Recherche

NOUVELLE FRONTIERE

Publié par le

Créé en 2001, l'éditeur de solutions de gestion de campagnes multicanal enregistre une croissance de près de 80 % par an. Un succès qui lui a donné des ailes pour se lancer à l'international.

  • Imprimer

Stéphane Dehoche, Stéphane Dietrich et Thomas Boudalier se sont rencontrés sur les bancs de l'Ecole centrale. Dès leur sortie, ces «serial entrepreneurs», comme ils se définissent, n'ont qu'une envie : créer leur entreprise. Ils fondent AGDS en 1991, rachetée cinq ans plus tard par Apsylog, elle-même rachetée par Peregrine Systems. Rapidement, les trois compères, cadres dirigeants du groupe, Stéphane Dehoche en étant le vice-président, ont à nouveau soif d'aventure. Avec le renfort de Benoît Gaudron, rencontré à l'occasion de la fusion avec Apsylog en 1995, ils quittent Peregrine en 2000 pour créer Neolane. «Nous avions plusieurs idées Celle d'un outil dédié au marketing l'a emporté car nous avions constaté que les marketeurs ne bénéficiaient pas à l'époque de solutions transversales», indique Stéphane Dehoche, actuel président du directoire de l'entreprise. Avec Neolane version 1, une page se tourne Ce premier logiciel permet aux utilisateurs de gérer leurs campagnes e-mails et SMS.

Puis, logiquement, l'entreprise a besoin d'argent frais pour financer sa croissance. Or, nous sommes en septembre 2001, en pleine bérézina du capital-risque. «Nous en avons bavé», lâche Stéphane Dehoche. L'équipe, soudée et tenace tient le coup. Début 2002, un fonds d'investissement, Auriga Partners, lui fait confiance et met 2 millions d'euros sur la table. Depuis la société connaît une croissance annuelle moyenne de l'ordre de 80 %.

Forte de cette recapitalisation, Neolane étoffe sa plateforme, l'enrichit de fonctionnalités data marketing pour agréger les informations recueillies de part et d'autre dans une seule base. En 2006, le logiciel, déjà multicanal, se dote d'une fonction d'orchestration workfow. Outre ce déploiement technique, les dirigeants développent des ambitions à l'international. «Le marché de l'édition de logiciels B to B est mondial et nos principaux concurrents sont américains Nous étions dans l'obligation de sortir des frontières de l'Hexagone pour rivaliser avec les plus grands», commente Stéphane Dehoche. Dès 2005, un bureau ouvre à Londres, puis un à Copenhague en 2006. L 'entreprise se taille une part du gâteau en Europe du Nord. Un choix stratégique, qui ne nécessite pas la traduction du logiciel (français/anglais). Une deuxième levée de fonds auprès d'Auriga Partners et XAnge permet de recueillir 5 millions d'euros de cash. Les deux tiers de cette somme sont encore en caisse.

L'expansion prend de l'ampleur en 2007, avec la création d'une filiale à Boston. Les clés en sont remises à Stéphane Dietrich. En moins de deux ans, l'effectif passe de un à trente collaborateurs. Neolane attire une quinzaine de clients, Mexique et Canada compris. «La parité euro/dollar nous a aidés; nous sommes avantagés par les taux de change», reconnaît Stéphane Dehoche. Mieux, la crise a servi l'implantation aux Etats-Unis. En effet, la hausse du chômage a facilité le recrutement de talents qui n'auraient jamais accepté de rejoindre une entreprise française dans un contexte plus favorable.

Aujourd'hui, la société, qui reste française, emploie 125 collaborateurs et investit 20 % de son chiffre d'affaires annuel en R&D pour améliorer ses produits. L' un de ses projets est de se lancer sur le marché allemand d'ici à 18 mois. Pour l'heure, ses dirigeants savourent un beau succès d'estime : Neolane a été nommée, fin 2009, «Strong Performer» de la gestion des campagnes cross-canal par le cabinet Forrester Research.

Stéphane Dehoche / Neolane

«Nous devions sortir de France pour rivaliser avec es plus grands.»

DATES-CLES

- 2001: CREATION DE NEOLANE.
- 2005: OUVERTURE D'UN BUREAU A LONDRES.
- 2006: LANCEMENT DE L'APPLICATION WORKFLOW.
- 2007: OUVERTURE LE AMERICAINE.
- 2008-2009: NOUVELLES APPLICATIONS (DELIVERY, CAMPAIGN, INTERACTION).

Véronique Méot

Tati mis en vente par le groupe Eram

Tati mis en vente par le groupe Eram

Tati mis en vente par le groupe Eram Tati mis en vente par le groupe Eram

Le célèbre discounter cherche un repreneur après sa mise en vente par le groupe Eram. La marque cumule les pertes depuis plusieurs années.

Les stratégies des retailers américains à dupliquer

Les stratégies des retailers américains à dupliquer

Les stratégies des retailers américains à dupliquer

Déjà ébranlé par le bouleversement de son modèle économique, le secteur du retail doit à présent affronter la concurrence des géants de l'e-commerce [...]

CCM Data et Marketing et CCM Business fusionnent

CCM Data et Marketing et CCM Business fusionnent

CCM Data et Marketing et CCM Business fusionnent

Le groupe Figaro CCM Benchmark, spécialisé dans l'édition de sites web, la formation et l'événementiel, lance une nouvelle régie dédiée au marketing [...]

Retail : 5 exemples new yorkais inspirants

Retail : 5 exemples new yorkais inspirants

Retail : 5 exemples new yorkais inspirants

Tilt ideas a passé quelques jours à New York, l'occasion de vous rapporter cinq repérages retail coups de coeur, born in the USA !

DDB New York, la vérité comme insight!

DDB New York, la vérité comme insight!

DDB New York, la vérité comme insight!

Figure de proue de la révolution publicitaire des années soixante et agence historique de Volkswagen, Dane Doyle Bernbach New York continue [...]