En ce moment En ce moment

Nouveau mode de recueil de données pour Affimétrie

Publié par le

Le leader de la mesure de la mobilité prévoit de renouveler, en 24 mois, ses données sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants, en utilisant un outil mariant GSM et GPS.

  • Imprimer


Affimétrie consacre depuis dix ans son activité à mesurer l'audience de la publicité extérieure. A ce jour, elle dispose d'une base de données sur la mobilité dans les 450 agglomérations de plus de 100 000 habitants. Des données qui peuvent être précieuses en termes de consommation ; cette consommation étant de moins en moins liée avec le lieu de résidence. Pour recueillir ces informations, Affimétrie utilisait la méthode CATI, sous la forme d'une interview de panélistes d'environ vingt-cinq minutes, permettant de contrôler leurs déplacements. Même si cette méthode permet de gagner du temps et évite le questionnaire en face à face, elle reste lourde à mettre en action. C'est pourquoi Affimétrie a signé un accord avec Metric Line (ex-Médiamétrie CabSat), une société filiale de Médiamétrie et de Thomson, dans le but de lancer les premiers tests de mesure automatique de géolocalisation.

Deux systèmes complémentaires


Avec ce système, plus besoin de questionner les panélistes, ceux-ci sont équipés d'un appareil semblable à un téléphone portable. Utilisant à la fois la technologie GSM et GPS, il permet de localiser le parcours du panéliste, que celui-ci soit à pied, en voiture ou même dans le métro. En effet, chacune des technologies a ses avantages. Le GPS est d'une précision remar-quable en surface, de l'ordre du décamètre. A la campagne et dans les lieux isolés, il est plus précis que le positionnement des cellules GSM, celles-ci étant plus dispersées en dehors des villes. En revanche, il ne fonctionne pas par temps de brouillard ou si le ciel est nuageux. En outre, en ville, il ne permet pas de localisation dans des rues étroites. Le GSM, quant à lui, est précis en ville, à cause de la densité du trafic. De plus, à Paris, les trois opérateurs se sont mis d'accord pour installer des cellules GSM dans le métro, ce qui permettra de suivre les panélistes sous terre. On peut penser qu'à terme les mêmes équipements seront installés à Lyon, Marseille, Lille et Toulouse, et dans toutes les métropoles équipées de métro. Les deux systèmes sont donc complémentaires et Affimétrie compte en profiter pour renouveler, les bases de données des agglomérations de plus de 100 000 habitants. Pour, à terme, créer un observatoire permanent de la mobilité.

Oliver Brusset

Autres articles

Email et RGPD : les changements à prévoir
Email et RGPD : les changements à prévoir

Email et RGPD : les changements à prévoir

Par

Le 25 mai prochain la Reglementation Generale sur la Protection des Donnees egalement appelee RGPD entrera en vigueur Celle ci amenera avec [...]

Baromètre : Les Big Data du Chief Data Officer
Baromètre : Les Big Data du Chief Data Officer

Baromètre : Les Big Data du Chief Data Officer

Par

Alors que la donnee est de plus en plus reconnue comme pilier de la transformation digitale des entreprises le role du CDO ne cesse de prendre [...]

RGPD et email marketing : ce qui va changer en 2018
RGPD et email marketing : ce qui va changer en 2018

RGPD et email marketing : ce qui va changer en 2018

Par

Le 25 mai 2018 le monde de lemail marketing va changer Le reglement general sur la protection des donnees RGPD entrera en vigueur Nouvelles [...]