Recherche

NetBooster lève le voile sur le Web invisible

Publié par le

Avec ProfitTracking, sa nouvelle solution 2 en 1, NetBooster offre la possibilité d'optimiser les ventes en ligne en tenant compte du ROI.

  • Imprimer


Jusqu'ici, le référencement permettait d'assurer la visibilité d'un site web dans les outils de recherche. Les fréquentations de ces sites donnant lieu à des statistiques, précieuses, qui permettent de suivre le trafic en provenance des outils de recherche. Plus difficile, en revanche, de mesurer les coûts d'acquisition client, soit le rapport entre la dépense engagée pour obtenir une visite et la valeur de cette visite lorsqu'elle aboutit à un acte d'achat. C'est ce que propose NetBooster, le spécialiste européen du référencement, grâce à sa nouvelle solution logicielle Profit Tracking. Conçue en réponse à une demande croissante de la part des sites de shopping, elle intègre deux fonctionnalités complémentaires : l'une permettant de développer le trafic, l'autre d'en mesurer le ROI. La différence, par rapport au référencement classique réside dans sa capacité à traiter de gros volumes de données, ce qui permet de référencer non pas une simple page, mais jusqu'à 80 % des contenus d'un site marchand. « Actuellement, seul 15 % du contenu d'un site est visible, le reste étant appelé "Web invisible" en raison de sa profondeur », explique Arnaud Defresnes, directeur du développement de Netbooster. Et c'est là qu'intervient ProfitTracking, pour faire émerger cette information et la référencer dans les moteurs. Ce qui veut dire que tout produit recherché sera désormais visible. Un simple clic suffira à transporter l'internaute directement sur la page concernée, augmentant ainsi les opportunités de vente du site. Pour mesurer son ROI, produit par produit, il suffira ensuite d'analyser les mots-clés qui ont conduit à un acte d'achat, et de mettre en perspective les coûts d'acquisition et les revenus générés par cet acte. Commercialisée au Pay per Clic, ProfitTracking s'adresse en premier lieu aux sites marchands, mais aussi aux sites de presse ou aux portails d'information qui intègrent des bases de données consultables en ligne.

Nathalie Carmeni