Recherche

Public-Idée réinvente l'affiliation

Publié par le

Avec ses outils innovants associés à une nouvelle plate-forme, Public-Idée inaugure des solutions inédites pour doper le taux de clics.

  • Imprimer


En dépit d'un retard à l'allumage, l'affiliation semble gagner ses galons au sein de la grande famille des techniques de marketing on line. A telle enseigne que, aux côtés du triumvirat TradeDoubler - FirstCoffee - CibleClic qui domine ce marché, est récemment venu se joindre un nouveau protagoniste, Public-Idée. La plate-forme éponyme inaugurée en début d'année compte s'imposer en référence. Ambitieux, l'objectif sera poursuivi par étapes, à commencer par l'univers des voyagistes, secteur moteur pour le développement du commerce électronique et, par extension, pour celui des techniques spécifiques au on line. « Nous souhaitons avoir 80 % de nos programmes chez les voyagistes en ligne d'ici fin 2005 », affirme Sylvain Gross, fondateur et dirigeant de Public-Idée. Autre marché cible en vue, celui des acteurs de l'Internet marchand dotés d'un catalogue produits. Pour les séduire, Public-Idée mise sur les outils innovants associés à sa plate-forme. Il s'agit de solutions de ciblage et de personnalisation. Le premier, un outil de qualification, permet de générer une liste de sites dont le profil de l'audience correspond le mieux à la cible recherchée. La méthode repose sur la soumission régulière de questionnaires aux internautes du site affilié. S'en dégagent des informations attitudinales sur le profil des visiteurs, site par site. Autre nouveauté, les formats“contextualisables”, reposant sur l'intégration de contenus d'un site donné à celui d'un affilié. Le but : enrichir son propre site et générer des revenus supplémentaires, la commercialisation de ces contenus donnant lieu à un partage entre l'éditeur et l'hébergeur. « C'est le principe de l'affiliation en marque blanche », précise Sylvain Gross qui revendique, pour ce type de campagne, des taux de clics supérieurs à ceux obtenus via les campagnes traditionnelles.

Nathalie Carmeni