En ce moment En ce moment

PriceMinister donne un coup d'accélérateur à sa croissance

Publié par le

Pour pérenniser ses positions acquises et soutenir son développement, PriceMinister intensifie la diversification de son offre et pose les premiers jalons de sa stratégie d'expansion internationale.

  • Imprimer


Profitant d'un climat général où s'ancre, dans l'esprit des consommateurs, le réflexe de l'achat en ligne comme étant un mode de consommation plus avantageux en termes de prix, PriceMinister s'est lancé dans la course à l'e-commerce dès la fin de l'année 2000. En dépit de l'écroulement des valeurs boursières de l'Internet, la start-up française glane, dès sa mise en orbite, 1 million d'euros d'investissements. Les business angel semblent prêts à parier sur l'avenir de ce modèle e-commerce particulier, puisque dépourvu de stocks et fondé sur la simple capacité à garantir la bonne fin des transactions entre acheteurs et vendeurs, soient-ils particuliers ou professionnels. Deux autres tours de table du même montant seront ainsi bouclés entre 2000 et 2002. La société, qui s'affirme rentable depuis 2002, mais ne communique pas son chiffre d'affaires, revendique actuellement 300 000 visites mensuelles et 10 000 transactions par jour réalisées via sa plate-forme. Ce qui en dit long sur le succès d'image dont elle jouit auprès du public.

Tout vendre, sans limites


C'est en claironnant une base line de choc, “Devenez radins”, où la pingrerie était proposée, d'emblée, comme nouvelle valeur consumériste moderne, que le site de produits d'occasion à moitié prix s'est rapidement imposé en référence sur le créneau des bons plans du Net, attirant dans son sillage particuliers et professionnels. Libraires, disquaires et autres catégories commerciales de proximité s'offrent via PriceMinister un canal de distribution supplémentaire pour l'écoulement de leurs invendus, stocks, ou, tout simplement, pour accentuer la visibilité de leur offre courante. Actuellement, un article sur deux vendu sur PriceMinister émane de professionnels qui contribuent à l'ordre de 30 % au chiffre d'affaires du site. Initialement focalisé sur les produits culturels (livres, CD, DVD, etc.), PriceMinister a, depuis, élargi sa gamme à d'autres catégories : l'offre actuelle va de la mode aux jeux et jouets, de la puériculture à l'électroménager en passant par l'informatique, la téléphonie, la maison, le jardin, le bricolage… Pas question d'en rester là. « Initialement, nous nous considérions comme la Fnac de l'occasion. Aujourd'hui, PriceMinister est plus proche d'un supermarché qui peut tout vendre, sans aucune limite », considère Olivier Mathiot, directeur marketing et associé de PriceMinister. Ainsi, au programme des évolutions de 2005, le site annonce l'ouverture de nouvelles rubriques : l'automobile d'occasion, le vin et la gastronomie fine, et pourquoi pas, l'immobilier qui devrait voir le jour en 2006.

Un budget marketing doublé


D'où une récente levée de fonds réalisée début mars. Cette dernière injection d'un montant de 7 millions d'euros doit soutenir, d'une part, le lancement des nouvelles rubriques, mais également l'expansion internationale de PriceMinister. A commencer par l'Italie et l'Espagne où PriceMinister entend se déployer en cours d'année avec, à la clé, une nouvelle version de son site. La refonte, qui interviendra courant avril, répond à plusieurs objectifs : renforcer la marque, accentuer la visibilité de l'offre produits, valoriser le rôle de tiers de confiance de PriceMinister, enfin, accompagner la nouvelle orientation donnée à la politique commerciale. « Nous levons l'obligation de vendre à moitié prix pour laisser au marché la liberté de fixer ses prix », révèle Olivier Mathiot. Pour soutenir ses projets, PriceMinister va doubler son budget marketing. L'investissement, d'un montant de 5 à 10 millions d'euros, sera consacré aux problématiques de la marque et au recrutement. D'ici fin 2005, PriceMinister compte doubler son parc d'abonnés au site, soit fédérer près de 5 millions de membres actifs.

Points clés


Lancement du site en janvier 2001. 10 millions de produits dans 11 catégories. 2,6 millions de membres inscrits à la plate-forme. 50 % de l'offre issus de professionnels. Site préféré des Français dans la catégorie “Informatique”, selon le baromètre e-commerce TNS Sofres 2004.

Nathalie Carmeni

La rédaction vous recommande

Comment le paiement omnicanal améliore la relation client ?
Comment le paiement omnicanal améliore la relation client ?

Comment le paiement omnicanal améliore la relation client ?

Par Cofidis

Decouvrez dans ce livre blanc comment faire du paiement un atout au service de la relation client Au dela de cet acte qui doit etre facile rapide [...]

Sur le même sujet

La DRTV booster d'efficacité selon My Media
Média
La DRTV booster d'efficacité selon My Media

La DRTV booster d'efficacité selon My Media

Par Amélie Riberolle

Après une décennie de mesure de l'efficacité TV avec sa solution Leads Monitor, My Media publie son premier baromètre DRTV, dont les résultats [...]

Lidl nommé "sponsor de l'année" pour son soutien au hand français
Média
Lidl nommé "sponsor de l'année" pour son soutien au hand français

Lidl nommé "sponsor de l'année" pour son soutien au hand français

Par Clément Fages

La 14e édition des Trophées Sporsora récompense les meilleures initiatives de marques en matière de sponsoring sportif. Partenaire de la Fédération [...]

Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne
Média
Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne

Pour promouvoir Fines Bulles, Perrier ressuscite sa Lionne

Par Clément Fages

Soucieux de mettre sa gamme Fines Bulles en avant, Perrier lance ce 19 février une campagne TV et digitale basée sur le remake du film "La Lionne", [...]

PR Lab 2018 : quel antidote face aux fake news ?
Média
PR Lab 2018 : quel antidote face aux fake news ?

PR Lab 2018 : quel antidote face aux fake news ?

Par Stéphane Guillard

Syntec Conseil en Relations Publics et ses partenaires convient les professionnels de la communication le 10 avril 2018 à la 4e [...]