Recherche

Parcours d'un battant

Publié par le

On peut rater ses classes, pas sa vocation. Ainsi apparaît Patrick Jacquemin, P-dg et fondateur de Rueducommerce. Parti de rien mais capable de tout, il dirige aujourd'hui sa propre affaire. Avec force et succès.

  • Imprimer


Dans le hall d'entrée de son siège social, Patrick Jacquemin, cofondateur de Rueducommerce a accroché un joli parchemin au-dessus du banc d'accueil, où l'on peut lire qu'il fut sacré meilleur entrepreneur de l'année 2001. S'agit-il d'un pied-de-nez à l'institution scolaire pour cet entrepreneur viré de lycée en lycée et qui s'est passé du bac ? D'une revanche pour ce patron accompli ? En tous cas, s'il fait les choses à l'envers, Patrick Jacquemin ne les fait pas à moitié. Son premier diplôme décroché en 1989, excusez du peu, c'est celui de l'ISA. Lors de l'oral d'admission à ce MBA d'HEC passé devant une brochette de bac + 5, « j'ai allumé les X », ironise- t-il. Entendez par là qu'il a fait son effet, même si, dans cet univers, s'avouer autodidacte pouvait tout aussi bien passer pour de la provocation. Ex-self-made-man donc, et fier de l'avoir été, Patrick Jacquemin a suivi un parcours « à l'Américaine ». Dans un pays qui aime les beaux parchemins et les carrières rectilignes, il a dû batailler ferme pour ouvrir des portes généralement fermées aux gens de son espèce. Car rien n'est joué à la sortie du circuit scolaire : ne sachant trop que faire, il enchaîne un tour du monde. Bilan du périple ? « Voyager, ça stimule les idées. » De retour en France, il prend le premier job qui se présente : vendeur d'assurances en porte-à-porte. « Je devais déranger des gens qui ne m'attendaient pas et, souvent, n'avaient nul besoin de mes produits. » L'école de la vente est rude mais très formatrice. « C'est là que j'ai appris à enfoncer les portes. » C'est là aussi qu'il développe un goût prononcé pour l'adversité, qu'il conserve aujourd'hui. « Faire la guerre à la concurrence, ça me transcende », assure, zélé, ce bosseur acharné pour qui, « la réussite passe inéluctablement par le travail ». Puis il migre vers le monde bancaire où il voit l'arrivée de l'informatique. Nous sommes au début des années 80. La micro commence à envahir les foyers, lui se prend de passion pour le boursicotage à titre privé. Il se retrouve agent de change à la Bourse de Paris. Mais l'expérience tourne court : « Je passais mes journées à exécuter des ordres, ça m'a vite ennuyé. » Une semaine passée à la corbeille, c'est plus qu'il n'en faut pour bifurquer vers un nouveau sujet : l'analyse financière. Il entre ainsi au Centre d'Observation et de Prospective Sociale, avant de passer dans une filiale de Reuters dédiée également à l'analyse financière. Ayant fait ses preuves dans les services, il rebondit alors dans l'industrie, chez Compaq, où il prend la direction marketing B to B. Il passe, en 1995, chez Soft Bank racheté par Ziff Davis, où il finit P-dg à force de surpasser ses objectifs. Tout va bien. Mais Patrick Jacquemin commence à se sentir à l'étroit dans son costume de cadre de multinationale. Une conférence sur Internet, à San Francisco, le décide à fonder sa propre affaire. Maîtrisant la vente et l'informatique, c'est tout naturellement qu'avec son partenaire Gauthier Picquart, il lance, en 1999, l'e-boutique Rueducommerce, site B to C, focalisé sur les produits high-tech. Ensemble, ils lèvent environ 20 ME. Un pactole qui leur a permis de tenir bon alors que les commandes tardent à décoller. « 2000 et 2001 ont été les années les plus difficiles. On se perdait dans la gestion du quotidien, on avait monté une usine à gaz. » Après un plan social, les effectifs, divisés par deux, reviennent à 65 en 2002, ce qui permet à Rueducommerce d'atteindre la rentabilité en 2003. Mais, pour avoir frôlé la catastrophe et connu récemment des lendemains qui déchantent, ce père de 3 enfants qui se plaît à jouer les papa-poule, a appris au passage l'importance de l'humilité. « Chaque matin, en me rasant, je me répète que rien n'est jamais acquis, que tout peut basculer, du jour au lendemain. » Il sait qu'il lui reste encore des portes à enfoncer…

Parcours


Après un diplôme de l'ISA (MBA HEC), Patrick Jacquemin (39 ans), père de 3 enfants, débute sa carrière dans le secteur financier. Puis il occupe pendant 4 ans, les fonctions de responsable du marketing revendeurs puis responsable grands comptes au sein de Compaq. En 1998, à la suite du rachat de Ziff Davis par SoftBank, Patrick Jacquemin, alors directeur marketing puis directeur général de SoftBank France, devient P-dg de Ziff Davis France. Il a cofondé Rueducommerce avec Gauthier Picquart en 1999.

Nathalie Carmeni

Calendrier de l'Avent du marketer: noventhique (J-16)

Calendrier de l'Avent du marketer: noventhique (J-16)

Calendrier de l'Avent du marketer: noventhique (J-16) Calendrier de l'Avent du marketer: noventhique (J-16)

Tous les jours jusqu'à Noël, emarketing.fr vous fait découvrir ou redécouvrir un mot ou une expression du marketing, représentatifs d'une tendance [...]

Les chatbots : avenir du service client ?

Les chatbots : avenir du service client ?

Les chatbots : avenir du service client ?

71% des consommateurs américains souhaitent être capables de résoudre par leurs propres moyens, les problèmes relatifs à une commande, plutôt [...]

Calendrier de l'Avent du marketer: s-marketing (J-17)

Calendrier de l'Avent du marketer: s-marketing (J-17)

Calendrier de l'Avent du marketer: s-marketing (J-17)

Tous les jours jusqu'à Noël, emarketing.fr vous fait découvrir ou redécouvrir un mot ou une expression du marketing, représentatifs d'une tendance [...]

Les nouveaux métiers du marketing en 2016

Les nouveaux métiers du marketing en 2016

Les nouveaux métiers du marketing en 2016

Quels ont été les métiers, compétences et technologies les plus demandés en 2016 ? Découvrez en infographie l'état des lieux de toutes les évolutions [...]

Pourquoi faut-il démocratiser la data ?

Pourquoi faut-il démocratiser la data ?

Pourquoi faut-il démocratiser la data ?

Partager la compréhension et le traitement de la donnée à l'ensemble des métiers de l'entreprise. La démarche, data-driven, a beaucoup à apporter [...]