Recherche

Overture prend deux moteurs et met le turbo !

Publié par le

4Overture amorce un repositionnement stratégique, qui bouscule le marché de la recherche et verrouille celui du lien promotionnel.

  • Imprimer


Depuis son arrivée en France, le pionnier américain du lien promotionnel n'a pas chômé ! En à peine un an, il a noué sept partenariats avec des portails paneuropéens et vient tout juste d'enchaîner deux rachats successifs : le moteur de recher-che Altavista, et celui du norvégien Fast, le tout pour un montant de 210 M$. Les 60 brevets technologiques d'Altavista et la couverture mondiale du réseau Fast (80 millions d'internautes) lui offrant, d'un coup, l'arsenal nécessaire pour attaquer le marché de la recherche, et verrouiller celui du lien promotionnel. Car tel est l'objectif : « En combinant l'offre "média" et l'offre "moteur", nous pourrons proposer un guichet unique à nos clients », explique Christophe Parcot, le Dg d'Overture France. Plusieurs avantages, et non des moindres, découlent de ce double positionnement : une nouvelle source de revenus, issus de l'activité "moteur", qui devrait générer, à elle seule, de 25 à 30 M$ et porter à 1 Md$ le CA total du groupe Overture d'ici fin 2003. Sans compter les effets de synergie que l'activité "recherche" produira sur l'activité "média". Certains portails, déjà partenaires d'Altavista et de Fast pour la recherche, tombent, de facto, dans l'escarcelle d'Overture. Qui s'en trouvera plus aisé pour proposer son offre de liens publicitaires ! C'est une barrière à l'entrée qui s'élève face à Espotting Media, ou à d'autres concurrents qui tenteraient de proposer leurs liens publicitaires, ou leurs outils de recherche, à ces mêmes portails. Bien conscient du durcissement du marché, Espotting a d'ailleurs tenu à faire savoir que ses contrats "média" ré-cemment noués avec Fast et Altavista se poursuivent en Europe alors même qu'Overture en rappelait la date d'échéance...

Combat à couteaux tirés


Dans ce climat belliqueux, nul n'est épargné. Pas même le n°1 de la recherche en ligne, Google, du moins en ce qui concerne ses activités de recherche en B to B. « Nos partenaires veulent offrir le meilleur à leurs internautes, tout en profitant de notre audience, la plus impor-tante », tente de rassurer Franck Poisson, directeur commercial de Google France. Audience qui, d'après le baromètre de 1ère Position/Xiti de février, atteindrait 56,75 % des parts du marché. Une arme à double tranchant, selon Christophe Parcot : « Les internautes finissent par se détourner des portails pour effectuer leurs recherches directement à partir du site de Google, raison pour laquelle Yahoo a acheté les technologies de recherche d'Inktomi. » Raison pour laquelle, de son côté, Overture n'envisage pas, de développer un moteur grand public misant plutôt sur une distribution en marque blanche, qui l'affranchira d'un positionnement frontal avec ses partenaires.

Nathalie Carmeni

Pourquoi faut-il démocratiser la data ?

Pourquoi faut-il démocratiser la data ?

Pourquoi faut-il démocratiser la data ?

Partager la compréhension et le traitement de la donnée à l'ensemble des métiers de l'entreprise. La démarche, data-driven, a beaucoup à apporter [...]

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Calendrier de l'Avent du marketer: start-up (J-18)

Tous les jours jusqu'à Noël, emarketing.fr vous fait découvrir ou redécouvrir un mot ou une expression du marketing, représentatifs d'une tendance [...]

Comment les marketeurs ciblent les plus jeunes ?

Comment les marketeurs ciblent les plus jeunes ?

Comment les marketeurs ciblent les plus jeunes ?

Laisser les enfants gérer leur budget : c'est le souhait de VeeCee. Le service n'est pas le seul à s'intéresser au marché d'une jeunesse de [...]