d'un geste ample : « De toute façon, la politique, ce n'est pas mon truc. Je lui préfère la diplomatie. » Difficile à croire alors qu'il s'apprête, via l'Association française des centres de relation client (AFRC) qu'il préside, à discuter avec le Mouvement des entreprises de France (Medef). « Que devient l'AFRC ? Est-ce qu'elle se maintient comme outil de pression sur les acteurs publics ? Ou doit-elle se transformer en association patronale, capable de négocier, par exemple, le chantier de la formation professionnelle ? » Le débat est ouvert. Et Eric Dadian ne déteste pas donner des coups de butoir. On sent, chez lui, cette prestance de chef de meute, voix de stentor matinée de gouaille, qui n'aime rien d'autre que de convaincre ou de séduire. L'homme est bagarreur. Il le dit sans complexe. « Il faut être à moitié fou pour créer une société aujourd'hui. Il faut avoir faim. Et comme tous les immigrés, j'ai toujours faim. » La légende familiale pourtant se construit autour d'une tragédie. Eric Dadian appartient à la troisième génération d'immigrés arméniens à avoir fui la Turquie lors du génocide de 1915. C'est un fait, il ne lui faut jamais longtemps pour évoquer ses racines. « Mes grands-parents étaient richissimes en Arménie. Lui était ingénieur, elle appartenait à une famille qui possédait les pétroles de Bacou. Lorsqu'ils ont fui, ils ne nous restaient rien qu'un appartement à Paris où les miens se sont réfugiés. » Commence alors l'histoire d'une revanche sur ce destin qui les dénude. « On apprend. On s'intègre. Nous gardons une vraie reconnaissance pour la France qui nous a recueillis. » Eternelle saga de celui qui ne possédait rien, parvenu à la force du poignet, au sommet. « Comme tous les déracinés, nous autres, Arméniens, avions envie de nous battre pour réussir. On a toujours quelque chose à prouver. » Voilà bien le défi : repartir de zéro et se construire à nouveau une identité. Lui, c'est l'idée du service qui l'anime. Avec une intuition : « La mobilité entraîne de nouveaux besoins. Besoins de renseignements, de réservation... Je veux réinventer SVP pour le grand public. » Il fonce. Mais s'avoue pourtant habité par le doute. « Si j'ai vendu ma boîte à l'opérateur télécom Sonera, c'est parce que j'avais la trouille de déposer le bilan. Pour moi, son arrivée dans le capital d'IntraCall permettait d'en assurer la pérennité. » Pas dit qu'aujourd'hui, il ne s'en morde pas les doigts. Sonera, ayant décidé en 2001, de vendre sa participation au fonds de capital-risque 3i. Et si Eric Dadian a pu apprécier le "low management" des Scandinaves, les exigences des Anglo-Saxons le hérissent. « Leur pression est suicidaire. Il faut qu'on les mette au pas d'urgence. Car si, pour moi, qui dirige une société encore en forte croissance, ça passe, les autres sont pris à la gorge. » Un discours qu'on aimerait entendre de la bouche des politiques. C'est dit : on vote pour lui !

Parcours


44 ans, marié, 2 enfants. Maîtrise de science de gestion (MSG) à Dauphine. Deux années à gérer une boutique de bijoux à New York. Retour en France où il intègre le cabinet de Jean-Louis Borloo, actuel ministre de la Ville. En 1987, il rejoint SVP comme directeur des systèmes et dirige ensuite la filiale SVP MultiInfo. Fin 1996, il crée l'association des utilisateurs de Nortel qui deviendra, en 1998, l'AFRC (Association française des centres de relation client) dont il assure la présidence. La même année, il monte sa société, IntraCall Center, à Amiens.

Muriel Rozelier

Éric Trousset est élu président de l'Irep

Éric Trousset est élu président de l'Irep

Éric Trousset est élu président de l'Irep

L'Institut de recherches et d'études publicitaires a renouvelé une partie de son conseil d'administration mardi 14 juin 2016.

Kiabi à la conquête de Paris

Kiabi à la conquête de Paris

Kiabi à la conquête de Paris

De retour dans la capitale, le pop up store parisien de Kiabi vient d'ouvrir ce vendredi 25 novembre 2016. Objectif ? S'implanter de façon plus [...]

Undiz teste le retrait des achats en casiers automatiques

Undiz teste le retrait des achats en casiers automatiques

Undiz teste le retrait des achats en casiers automatiques

Le magasin du centre commercial Saint-Lazare Paris a été sélectionné pour un pilote permettant à Undiz d'évaluer les bénéfices apportés par [...]

Éric Giordano, directeur Europe de HiMedia

Éric Giordano, directeur Europe de HiMedia

Éric Giordano, directeur Europe de HiMedia

Dans le cadre du projet de scission en cours de HiMedia Group, groupe de services digitaux, l'entité de publicité en ligne HiMedia nomme Éric [...]